Justice

Didier Robert jugé : 15 mois de prison avec sursis et 3 ans d’inéligibilité requis

Le président de la Région Réunion accusé de détournement de fonds publics

Manuel Marchal / 23 avril 2021

Prise illégale d’intérêts, abus de biens sociaux et concussion : c’est ce qui est reproché à Didier Robert en raison de plus de 100.000 euros perçus en dehors du cadre légal. 15 mois de prison avec sursis et 3 ans d’inéligibilité, ce sont les réquisitions du ministère public. Le procès d’hier était une première dans l’histoire de La Réunion car jamais un président de la Région Réunion n’a été renvoyé en correctionnelle pour une affaire de détournement de fonds publics. Mis en délibéré, le jugement sera prononcé le 21 mai.

JPEG - 68.3 ko
Didier Robert, président de la Région Réunion.

Hier avait lieu une grande première au tribunal de Champ-Fleuri à Saint-Denis. Un président de la Région Réunion était jugé pour des actes commis dans le cadre de ses fonctions. En novembre 2018, en pleine crise des gilets jaunes, notre confrère du « Quotidien » révélait le scandale : le chef de la Région s’était attribué un salaire de 6800 euros net par mois en tant que PDG d’une société publique locale subventionnée par la Région chargée de gérer les musées de Stella, la Cité du Volcan et le musée des arts décoratifs de l’océan Indien à Saint-Louis. Cette somme s’ajoutait à l’argent touché par Didier Robert en tant que président de la Région Réunion. Elle visait à compenser la perte de revenu entraînée par la non-réélection de Didier Robert au Sénat en 2017 et elle a été attribuée en dehors du cadre légal.
La somme totale des salaires perçus dans ces conditions par Didier Robert dépasse 100.000 euros. Ce dernier avait promis de rembourser en finançant la création d’une fondation. Cette fondation n’a jamais vu le jour. Didier Robert avait également promis de poursuivre « le Quotidien » pour « incitation à la haine », ce qu’il n’a pas fait.

Pendant que le président de la Région Réunion s’octroyait 6800 euros de revenus supplémentaires par mois sur le dos de la SPL, des travailleurs des musées ont été licenciés parce que la société avait des difficultés financières. Rappelons également que le prédécesseur de Didier Robert au poste de PDG touchait 52 % de moins que lui, et son successeur gagne un salaire inférieur de 46 %.
Les représentants des salariés demandent plusieurs milliers d’euros de dommages et intérêts.
Au terme de l’audience, le ministère public a requis les peines suivantes : 15 mois de prison avec sursis et 3 ans d’inéligibilité.

A moins de 2 mois des élections régionales où Didier Robert est candidat, le prévenu tente de se justifier dans un communiqué diffusé après l’audience que « Témoignages » a pu malgré tout se procurer. « À aucun moment je n’ai voulu contourner la loi, c’est pourquoi je conteste les infractions qui me sont reprochées. J’ai toujours servi La Réunion et je n’ai jamais été dans la recherche de gain personnel. » : un affront à tous les Réunionnais épris de justice et de transparence.

M.M.



Un message, un commentaire ?

Signaler un abus



Messages






  • De la mairie de Saint Paul , en servant la soupe à un ancien maire !
    A la mairie du Tampon , que des dettes , sans reconnaissance …
    Cherche encore sa voie. Attention à la sortie de route ?
    Elu , président de Région en 2010 , avec ce type la politique est en train de se transformer en libre service. On y passe d’un rayon à l’autre. Les idées sont en marche et le vent décolle les étiquettes.

    Robert Didier :
    “ colère “
    “ honte “
    “ dégoût “
    “ désespoir “

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Thierry Robert a omis de tout déclarer, et le tribunal l’a sanctionné : Thierry Robert a perdu tous ses mandats.
    Tout logiquement Robert Didier va perdre tous ses mandats.
    Evident mon cher Watson ...

    Article
    Un message, un commentaire ?