Elections

Des QG calmes, mais vigilants

Saint-André et Bras-Panon

Témoignages.re / 10 mars 2008

JPEG - 15 ko
« On fait très attention à avertir nos assesseurs pour le dépouillement », explique Éric Fruteau.
(photo EP)

Que ce soit à Saint-André ou à Bras-Panon, c’était un dimanche d’élection très tranquille qui eut lieu hier. Comme partout dans l’île, c’est après la messe que les électeurs ont afflué vers les bureaux de vote. A la mi-journée, le taux de participation à Saint-André était d’un peu plus de 23% pour les Municipales et de plus de 22% pour le choix du conseiller général du 3ème canton. A Bras-Panon, les chiffres sont approchants : 25% pour les Municipales et 23% pour les Cantonales sur les 10 bureaux de vote. Une fois cette première vague de votants passée, les bureaux se préparaient à recevoir les électeurs de l’après-midi. Dans le premier bureau situé à la Mairie de Saint-André, vers 14 heures, un assesseur nous confiait qu’il avait entamé la sixième centaine d’enveloppes. Signe de la mobilisation des électeurs. Sur les 32 bureaux de Saint-André, nombreux sont ceux où la moitié des inscrits avait déjà voté à 15 heures.
Du côté des candidats, cette journée a été vécue avec sérénité. Après le traditionnel tour des bureaux pour saluer les assesseurs et vérifier le bon déroulement du vote, Eric Fruteau, candidat à Saint-André (Municipales), et Jean-Hugues Ratenon, candidat à Bras-Panon (Municipales et Cantonales), ont rejoint leurs permanences de campagne.
Au QG d’Eric Fruteau, les militants étaient déjà à pied d’œuvre l’après-midi. Sur le tableau, les militants notaient déjà le nombre d’inscrits dans chaque bureau de vote, et à chaque heure, le nombre de votants. Même le rétroprojecteur était déjà à l’essai pour afficher les statistiques. Les militants ont aussi prévu des lampes à distribuer dans chaque bureau. « Au cas où il y aurait une coupure de courant », explique un militant. Le calme des militants et des candidats révélait en fait une grande vigilance face aux informations. Ainsi, Eric Frutreau s’est aperçu que des bulletins de la liste du maire sortant comportaient des erreurs. « Des bulletins envoyés par courrier comportent des noms mal orthographiés. Dans ce cas, ces bulletins sont considérés comme nuls. On fait donc très attention à avertir nos assesseurs pour le dépouillement », explique Eric Fruteau.
Le candidat PCR estimait hier après-midi qu’il avait mené une bonne campagne. « Cette fois, nous avons constaté une vraie relation de confiance avec la population et même le personnel communal qui n’hésitait pas à nous contacter », déclarait-il, concentré sur ses papiers. « Mais on ne va pas faire la boue avant la pluie, on attend ».
A Bras-Panon, Jean-Hugues Ratenon préparait lui aussi les tableaux dans l’attente du dépouillement des premières centaines. Selon lui, les résultats seraient vite connus puisque la commune ne compte que 10 bureaux. « Nous avons mené une campagne propre et dynamique, axée sur la lutte contre la politique de casse sociale et la proximité de la population », rappelait un militant, très confiant sur l’issue des résultats. « C’est vraie que la journée est calme, mais nous nous attendons à un séisme », concluait-il.

Edith Poulbassia