Elections

Le Conseil Général peine à sortir de l’ornière

Elections cantonales 2008

Témoignages.re / 19 mars 2008

Dans sa composition, le Conseil Général de La Réunion ne s’est pas sorti de l’ornière historique qui en fait « une association des maires » bis. Ils étaient 17 maires dans l’ancienne assemblée, ils sont toujours 17... Les nouveaux élus, produits d’un système qui n’a pas su se renouveler, sauront-ils introduire quelque chose de nouveau ?

Une bonne part de responsabilité incombe à ceux qui font les candidatures. Les négociations intérieures aux formations politiques ou entre les formations politiques, à ce stade de la préparation des élections, ont-elle véritablement inclus le partage des tâches et la complémentarité ? A quelques exceptions près, la réponse est non. Quel autre choix les électeurs ont-il eu à Trois-Bassins, Saint-Leu 1, Sainte-Rose ?

De plus, là où il était possible de confier chaque mandat à un candidat différent, si les électeurs n’ont pas fait ce choix, c’est aussi parce que ce débat n’a pas été porté assez clairement par les candidats eux-mêmes. Quel intérêt y avait-il à remettre les deux mandats (maire et conseiller général) à la même personne à l’Entre-deux, à Petite-Ile ou à Bras-Panon ?

A l’évidence, le non-cumul des mandats, dans le cas particulier de maire et conseiller général, a du mal à passer.

Or, le constat reste le même après et avant les élections : la pesanteur municipale ne permet pas au Département de jouer pleinement son rôle. Les élus - qu’ils soient nouveaux ou reconduits - sauront-ils trouver les leviers permettant de sortir de cette ornière ?

PD