Justice

Didier Robert renvoyé en correctionnelle

Grande première : un président de la Région Réunion devra répondre de ses actes devant un tribunal

Manuel Marchal / 9 septembre 2020

Le président de la Région Réunion traduit en correctionnelle pour des faits réalisés dans l’exercice de son mandat : c’est un fait sans précédent à La Réunion. Aucun prédécesseur de l’actuel président n’a en effet entaché la collectivité d’une telle marque de défiance. Didier Robert devra donc répondre personnellement dans la première d’une série d’affaires le mettant directement en cause. Cette nouvelle d’une importance considérable n’est pourtant apparue qu’à la 23e minute du journal télévisé du soir de Réunion Première, et n’est même pas jugée digne d’intérêt pour figurer dans la « newsletter » d’Antenne Réunion, l’autre chaîne de télé produite dans notre île…

JPEG - 68.3 ko
Didier Robert, président de la Région Réunion.

C’est une grande première à La Réunion : un président de la Région Réunion sera jugé par un tribunal correctionnel pour des faits commis dans l’exercice de son mandat. L’audience est prévue en novembre prochain.
Les faits reprochés remontent à l’époque où le président de Région cumulait cette fonction avec celle de président de la Société publique locale des Musées régionaux, un satellite de la Région Réunion. Cette présidence de SPL rapportait tous les mois 6800 euros, qui n’étaient pas inclues dans le cumul des indemnités d’élus donnant lieu à un écrètement. Un rapport de la Chambre régionale des Comptes avait alerté sur une augmentation de 52 % du salaire de Didier Robert alors que la société qu’il présidait était en grande difficulté financière, au point d’avoir licencié plusieurs travailleurs.
La Chambre régionale des Comptes a donc demandé que la SPL se fasse rembourser le salaire perçu par Didier Robert entre septembre 2017 et juin 2018. En octobre 2018, une enquête préliminaire pour détournement de fonds publics et recel de détournement de fonds publics avait demarré.
Dans le cadre de cette enquête préliminaire, le président de la Région Réunion a été convoqué deux fois chez les gendarmes afin d’être interrogé. Cette procédure a donc abouti sur le renvoi de Didier Robert en correctionnelle. Les explications apportées par l’élu et ses conseils n’ont donc pas été suffisamment convaincants pour éviter à un président de Région d’être traîné en correctionnelle.

Procès d’un système

C’est la première fois qu’un président de Région devra répondre d’actes commis pendant son mandat devant un tribunal correctionnel. Depuis que le président de cette collectivité est désigné à la suite d’élections régionales au suffrage universel, tous ceux et celles qui se sont succédé à cette fonction ont montré une toute autre image.
Mario Hoarau, Pierre Lagourgue, Camille Sudre, Margie Sudre et Paul Vergès n’ont jamais entaché la réputation de la Région d’une telle marque de défiance. Bien au contraire, leur passage à la tête de la Région Réunion était marqué par une constante : faire de cette collectivité un exemple en termes de gestion. C’est pourquoi la part des investissements se situait toujours aux alentours de 70 % du budget. Mais depuis l’arrivée de Didier Robert à la présidence de la vénérable institution, c’est une autre gestion. Ainsi dans le budget 2020 de la Région Réunion, la somme consacrée à l’investissement est au niveau de 2009, c’est donc un retour 11 ans en arrière alors que la population et les besoins ont fortement augmenté en 11 ans.
La mandature de Didier Robert a été marquée par la création de plusieurs SPL pour assurer des missions qui étaient auparavant dévolues à des sociétés d’économie mixte, ou à des associations. Le statut d’une SPL permet à une collectivité détenant la majorité des actions de nommer PDG un élu, avec un salaire de PDG. Ceci oblige ensuite à recruter un directeur délégué pour assurer le travail que l’élu n’est pas capable de faire. En effet, on ne peut s’improviser PDG d’une société brassant plusieurs millions d’euros par an tout en cumulant d’autres fonctions comme président de Région, collectivité qui avait jusque l’an passé un budget supérieur à 1 milliard d’euros.
Ce sera également le procès de ce système, là aussi c’est une première à La Réunion.

Autocensure à Antenne Réunion

Ceci souligne donc un fait historique. Mais pour les deux chaînes de télévision produites à La Réunion, cette information semble secondaire. Ainsi, elle n’est apparue hier soir qu’à la 23e minute du journal télévisé de Réunion Première. Quant à Antenne Réunion, elle n’a pas jugé cette nouvelle suffisamment digne d’intérêt pour la faire figurer dans sa newsletter quotidienne. Cette autocensure de la part de la chaîne privée rappelle combien la liberté de la presse à La Réunion reste un combat quotidien.

M.M.



Un message, un commentaire ?

Signaler un abus



Messages






  • Lu la rest pris dann la colle jake mur. Dans une interview accordée à Outre mer 360, Didier Robert ose rejeter la faute sur l’opposition, l’accusant d’avoir orchestré le retard de la livraison de la NRL. Selon lui si il y a eu un manque de matériaux pour la construction de la digue, la faute incombe aux autres." Les retards pris sur cette portion sont clairement le fait des tentatives incessantes d’opposants politiques dont le seul but est de freiner la réalisation de ce chantier d’intérêt général" précise sans rire Didier Robert.
    Totor, lo boug y fait fort. Selon lui, si y manque lo roche, c’est à cause de l’opposition. Et si la SPl des musées est en difficulté financière , c’est toujours de la responsabilité des autres. Lui, il est innocent comme un lapin de trois semaines. En parlant d’intérêt général, il omet de souligner que jusqu’à présent le seul intérêt qu’il s’est soucié c’est celui de ses amis les transporteurs. Pour l’intérêt général, il faudrait repasser ou attendre une nouvelle majorité à la Région.
    Aujourd’hui avec son renvoi en correctionnelles pour détournement et recel de détournement de fonds publics, la population voit encore une fois son vrai visage et comprend mieux la motivation qui le pousse à s’accrocher au pouvoir. Son intérêt qui a valu plus de 6000 euros par mois à la SPL passe avant même les emplois de ces travailleurs renvoyés au Pôle emploi.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • On a des journaleux péi qu’on mérite
    Des subventions en veux-tu en voilà ...
    La justice doit passer , ce mec est responsable des faits connus

    Article
    Un message, un commentaire ?