Elections

Le débat Fruteau-Virapoullé confirme la nouvelle donne

Élections à Saint-André

Témoignages.re / 14 mars 2008

Malgré la pluie hier matin, Eric Fruteau et ses colistiers étaient à pied d’oeuvre. Pas question de marquer une pause à ce stade des élections. Ne dit-on pas qu’il faut battre le fer tant qu’il est encore chaud ? L’équipe est bien décidée à amplifier jusqu’à dimanche l’engouement qu’elle ressent au sein de la population. Pour cela, il n’y a pas de secret, il faut rencontrer au maximum les Saint-Andréennes et Saint-Andréens. Parapluie dans une main, pile de tracts dans l’autre, les colistiers se sont répartis les quartiers correspondant aux 32 bureaux de vote. La réunion matinale a aussi été l’occasion de commenter le débat de la veille sur Antenne Réunion entre Eric Fruteau et le maire sortant. Et d’évoquer la création soudaine d’un comité de soutien socialiste.... au candidat UMP Jean-Paul Virapoullé.

Quatrième jour d’action. A la permanence de Terre-Rouge, l’énergie est intacte. Les colistiers d’Eric Fruteau, les militants, les sympathisants, étaient présents hier matin pour organiser la journée et faire un point d’étape de la campagne. Ce n’est ni la pluie, ni les critiques de l’équipe du maire sortant qui les ont découragé. Au contraire, hier matin, la motivation était au rendez-vous car tous les clignotants sont au vert pour la liste d’Eric Fruteau. Les interventions du candidat sur les radios, le débat télévisé face à Jean-Paul Virapoullé, les réunions publiques, le pouls de la population pris grâce au porte-à-porte : le second tour s’annonce positif.

« Virapoullé n’était que l’ombre de lui-même »

Le débat Fruteau-Virapoullé sur Antenne Réunion a confirmé la nécessité d’opter pour le changement dimanche prochain. C’est le sentiment de ceux réunis hier matin à la permanence. Pour eux, le sénateur-maire du haut de son expérience de 36 ans n’a pas fait le poids face à Eric Fruteau. « Jean-Paul Virapoullé n’était que l’ombre de lui-même », confie Paul. Ce colistier a vu ainsi se réaliser le pire cauchemar du maire sortant. « Je me souviens qu’il m’avait dit un jour : ce jeune-là, j’espère ne pas me retrouver en face de lui un jour. Pourquoi ? Lui avais-je demandé. Et il m’a répondu : parce que je n’ai rien à lui reprocher ». Paul et les autres colistiers sont unanimes. Malgré l’apparente confiance en soi, l’aisance face aux médias, le sénateur-maire était quelque peu déstabilisé. « Il a joué sur son expérience mais il était incapable de parler du concret. Alors que dans le discours d’Eric on sentait la proximité avec la population », souligne Pascal, l’un des militants. Eric Fruteau a en effet évoqué avec précision les problèmes rencontrés par les artisans, les habitants des quartiers isolés de Bras-des-Chevrettes, Dioré, etc. Mais du côté de Virapoullé, rien. « On voit bien que son expérience comme il dit, le cumul des mandats, l’a éloigné des Saint-Andréens », conclut Pascal.
De ce débat, Eric Fruteau a surtout retenu la tentative de son adversaire : agiter les vieux démons, dont l’autonomie. Bref, totalement hors sujet. « Ces combats d’il y a des années ne sont pas nos combats », a insisté Eric Fruteau.

Un comité de soutien socialiste... de droite

Autre sujet de conversation hier matin, la création d’un comité de soutien socialiste pour Jean-Paul Virapoullé. On y retrouve un certain Jean-Louis Alamèle, celui-là même qui a ouvert une épicerie sociale il y a environ un mois, celui-là même qui s’est permis de critiquer le CCAS de Saint-André dans nos colonnes (cf. article du 28 janvier) et qui justifiait par là la création de son association. Pendant la campagne, Jean-Louis Alamèle a même organisé une réunion publique chez lui à la Ravine-Creuse pour Eric Fruteau, avant de se retrouver colistier d’Emmanuel Sériacaroupin, le candidat socialiste. Aujourd’hui, il se dit de droite, alors qu’il nous avait affirmé : « je ne suis ni de gauche, ni de droite. Je n’attends pas de subventions de la mairie ». Mais il n’est pas le seul au sein de ce comité de soutien improvisé, certainement contre la volonté d’Emmanuel Sériacaroupin. Lequel a appelé à voter Eric Fruteau mardi dernier.
Toujours est-il qu’un tract anonyme circule dans Saint-André. Il affirme que les socialistes soutiennent Jean-Paul Virapoullé et donc appellent à voter pour ce dernier. Et pendant ce temps-là, le chantage aux employés communaux persiste. Avant-hier, en début d’après-midi, « ils étaient invités à se rendre à la crèche de la Cressonnière. On leur a expliqué qu’ils perdraient leurs emplois s’ils ne votaient pas pour monsieur le maire. Nous leur avons envoyé un courrier pour les rassurer », nous confie un colistier. On ne s’attardera pas, enfin, sur le cas des employés communaux mobilisés à la médiathèque pour décortiquer la liste des abstentionnistes.

Edith Poulbassia