Justice

La bataille continue

Affaire de Balman à La Plaine des Palmistes

Manuel Marchal / 20 août 2007

Pose de nouvelles serrures, d’une clôture, et réhabilitation de la maison familiale : Gilbert Moreau a symboliquement affirmé son opposition à la décision de justice qui attribue des terres légalement acquises par ses parents à Emmanuel de Balman.

Nouvel épisode samedi dans le différend qui oppose Emmanuel de Balman à plusieurs dizaines de familles réunionnaises. Héritier d’une maison et d’un terrain, Gilbert Moreau a procédé au changement des serrures et a commencé à clôturer la parcelle revendiquée également par Emmanuel de Balman, revendication confirmée par un arrêt de la Cour de Cassation.
Ce dernier a d’ailleurs passé un compromis de vente sur cette parcelle.
Gilbert Moreau habite en métropole. Il a hérité de son père décédé le 15 mai 2006. Dans son action, il est notamment soutenu par Agir Pou Nout Tout et la commune.
Le père de Gilbert Moreau a acquis ce bien en 1971. Un acte notarié atteste de la légalité de la démarche.
Mais ce terrain est situé rue Théo Marianne à la Plaine des Palmistes. Il fait partie des parcelles revendiquées par Emmanuel de Balman, héritier de la famille a qui appartenaient auparavant ses terrains.
"Témoignages" a déjà largement évoqué les différents épisodes de cette affaire qui a des prolongements à Saint-François à Saint-Denis. Ce sont des dizaines de familles qui vivent dans l’angoisse de l’expulsion depuis plusieurs décisions de justice donnant raison à Emmanuel de Balman. Des arrêts qui cassent les prescriptions trentenaires établies voici des décennies devant notaire.
« Quelles que soient les décisions prises par la justice, nous sommes face à une question d’immoralité. Nous devons maintenant résoudre ce problème le plus rapidement possible, alors que des gens souffrent », a déclaré hier dans les colonnes du "Journal de l’île" Jean-Hugues Ratenon, président de l’association Agir Pou Nout Tout.
La bataille se poursuit. Les familles soutenues par un collectif luttent pour que leur droit d’occuper les terrains qu’elles ont obtenus suite à des démarches sanctionnées par un acte d’huissier soit reconnu.
Pour Gilbert Moreau, l’action va se matérialiser par une réhabilitation de la maison familiale en vue d’accueillir de nouveaux occupants.

Manuel Marchal



Un message, un commentaire ?

Signaler un abus



Messages






  • Rebondissement !!! dites vous !!! ..... Les "coupables", les "malhonnêtes", les "voleurs" ce sont ces "pseudo" propriétaires qui possèdent des actes notariés et qui ont crus à la saga du slogan " nou la fé confiance ban notaires, nou la fé confiance le droit, nou na pu rien " et le comble c’est de constater que celui qui semble être devenu soudain un ange en s’offrant un mariage "d’amour "avec une quinquagénaire de 87 ans se retrouve aujourd’hui "l’unique" héritier tout en devenant une pauvre victime innocente, harcelé par de ces familles "sans titre", i fé pitié le povr .... lu lé soumis en pâture au verdict populaire.... Ou va ce monde de d’immoralité !!! ....... Le plus "zen" de cette rocambolesque affaire reste à venir, en effet, Non satisfait de ne pas s’être battu bec et ongle sur le dossier de certaines familles de Saint- François qu’il défendait, un humble avocat sur Saint-Denis s’en prend aujourd’hui à une autre famille de la Plaine des Palmistes et demande avec audace à celle-ci de rembourser plus de 160 000 € représentant le double achat effectué de la propriété par son client .... QUE nenni ... En lieu et place de se retourner vers le notaire à l’origine responsable de cette transaction, il lui est plus simple de s’en prendre à cette famille qu’à son confrère, la proie est plus digeste et plus vulnérable à souhait .... On le comprend.... C’est comme la fuite en "arrière" de cet autre avocat, LUI aussi défenseur des autres familles sur Saint François, qui fut plus pris par sa campagne aux élections de"Député" que de s’occuper réellement du dossier et de la détresse de ces clients. Lui qui se veut futur candidat "maire" sur la ville de Saint Denis .... Nous saurons nous en souvenir .... C’est tellement plus grisant de dissuader nos familles que vous avez soi-disant défendu ne pas aller en cassation tout en vous préservant d’autres intérêts de confrérie.... Ce miséreux feuilleton "De balman"n’a pas finit de rebondir et d’en étonner plus d’un ....

    Article
    Un message, un commentaire ?






    • quand on songe aux problèmes liés à l’inventaire patrimonial des communes lors de la mise en place de l’instruction budgétaire M14... je me souviens de cette ville de l’ouest possédant un port (facile à deviner) et qui avait diligenté une mission auprès d’un notaire afin de déterminer l’exhaustivité de son patrimoine....le foncier et sa propriété sont un problème grave à la Réunion. si le sieur de balman réussit son tour de "force", il est à craindre ou à se réjouir, que d’autres suivent la même démarche. il s’en trouvera alors bien d’autres et de toutes les conditions pour également se trouver dans la tourmente !! imaginons pour l’exemple, un instant, qu’une collectivité régionale ait installé un équipement de type "éoliens" (au hasard purement) sur les terres d’un propriétaire terrain qui ne serait, pas plus que tous ceux qui redoutent l’application des jugements en faveur du sieur de balman, le véritable propriétaire de ces terrains... quel casse tête juridique en perspective, non ??

      l’exemple ici donné n’est pas forcément innocent ....bien évidemment !!

      Article
      Un message, un commentaire ?