Justice

« Faire appel pour que Justice soit rendue au peuple »

Sainte-Suzanne : Réunion publique d’information hier soir au Bocage

Témoignages.re / 31 mars 2007

Hier soir, au cours d’une réunion tenue au Bocage, au nom du PCR, Elie Hoarau a dénoncé « le harcèlement » dont Maurice Gironcel est victime.
Et le secrétaire général de se réjouir de la décision prise à l’unanimité par les centaines de militantes et de militants présents : à savoir : faire appel des décisions injustes prononcées le 23 mars à l’encontre du maire de Sainte-Suzanne. Compte-rendu :

JPEG - 19 ko
La population mobilisée
(Photo MM)

« Zot lé dakor pour ke mi représant a mwim dovant zot an 2008 ? »
En répondant par un « Oui » massif, ferme et définitif, les centaines de militantes et militants réunis hier soir au stade Repiquet du Bocage ont donné procuration à Maurice Gironcel pour agir en leur nom, c’est-à-dire en faisant appel des jugements prononcés le 23 mars afin de pouvoir ensemble continuer la lutte menée depuis des décennies en matière d’égalité, de développement, de justice. En demandant à leur maire de ne pas se plier aux décisions judiciaires, la population de Sainte-Suzanne a souhaité réaffirmer clairement son soutien, sa solidarité ainsi que sa volonté de poursuivre avec lui le contrat de confiance engagé depuis plusieurs décennies. Un contrat de confiance honoré une nouvelle fois hier par Maurice Gironcel qui s’est expliqué sur toutes les “affaires” sur lesquelles il a été relaxé aux 3/4. Estimant en effet qu’il était de son devoir de rendre des comptes à la population qui lui a en maintes occasions renouvelé sa confiance, le maire a passé en revue tous les dossiers. Revenant sur la garde-à-vue de 48 heures ainsi que sur les deux nuits passées au “cachot” les 3 et 4 juillet 2001, Maurice Gironcel a rappelé que sur ces affaires pour lesquelles il avait subi ce traitement inhumain, il a... été relaxé et bénéficié de non-lieux.
Et voici que deux dossiers sortent, toujours sous la pression de dénonciations anonymes. Deux dossiers que les avocats du maire - à qui il a renouvelé ses remerciements - ont pourtant déjà démontré qu’ils étaient aussi vides qu’une coquille. Et les centaines de militantes et de militants d’encourager vivement le maire dans sa volonté de ne pas baisser les bras mais bien au contraire de continuer la lutte pour d’une part faire éclater la vérité et d’autre part, ainsi poursuivre le combat engagé pour le respect de la dignité réunionnaise.
« Jusqu’au bout, je me battrai pour mon honneur et mon intégrité. Nul ne me fera courber l’échine. Et votre soutien, à vous tous, mes sœurs et frères de Sainte-Suzanne ainsi que du Parti me va droit au cœur. Cela me redonne encore plus confiance en l’avenir. Comme en 1989 ici même à Sainte-Suzanne, nous va montre a zot ancore un fois, que c’est le peuple i komand. Ensemble, nous va continuer et gagner notre combat pour la liberté, la justice », a conclu Maurice Gironcel, sous les applaudissements de la foule avant de passer la parole à Elie Hoarau... Dans son intervention, le secrétaire général du PCR a rappelé le soutien inconditionnel de son organisation au camarade Maurice Gironcel et à la population de Sainte-Suzanne. Entouré notamment des camarades Pierre Vergès, Ary Yee Chong Tchi Kan, Jean-Max Hoarau, Dominique Atchikanon, Doudou Gonthier, Antoine Minatchy, Elie Hoarau a fermement dénoncé « le harcèlement dont Maurice Gironcel est victime », Avant de conclure en ces termes : « Nous laissera pas zot faire, ansanm, nous va continuer le combat ».

Manuel Marchal