Justice

Harcèlement judiciaire contre Maurice Gironcel
Immunité totale pour le larron de Saint-André

Témoignages.re / 12 décembre 2007

Maurice Gironcel a, de nouveau, été interrogé par une juge d’instruction.
Quiconque entend cette nouvelle est conduit à s’interroger : soit Maurice Gironcel a commis des faits répréhensibles soit il est la victime d’un véritable harcèlement judiciaire.
Maurice Gironcel semble beaucoup gêner son voisin de Saint-André dont il faut rappeler que lors d’une cantonale à Ste Suzanne (annulée du fait des fraudes et des violences commises par les nervis de Saint-André) il était venu s’asseoir sur la table du bureau de vote centralisateur après y avoir débarqué avec ses nervis.
Maurice Gironcel gêne donc manifestement le “parrain” de Saint-André, lequel parrain jouit d’une immunité judiciaire aussi remarquable que le harcèlement dont est victime Maurice Gironcel. Où, dans une telle situation, se situe l’idéal de justice ?
Aimé Habib

M° Rémi Boniface s’est exprimé hier soir sur les ondes de Radio Free Dom et d’Antenne-Réunion. Interrogé par Témoignages, il nous a déclaré ceci :

JPEG - 10 ko
Photo Jérome Picard

« Ce matin (hier mardi, n.d.l.r.), Maurice Gironcel a, une fois de plus, été interrogé à propos d’une « distorsion » qui existerait entre la comptabilité 2004 d’un quincaillier de Sainte-Suzanne et la comptabilité communale 2004. Tout de suite je dis que si on s’évertue ainsi à vouloir comparer des carottes et des canards on n’arrivera qu’à une seule chose : jeter l’opprobre sur Maurice Gironcel qui ne le mérite pas car il conviendrait que l’on fasse des comptes sérieux avant de mettre en cause qui que ce soit.
Le moment est venu me semble-t-il de savoir exactement ce que l’on recherche en s’en prenant ainsi systématiquement au maire de la commune de Sainte-Suzanne ?
Je veux ici rappeler que, depuis 8 ans maintenant, Maurice Gironcel est littéralement harcelé de plaintes qui, soit ont été rejetées soit ont accouché d’une souris.
En effet, dès 2001, on a monté et orchestré médiatiquement un dossier extravagant relatif à tous les principaux marchés publics de la période et c’est ce dossier qui s’est littéralement effondré puisqu’il a débouché sur une relaxe totale.
Les seuls griefs retenus à l’encontre de Maurice Gironcel découlaient d’enquêtes vraiment mineures ordonnées par le ministère public qui ne pouvait manifestement pas se résoudre à voir des dossiers aussi médiatisés s’effondrer publiquement. Ces enquêtes concernaient un employé communal et des chemins bétonnés dont il est reproché qu’ils aient été confiés à de trop petites entreprises. Il n’a pas été reproché que ces chemins n’existaient pas puisque, au contraire, non seulement ces chemins existent bel et bien, mais de plus ils ont déjà résisté à maints épisodes de grosses pluies et plusieurs cyclones.
Aujourd’hui, enquêtes ouvertes à la demande du procureur. Le juriste et l’homme de la rue s’interrogent sur le but de telles initiatives judiciaires à quelques semaines des élections municipales.
Il serait grand temps que cette utilisation de l’institution judiciaire prenne fin et que le bon sens recouvre ses droits. »