Justice

« Si Gironcel lé koupab, alors, nout tout aussi lé koupab ! »

Hier soir, un millier de personnes au Bocage, en soutien à Maurice Gironcel

Témoignages.re / 30 novembre 2006

Eclatante illustration hier soir à la salle du Rwa Kaf de la solidarité agissante autour de Maurice Gironcel. Une solidarité manifestée par l’Association Ensamb, ensamb, l’Association Famm’Ensanb de Sainte-Suzanne, de la Section Communiste de la même ville. Une unanimité confirmée et élargie par la présence massive des habitants de Sainte-Suzanne, indépendamment de leurs opinions politiques, tous convaincus sur 2 points : la nouvelle convocation de leur ami et camarade s’inscrit dans une volonté de l’éliminer de la scène électorale, et d’autre part, l’avenir de la petite commune rurale se fera avec sa population aux côtés de Maurice Gironcel. Ambiance :

« Au nom de la Section Communiste de Sainte-Suzanne, mi remerci zot tout d’être venu ce soir aussi nombreux à ce rassemblement de soutien et de solidarité envers notre camarade et maire de Sainte-Suzanne, Maurice Gironcel » : c’est en ces termes qu’hier soir, Martial Turpin a donné le coup d’envoi de la grande manifestation de solidarité autour de Maurice Gironcel, convoqué à s’expliquer sur des dossiers remontant à... 1998. Et Martial Turpin de préciser que ce rassemblement s’imposait face à la volonté de bon pé do moune épris de Justice et qui croient en Maurice Gironcel, qui fait confiance à li : « Mi veut parler de l’association "Famn Ansanb", ou encore de l’association "Ensamb, ensamb", ou encore de la Section communiste de Sainte-Suzanne ».
Zot va di a moin ke sa i fé in ta de militantes et de militants communistes.
Ma répond à zot "oui" et ma explique a zot que banna lé la à juste titre : zot i koné que pendant tout temps, nout parti la toujours été considéré komn in l’obstacle vis-à-vis le gouvernement. Sa i explique le long combat mené par nout parti contre l’injustice, pour l’égalité, le développement, le respect et la dignité de notre population.
Et, se l’attaque qui arrive zordi la veille zélektion i prouve bien encore une fois que nout kamarade i gène.
Sa i montre bien nana dot moune - UMP, ou dans un autre parti - i veut savonne a li la planche.
Notre kamarade la appris comme zot, comme moi, li sera entendu le 15 décembre. Koman ? Eh bien, tout simplement, li la rouve un zournal é li la lire té parle de li.
Sa, lé pa édifiant sa ? Sa i montre sak tout do moune i koné : nana in lantouraz pintand autour d’li. Pour empêche à li présente à li prochain zéléktion.
Mais, nous lé la a soir pour rappelle son bann détraktèr ke sak i doit arrivé à Sainte-Suzannne, c’est la population va décidé. Mais ankor in foi, nous di sak i veut la peau Gironcel, zot i an veut aussi la population Sainte-Suzanne et i fodra compter sur nous. Nous donne à zot rendez-vous le 20 décembre, jour la fête réunionnaise de la liberté. Pour célèbre nout liberté à travers sak nout kamarad.
« Nous lé pa plis, nous lé pa mwin respekt a nou », a conclu Martial Turpin, sur les applaudissements du millier de militants plus décidés que jamais à poursuivre la lutte aux côtés de leur camarade et maire Maurice Gironcel.

Texte et photos M.S.


« Le peuple sera à tes côtés »

Même tonalité, même discours sur le fond des intervenants qui se sont succédé à la tribune.
C’est ainsi que Daniel Alamélou ainsi que Clémence Moutalou ont dénoncé cette volonté d’abattre Maurice Gironcel en vue de l’empêcher de se présenter aux prochaines échéances électorales et par conséquent lui ont réaffirmé leur soutien d’être à ses côtés, avec la population, dans les futurs combats à mener.
Daniel Alamélou s’est « étonné » que cette attaque intervienne à quelques mois des élections tandis que l’association "Famn ensanb" a rappelé que Sainte-Suzanne « représente une commune incontournable politiquement ». Mais, a ajouté Clémence Moutalou, « face à cette justice, il y a le peuple qui sera à tes côtés dans ce nouveau combat pour te garder ». Et Clémence de conclure en donnant lecture d’un message de solidarité et de soutien de la Députée Huguette Bello. .


« Gironcel dann la kontininuité kombat Kunta Kinté »

Nous reproduisons ci-après des extraits des allocutions prononcées successivement par les différents orateurs intervenus hier à la tribune :

« Na point do moune extérieur de la Justice ou d’un autre Parti (l’UMP ...) va décidé pou nou.
D’autant plus que la population Sainte-Suzanne i koné sak la travaille pou li : pou son développement, pou le respect son dignité dans la continuité du combat mené par nout kamarad Kunta Kinté, nout regretté Lucet Langenier ».

« (...) Le moune la reprann lo flambo èk la population, c’est Maurice Gironcel.
Zordi, na in paquet i condamne a li avant même li la été jugé. Poukoué ? Mi laisse a zot réfléchir. Mi pans zot tout nana zot ti lidé la d’su.
Sé pou sa nou lé la zordi, a soir, avec bann militants èk sympathisants communistes mais aussi, et mi insiste, avec bann do moun tout tendance politik, mais honnête et épris de justice et ki rekoné que Gironcel la toujours travaillé pour le bien-être de la population et toujours servi lintéret général ».

« (...) Nous lé la a soir pour di : si Maurice Gironcel lé coupable d’avoir lutté pour le peuple, d’avoir servi la cause de la population réunionnaise, alors, nous aussi, nous lé coupab, alors dans ce cas, que i applik a nou le même traitement ke banna va réserv a li ».

« (...) Nous lé la a soir, pour dire et rappeler haut et fort nout confiance en nout maire et dire que face le bann moun i veut son peau, eh bien, nout camarade lé pa tout seul, i fodra compter sur son force et son force, c’est nou. Pas vrai kamarad ?
A partir de là, mi propoz nou adopt in motion par lakel nou pran langazman si i arrive in nafair nout maire, nous va konsidéré ke sé in lagression contre nous, population sainte-suzanne et nous va réagir, nous sora là pour défendre, soutenir et partager le même sort va arriv a li.
Sainte-Suzanne, ansamb, avant-hier avec Lucet, hier, zordi et domin avec Maurice Gironcel ».

« (...) Zot lé dakor èk mwin Kamarades ? Alors, ni vote :
Rappelle à zot, dans le temps, avec Lucet, c’est la vox populi, la voix du peuple que la amporté face au combat de la légalité :
Nou artrouve à nous zordi dans ce même combat : Maurice Gironcel avec le peuple face bann do moun li gène, bann do moun i veut étouff nout voix.
Face à sa, nou dit non : Zot i rappelle a mwin zot soutien ?
Alors, merci pour zot, pou nou, pour l’avenir nout jeunesse ».

« (...) Partout à La Réunion et dans les hautes sphères parisiennes, un seul message i doit passer :
A Sainte-Suzanne, comme partout dans toutes les communes de l’île, c’est la population qui décide son l’avenir et ziska zordi, li la zamé désavouer nout kamarad Maurice Gironcel.
Si i ampèch Maurice Gironcel kontinu travay pour le peuple, alors le peuple i va faire entendre son voix ».