Justice

Michel Fontaine sous contrôle judiciaire

Affaire des marchés de la CIVIS et de la SEMITA

Témoignages.re / 21 septembre 2006

L’affaire dite des marchés truqués de la CIVIS (communautés des communes de sud) et de la SEMITA (SEM informatique) a débouché hier sur le placement en détention provisoire de Willy Caderby, conseiller municipal et général, président de la commission d’appel d’offres de la CIVIS et PDG de la SEMITA et de Aslam Mallam Rashed, ancien directeur de la SEMITA. Michel Fontaine, maire de Saint-Pierrre et président de la CIVIS, a été placé sous contrôle judiciaire.

Il est 20 heures 30 hier. Soulagées, les quelque 500 personnes solidaires de Michel Fontaine, maire de Saint-Pierre et président de la CIVIS ont quitté les abords du tribunal de la ville après l’annonce de la décision de le placer sous contrôle judiciaire et de lui rendre sa liberté. La foule s’est rapidement dispersée mais pas sans avoir acclamé celui qu’elle soutenait sans répit depuis plus d’une dizaine d’heures. Michel Fontaine est sorti libre hier soir du tribunal de Saint-Pierre où il était entendu depuis le début de la matinée. Des remerciements, des promesses de soutien et un concert de klaxons plus tard, le maire de Saint-Pierre et président de la CIVIS est remonté dans sa voiture très certainement en direction de son domicile. Il reste sous contrôle judiciaire et n’a, entre autres, pas le droit de rencontrer les autres protagonistes de l’affaire SEMITA-CIVIS. Ces derniers, au même titre que le premier magistrat saint-pierrois, sont poursuivis sur des accusations de prise illégale d’intêret et de détournement de fonds. Les faits supposés se seraient produits dans le cadre de marchés publics passés par la SEMITA (une émanation de la CIVIS) pour le compte de la communauté de communes.
Plus tôt dans l’après-midi, Aslam Mallam Rashed, directeur général de la SEMITA est reparti du tribunal dans une voiture de police. Il a été placé en détention provisoire pour prise illégale d’intérêts et détournement de fonds. Deux heures plus tard, c’était au tour de Willy Caderby, conseiller municipal et général de Ravine Blanche, président de la commission d’appel d’offres de la CIVIS et PDG de la SEMITA, de partir dans une voiture de police. Il a également été placé en détention provisoire pour les mêmes motifs.
Quant aux deux autres personnes placées en garde à vue, à savoir Gérard de Rolland, responsable de la société RT2i, et Jean-Marc Laurent, directeur général de la CIVIS, elles étaient toujours dans les locaux du tribunal en fin de soirée.

"Surprise et démesure" pour les avocats

Du côté des avocats de la défense, la tendance était à la déception : "Monsieur Caderby a très mal pris la nouvelle car il estime qu’il est innocent. C’est une grande surprise et j’estime que le contrôle judiciaire était suffisant. Mon client va certainement faire appel", a déclaré Maître Boyer Rose à sa sortie du tribunal. Maître Lambert, avocat de Aslam Mallam Rashed, a préféré ne pas faire de commentaire et Maître Schwartz, avocat de Gérard de Rolland, a estimé que "ce dossier a pris une ampleur qui n’avait pas lieu d’être".
En tout cas, dès le début de la matinée, des centaines de personnes étaient venues devant le tribunal de Saint-Pierre apporter leur soutien au maire de Saint-Pierre entendu en tant que président de la Civis. La foule était majoritairement composée d’employés municipaux ou de la Civis qui avaient soit pris sur leur temps de travail, soit étaient en congé. Tous les partisans de Michel Fontaine ont une certitude : "le maire est innocent" dans cette affaire de délit de favoritisme, corruption active et passive et prise illégale d’intérêt.

"Au moins, la justice a fait son travail"

"Je suis venu le soutenir car c’est un bon maire. Il est là quand nous avons besoin de lui, nous devons être là quand il a besoin de nous", explique cet employé communal de 28 ans, qui offre parfois ses services à la Civis. Pour lui, l’histoire est claire : "Michel Fontaine n’a fait que signer des papiers à des gens auxquels il faisait confiance et qui ont abusé de lui". Jocelyne, agent d’entretien à Montvert les Hauts, n’a pas hésité à prendre sur ses congés pour venir montrer sa solidarité. Arrivée à 7h30 du matin, elle n’a quitté sa place que tard dans l’après midi.
Pour Jean-Pierre, professeur de 40 ans, "au moins, une chose est positive, c’est que cela prouve que nous avons une justice qui fait son travail. Apparemment, dans le sud, ça nettoie !" Il s’inquiète plutôt de l’avenir politique de sa commune à un an des législatives...
À noter que nombre d’élus étaient venus grossir les rangs des manifestants. Le troisième adjoint au maire, Roger Sparton, Christian Lauret, Stéphane Dijoux, Jean-Claude Lacouture, le maire de l’Etang Salé ou encore Cyrille Hamilcaro, maire de Saint-Louis... Toute une ribambelle d’élus était venue transmettre son message de solidarité. "C’est le réseau d’amitié qui prime. Nous estimons qu’il ne s’agit certainement pas d’un enrichissement personnel mais nous admettons que Michel Fontaine ait pu signer des documents erratiques. Mais qu’il soit impliqué directement dans ces histoires, nous en doutons fortement", a déclaré Roland Hoareau, premier adjoint au maire.


Camille Gérard (opposition municipale)

"Les supporters de Michel Fontaine sont manipulés"

"Je trouve inadmissible que l’on utilise les gens qui travaillent à la municipalité pour provoquer un mouvement de foule et avoir du soutien. Ce sont les mêmes personnes qui nous crachaient dessus lors des conseils municipaux". Camille Gérard, conseiller municipal de l’opposition ne mâche pas ses mots. Pour lui, les personnes venues soutenir le maire Saint-Pierre placé en garde à vue ont été manipulées. "Quand l’affaire a éclaté la première fois, nous avons demandé à Michel Fontaine de s’expliquer mais nous avons été bottés en touche. Il nous a toujours dit qu’on ne pourrait pas l’accuser d’enrichissement personnel, nous nous sommes dit qu’il y avait quelque chose d’autre", déclare-t-il. Mais par-dessus tout dit-il, " je trouve inadmissible la manipulation du personnel".


Si tout cela est vrai...

Si ce qu’on nous rapporte sur les marchés de la SEMITA est exact, c’est un désastre. Pour Saint-Pierre, pour le Sud et pour l’intercommunalité, à laquelle s’était attaché un crédit certain, patiemment construit, année après année, depuis vingt ans. Elle vient de prendre un coup terrible et si les faits qu’on nous rapporte s’avèrent exacts, immense est la responsabilité de leurs auteurs.
En rajouter dans l’abject ne les dédouanera pas. Des employés communaux "spontanément" massés devant le tribunal, pour conspuer un adjoint à sa sortie, sont aussi insupportables qu’un média appellant la foule au lynchage.
Cela fait prendre la mesure des rivalités qui déchirent la majorité saint-pierroise.


POSEI

Le programme 2007-2013 validé

" Le programme d’options spécifiques à l’éloignement et à l’insularité (POSEI) en faveur des départements d’Outre-Mer a été approuvé à l’unanimité au Comité de gestion du 19 septembre 2006 à Bruxelles.
Visant à soutenir les filières agricoles et à réduire les coûts d’approvisionnement, ce programme va bénéficier d’un montant annuel évoluant de 125 à 145 millions d’euros sur la période 2007-2013.
Ce programme, élaboré à partir des propositions des DOM, consolide les orientations en matière de développement et pérennise l’accompagnement de l’agriculture des DOM.
Il entrera en vigueur le 16 octobre 2006. "

Communiqué du Ministère de l’agriculture et de la Pêche