Justice

La citadelle judiciaire

Tribune libre

Témoignages.re / 2 avril 2007

"Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous feront blanc ou noir." (Jean de La Fontaine).

Jean de La Fontaine, connaît-on mieux pour nous renvoyer la vérité ou l’évidence ?
La citadelle judiciaire, tenue en coupe réglée par une escouade d’intouchables en robe bordée d’hermine et chapeau cloche assorti, ne serait-elle pas le dernier bastion du despotisme, avatar d’un état dans l’état ?
C’est ce que m’inspirent toutes ces péripéties judiciaires, qui depuis l’affaire d’Outreau (pour parler du plus récent des scandales judiciaires), salissent la patrie des droits de l’homme, le pays de Voltaire et d’Hugo !

Plutôt "People" que "Rmiste"

L’histoire du présentateur Jean Luc Delarue face à celle d’Angelo Hoekelet, le resquilleur de la Gare du Nord (tous deux impliqués dans des délits commis à bord de transports de voyageurs), est plus que symptomatique du climat d’injustice et d’intolérance à échelle variable que vit notre république finissante !
La justice a reconnu des faits de "violence", "outrage", "agression sexuelle" et "tentative d’entrave à la circulation aérienne" contre l’animateur Télé, faits commis lors d’un vol Paris - Johannesburg. Jean-Luc Delarue a été condamné pour ces exactions mercredi 28 mars 2006 à un stage de citoyenneté de trois jours. Nous ne nous étendrons pas, bien entendu, sur cette décision de justice. Elle parle d’elle-même ! Mais imaginez que ce soit arrivé à un voyageur lambda ! Croyez-vous qu’après des actes aussi graves, le quidam aurait continué ses vacances en amoureux dans le désert de Namibie, après une courte garde-à-vue en Afrique du Sud ? Combien de voyageurs qui ont cru bon fumer dans les toilettes des avions, annoncer de fausses alertes à la bombe ou perturber un vol, s’en sont tirés avec un stage de citoyenneté de trois jours ? Ne croyez-vous pas que "Ça se discute" ! Angelo Hoekelet connu désormais par la France entière pour avoir fraudé dans le métro, à la Gare du Nord, a été arrêté violemment, placé en garde à vue et écroué dans l’attente de son procès. Monsieur le nouveau ministre de l’intérieur, pour sa première intervention, sur cette affaire a cru bon de charger la mule en présentant un petit resquilleur Rmiste en situation irrégulière, comme un homme dangereux inculpé 22 fois pour des faits majeurs alors que la vérité a montré qu’Angelo Hoekelet était en passe de récupérer sa carte de séjour et qu’il n’avait que de sept délits mineur à son actif. Monsieur Sarkozy peut dormir sur ses deux oreilles, la place Beauvaux est bien gardée par un digne successeur ! Quant à ceux qui ont participé aux émeutes, un d’entre eux, a été condamné vendredi à 18 mois de prison dont six fermes, ce jugement porte à trois le nombre de condamnations de majeurs à des peines de prison ferme, trois autres suspects majeurs, dont le voyageur contrôlé sans billet, Angelo Hoekelet, sont en détention provisoire dans l’attente de leur procès, renvoyé à leur demande. Deux des six mineurs poursuivis ont été placés en détention provisoire dans l’attente du traitement de leur affaire. Un autre est sous contrôle judiciaire, une jeune fille a été placée en foyer. Triste journée pour notre justice et son bras armé la police !

La justice est-elle juste ?

Nous avons tous en mémoires une histoire d’injustice, nous savons tous que dans notre beau pays de France, il faut être riche, célèbre et avoir le bon pied là où il faut, pour pouvoir passer au travers des mailles du filet judiciaire. Les exemples ne manquent pas ! Quant aux délits, selon qu’ils sont commis par un justiciable lambda ou par une personnalité ou même une profession, de toute évidence, la sanction sera différente. Si vous êtes policier et que vous tuez une gamine accidentellement par excès de vitesse injustifiée, vous risquez tout au plus une mutation et un coup de règle sur les doigts ! Il faut dire que ces messieurs dames, avec leurs longues robes et leurs bonnets carrés, sont seuls pour juger et instruire du bien fondé d’une accusation. Mais là où le bât blesse le plus, c’est que les juges, avec parfois l’aide des policiers, choisissent qui ils doivent poursuivre. Il est de notoriété publique que certains politiques peuvent en toute tranquillité poursuivre leurs basses œuvres aux yeux et au sus de tous, sans que jamais ils ne voient l’hombre d’un Képi ! C’est là la toute puissance de la justice qui décide qui il est le plus judicieux de poursuivre !
Il n’est nul besoin de se rendre en France métropolitaine pour voir comment fonctionne cette justice ! Tout près de nous, nous voyons des personnes connues et préjugées coupables continuer à vouloir représenter le peuple sans aucune honte et d’autres jetées en pâture aux médias ! Combien d’Yvonne Cassetta, combien de Surgine Fontaine, combien de Christine Devier-Joncour ont connu, connaîtront ou connaissent la prison parce que la justice est partiale ? Coupable peut être, mais surtout sans la sacro-sainte "Immunité" élective !

Présomption est devenue force de loi !

Nous demeurons l’un des seuls pays européens à embastiller sans qu’aucune enquête préalable n’ait été effectuée. Le pouvoir exorbitant des officiers de police judiciaire peut être presque assimilé à celui de ceux qui signaient des "lettres de cachet" dans d’autres temps ! La garde à vue, même avec le pseudo-terme "Présomption d’innocence" demeure une marque indélébile que le citoyen innocent doit porter comme une fleur de lys marquée au fer rouge sur son front. Le plus difficile à obtenir, lorsque l’on a été accusé injustement, c’est que son innocence soit médiatisée tout autant que sa mise en examen ! Souvenons-nous, les politiques de tous bords, en créant une vaste enquête publique et télévisée, nous avaient promis une vaste réforme de la justice ! Où est-elle ? Nous allions voir ce que nous allions voir ! Mais voilà nous n’avons rien vu ! Les juges, après avoir envoyé l’un des leurs au casse-pipe, se sont serrés les coudes et se sont retranchés dans leur tour d’ivoire avec leurs privilèges ! Les politiques n’ont pas fait mieux, de peur que l’on secoue trop fort l’arbre et que trop de fruits pourris tombent ! De toutes les façons, le Conseil Constitutionnel est là pour les conforter dans leurs lâchetés !

Pour que cela change...

Les évènements de la Gare du Nord ont eu tôt fait d’être récupérés par les politiques de l’extrême droite à l’extrême gauche en passant par l’éventail de tout l’échiquier politique français ! Une nouvelle fois les problèmes sécuritaires empoissonneront la fin de campagne, profitant aux vautours qui attendent pour dépouiller les restes de nos libertés ! Pour que cela change, pour qu’enfin notre pays retrouve ses couleurs, il faut qu’après l’élection présidentielle, on refonde notre république afin que les pouvoirs exorbitants que se sont octroyés les uns et les autres soient redéfinis et surtout qu’on rende la parole au peuple souverain ! Il faut surtout que les nouvelles noblesses de robe (Les Juges) et politiques renoncent à leurs privilèges ! C’est à ce prix que nous pourrons construire un avenir à notre pays. Il n’est plus tolérable que nos politiques, ainsi que les plus nantis d’entre nous, soient exonérés de leurs devoirs et soient privilégiés face aux juges ! Il n’est plus tolérable que les juges et leur bras séculier la police, ne puissent rendre des comptes lorsqu’ils ont fauté et qu’ils se sont conduits de manière délictueuse ! C’est l’unique façon de redonner le goût de la démocratie ainsi que le goût des valeurs républicaines au peuple. C’est par l’exemple que l’on regagne la confiance des citoyens.

Philippe Tesseron
http://pht974.blog-reunion.com/