Elections

Conscience travailleuse à la permanence de Jean-Hugues Ratenon

Campagne de Jean-Hugues Ratenon sur Bras-Panon

Témoignages.re / 12 mars 2008

Les forces du progrès sont en mouvement dans l’Est. Saint-Benoît a déjà marqué le coup, avec une victoire conséquente face au candidat de l’UMP. Saint-André est en passe de donner un signal fort aux ouailles UMPistes. Bras-Panon n’est pas en reste, et devrait sûrement suivre le pas. Les militants des forces du progrès ne baissent pas les bras. Au contraire, ils sont engagés pour le changement. Ce changement s’appelle Jean-Hugues Ratenon.

JPEG - 13.6 ko
(photo BBJ)

Les chevilles ouvrières s’attèlent à la permanence. On y prépare la lettre dédiée aux abstentionnistes. Malgré un taux de participation soutenu à hauteur de 73,40% dimanche dernier, les candidats des élections à Bras-Panon vont à chaque porte abstentionniste. Pourvu qu’elle soit ouverte ! 2.139 électeurs auront donc leur lettre. Comme le permet la loi, ceux qui ne se sont pas acquittés de leur devoir de vote figurent sur une liste, bureau par bureau. Ils seront tous contactés, pour qu’ils accomplissent leur devoir de citoyens. Et comme tout le monde le sait, chaque voix compte. Guilène Nardy, la suppléante de Jean-Hugues Ratenon aux Cantonales, est aux côtés des militants, tout autant active et affairée. Chaque abstentionniste aura sa lettre. Le candidat Jean-Hugues Ratenon est sur une radio locale, écouté attentivement par ses militants, et on l’espère par toute la population panonnaise. Les analyses vont bon train. On n’hésite pas à commenter l’actualité à Saint-Benoît et à Saint-André, pour s’encourager mutuellement. « Mi voi lï kom à Sint-André. Virapoullé lé pri dann in gob, Gonthier parèy. Eric, kom lï tien bien son kanpane, i shap lï rant » me confie-t-on. « é Jean-Claude Fruteau la rantré kom inn lèt à la post », remarque bien un autre militant. Chacun reconnaît que le duel Ratenon-Gonthier se déroulera avec les alliances et les abstentionnistes. On pourrait traduire le stress de certains militants comme de l’inquiétude, entend-on dans la rue. Dans la permanence de Jean-Hugues Ratenon, pas de triomphalisme. Ici, on travaille. Tout le monde met la main à la pâte, pour mettre Daniel Gonthier, grand fidèle de l’UMP, dans le pétrin.

En marche pour faire gagner les forces du progrès

Militantes et militants s’activent. Pas seulement dans la permanence. À La Rivière du Mât côté Bras-Panon, le message de Jean-Hugues Ratenon est au diapason du message scandé sur la rive saint-andréenne. L’union fait la force. Le rendez-vous des progressistes panonnais est conditionné par le report républicain. Les militants ne prêchent pas parole-bondië devant la porte, mais accomplissent un porte-à-porte méticuleux, pour rappeler l’échéance cruciale du 16 mars qui concernera la Mairie de Bras-Panon et le Conseil Général. Au vu de la politique actuelle, menée durement par le gouvernement UMP de Nicolas Sarkozy, qui remet tout en cause au nom d’une réforme sans concertation avec les acteurs et les principaux concernés, les Français d’en bas, il ne faut rien céder. L’impact sur le contexte local saute aux yeux. Bras-Panon a déjà donné un signal fort au parti au pouvoir, l’UMP, et au représentant du parti de Nicolas Sarkozy sur Bras-Panon. Tracts en main, les militants sont accueillis à bras ouverts. « É kan banna i di “non”, nou di “revoir mersi”, mé le mésaj la pasé », déclarait une fidèle de Ratenon. Que le message passe, aux abstentionnistes, et aux candidats déçus par les urnes mais porteurs d’idées pour leur commune ! Cette semaine sera encore l’occasion de remercier tous ceux qui se sont retrouvés dans le discours des progressistes, et de rappeler à tous les électeurs l’importance de voter pour un candidat “panonnais” qui veut vraiment le développement de sa commune, pour le bénéfice des Panonnais. Qui se revendiquerait défenseur de la casse sociale à Bras-Panon ? Tous ceux qui disent NON à la casse sociale, aux attaques, feront sûrement bloc derrière le candidat du changement, Jean-Hugues Ratenon.

Willy Técher


Jean-Hugues Ratenon, candidat aux Municipales et aux Cantonales à Bras-Panon

« Les conditions sont réunies pour gagner au deuxième tour »

« Le message fort que je veux donner à la population panonnaise, c’est qu’il faut un véritable projet pour notre commune. Ce projet a été construit avec eux. C’est un projet partagé pour notre commune, et pour le développement de l’Est. Ce qui apparaît depuis dimanche soir, c’est que le camp progressiste est en force dans les communes. A Bras-Panon, on arrive à mettre en ballottage un maire UMP avec l’appareil municipal, soutenu par le gouvernement. A Saint-André, le maire Jean-Paul Virapoullé qui règne depuis plus de trente ans est en ballottage très défavorable. La municipalité de Saint-André va basculer à gauche dès dimanche. C’est déjà le cas à Saint-Benoît, où le député Jean-Claude Fruteau devient le député-maire. Et puis ballottage favorable à la Plaine des Palmistes, et à Sainte-Rose pour les forces progressistes. Donc aujourd’hui, pour le développement de l’Est, la CIREST va basculer à gauche, c’est inévitable. Ce qui veut dire que demain Bras-Panon ne doit pas être isolé par rapport aux forces progressistes. Bras-Panon ne doit pas faire le choix contraire à la volonté de la population de l’Est. Et Bras-Panon doit pouvoir mener à bien son projet. Et pour cela, il faut intégrer la majorité à la CIREST. Nous avons le soutien des autres candidats. Les conditions sont réunies pour gagner au deuxième tour ».


Atchapa rejoint Gonthier ?

La rumeur était donc vraie. Jeannick Atchapa décide de faire cavalier seul, revenant sur son report de voix en faveur de Jean-Hugues Ratenon. Le candidat du progrès se dit outré par une telle attitude, allant à l’encontre de la volonté politique panonnaise. le changement, ce n’est pas être gavé par la droite UMPiste, et trahir une population remplie d’espérance. Jeannick Atchapa, qui se disait Sans étiquette, affiche clairement son partenariat avec Daniel Gonthier, autrement reconnaît s’être vendu, en dépit de toutes ses déclarations à la presse. cela n’était donc qu’un coup de bluff pour déstabiliser les forces du Progrès à Bras-Panon. Pour Jean-Hugues Ratenon, de la liste "Notre union fera votre force", appelle à la résistance, face à la droite de Gonthier, et à un Jeannick Atchapa manifestement soucieux de ses intérêts personnels au mépris de la population. Jean-Hugues Ratenon peut compter sur les siens, et le PS local. hier, il recevait l’appui du député-maire de Saint-Benoît. Demain, c’est Maurice Gironcel, qui viendra appuyer la candidature de Jean-Hugues Ratenon. rendez-vous à 18 heures à la Rivière des Roches.