Justice

À quoi joue le procureur Audureau ?

Témoignages.re / 28 mars 2007

Deux fonctionnaires municipaux essentiels à la bonne marche d’une commune sont invités à venir témoigner pour un harcèlement moral allégué. Soit. La plainte visant son premier adjoint, le maire de Sainte-Suzanne est invité à témoigner lui aussi. Soit.

Deux fonctionnaires municipaux essentiels à la bonne marche d’une commune sont invités à venir témoigner pour un harcèlement moral allégué. Soit. La plainte visant son premier adjoint, le maire de Sainte-Suzanne est invité à témoigner lui aussi. Soit.
Présentes à 9 h, ces quatre personnes, convoquées en même temps, s’attendent à être questionnées puis confrontées. Mais pas de confrontation. Dix heures plus tard les gendarmes étaient dans une situation intenable tant pour eux que pour leurs quatre hôtes : en effet, le procureur Audureau étant injoignable, il ne leur était pas possible de mettre fin à la procédure. La désinvolture du procureur a ainsi failli obliger les témoins à passer une nuit sous le régime d’une garde à vue totalement injustifiée.
Est-ce par dépit que M. Audureau agit ainsi ? La relaxe quasi totale de Maurice Gironcel et les mots très durs du tribunal à l’encontre des thèses souvent insoutenables du procureur seraient-ils le motif de cet abus liberticide de procédure ?
En tous cas, en matière de harcèlement moral, M. Audureau démontre qu’il sait de quoi il parle.

Jean Saint-Marc