Elections

De la présidence du Département

Trois points de suspension... D’Emmanuel Lemagnen

Témoignages.re / 20 mars 2008

Aujourd’hui pourrait se tenir, s’il y a quorum, l’élection du président ou de la présidente du Conseil Général.

Dans les mairies et au Conseil Régional, le scrutin par liste à la proportionnelle amène un vote beaucoup plus clair ; c’est la tête de liste majoritaire qui devient le chef de l’assemblée.

Au Département, tout est plus ouvert et donc plus difficile, car il n’y a à ce jour aucune majorité numérique suffisante, ce qui n’a laissé que quatre jours aux élus pour se mettre d’accord sur une plateforme de programme et le nom de celle ou de celui qui la conduira.

Bien sûr, les négociations ont dû être besogneuses et toutes les possibilités ont été abordées ; des plus simplistes en opposant bloc contre bloc jusqu’aux plus alambiquées où toute les alliances sont envisageables.

La présidence sera le résultat d’un équilibre subtil qui aura intégré tous les paramètres ; une étiquette politique plus ou moins nuancée, la situation géographique du candidat, son histoire, sa capacité à négocier et à rassembler, et tout ce qui fera du fauteuil présidentiel un tremplin ou un siège éjectable.

Bien sûr, seules les discussions autour d’un grand projet départemental ont mobilisé les conseillers généraux et bien évidemment, l’abnégation a été exemplaire, personne n’osant imaginer d’autres tractations que celle de l’intérêt général et du bien commun.

Après l’élection de la présidence viendra celle des vices-présidents, des membres de la commission permanente et de toutes les autres délégations rattachées à la fonction d’élu. Passée l’installation des maires et des adjoints, des communautés territoriales, du SDlS et de toutes les SEM, il sera intéressant de publier les attributions de chacun et la somme des indemnités qui vont avec.

Ce devoir d’information est naturel comme il est légitime que les électeurs connaissent tous les pouvoirs confiés aux élus qu’ils ont choisis et comprennent mieux certains de leurs agissements pécuniairement récompensés.
Chacun s’étant engagé pendant la campagne, sur la pureté de ses motivations et la générosité de son dévouement, ne doutons pas qu’une telle liste soit rapidement publiée dans tous les médias.

S’il y avait la moindre rétention d’information, ça pourrait vouloir dire qu’on nous cache des choses ou qu’on a honte de les montrer...