Elections

Le PCR appelle à amplifier le rassemblement pour de nouveaux succès

Élections municipales et cantonales

Manuel Marchal / 12 mars 2008

Réélection à une large majorité dès le premier tour et perspectives de victoires dans plusieurs communes dimanche prochain : le Parti communiste réunionnais fait un bilan très positif du premier tour des Municipales et des Cantonales. Ce résultat conforte sa stratégie et appelle à de nouveaux succès, notamment à Saint-André, à Saint-Louis, à Saint-Paul, à Saint-Leu, à Bras-Panon et à Saint-Louis.

Hier, lors d’une rencontre avec la presse, Maurice Gironcel, Jean-Yves Langenier et Roland Robert ont souligné les avancées du premier tour des Municipales et des Cantonales et les perspectives de victoires pour dimanche prochain. Il est possible de dessiner un nouveau visage politique de La Réunion en amplifiant la dynamique de victoire grâce à la stratégie de rassemblement.
Réélection dès le premier tour à une large majorité pour Maurice Gironcel à Sainte-Suzanne, Jean-Yves Langenier au Port et Roland Robert à La Possession ; 3 listes soutenues par le PCR distançant celles conduites par les maires sortant à Saint-André, à Saint-Louis et à Saint-Leu ; 2 autres arrivées en deuxième position et bien placées pour l’emporter à Saint-Paul et à Bras-Panon : c’est un bilan très positif pour le Parti communiste réunionnais, porteur d’espoir de nouvelles victoires dimanche prochain.
Ce constat conforte la stratégie mise en œuvre depuis de nombreuses années et réaffirmée lors de la campagne électorale : l’union la plus large des forces vives pour faire avancer l’intérêt général de La Réunion.
Clin d’œil de l’Histoire, c’est au moment où La Réunion célèbre le 63ème anniversaire de la fondation du Comité républicain d’action démocratique et sociale (CRADS). En 1944, des Réunionnais et des Réunionnaises s’étaient rassemblés derrière l’étendard du progrès et de la libération de La Réunion du statut colonial. Quelques mois plus tard, le CRADS remportait plus de la moitié des municipalités, et l’année suivante, les Réunionnais élisaient 2 députés du CRADS qui allaient inscrire dans la loi l’abolition du statut colonial : Léon de Lépervenche et Raymond Vergès.

Les succès de l’union

Pour le PCR, l’essentiel est la réussite de la stratégie d’union qu’elle a proposée bien avant les élections. Elle est à l’origine de larges victoires et permet d’espérer d’autres succès dimanche prochain. Maurice Gironcel rappelle que cette stratégie répond aux attentes de la population exprimées lors de la Présidentielle et des Législatives l’an passé. Elle vise à rassembler le plus largement possible autour de deux axes : la prise en compte de la situation sociale et le développement cohérent de La Réunion.
« Cet état d’esprit donne un succès éclatant dans les trois municipalités dirigées par le PCR », précise le maire de Sainte-Suzanne. A Sainte-Suzanne et au Port, les listes d’ouverture conduites par Maurice Gironcel et Jean-Yves Langenier ont atteint des scores sans précédent en termes de nombre de voix et de pourcentage.
Un autre élément fondamental de ce premier tour est le score remarquable des listes de rassemblement soutenues par le PCR. Et elles ont de grandes chances de confirmer ce succès dimanche.
A Saint-André, avec près de 49% des suffrages, Éric Fruteau distance Jean-Paul Virapoullé de 9 points. Arrivé troisième, Emmanuel Sériacaroupin, tête de liste PS, appelle à voter pour Eric Fruteau en vertu du désistement républicain. A Saint-Louis, Claude Hoarau est devant Cyrille Hamilcaro. A Saint-Paul, Thierry Robert est largement devant Jean-Luc Poudroux, et a été élu dès le premier tour conseiller général. A Saint-Paul, Huguette Bello est au coude à coude avec Alain Bénard. A Bras-Panon, Jean-Hugues Ratenon est arrivé en deuxième position, et pour le second tour, il a réussi à faire autour de lui l’union de tous les opposants du maire sortant. Il est en effet important de noter que Jannick Atchapa, ancien premier adjoint du maire de Bras-Panon, a immédiatement appelé à voter pour Jean-Hugues Ratenon.

L’importance du partenariat institutionnel

Pour le deuxième tour, Jean-Yves Langenier et Roland Robert veulent apporter un appui direct à Huguette Bello à Saint-Paul. Maurice Gironcel concentrera ses efforts sur Saint-André et Bras-Panon pour soutenir Eric Fruteau et Robert Nativel face à Jean-Paul et Jean-Marie Virapoullé ; et Jean-Hugues Ratenon face à Daniel Gonthier.
De plus, les trois maires réélus annoncent leur soutien à la liste conduite par Claude Hoarau à Saint-Louis, et à Elie Hoarau, Graziella Leveneur et Krishna Damour, tous trois candidats aux Cantonales à Saint-Pierre. Ils appellent à amplifier la victoire à Saint-Leu, où la liste de Thierry Robert devance celle de Jean-Luc Poudroux, et où Isabelle Poudroux a la possibilité d’être élue conseillère générale.
La dynamique de la victoire est du côté des candidats soutenus par le PCR, poursuit Maurice Gironcel. Le rassemblement peut gagner partout dans l’île. Ce qui peut être la base d’un changement historique. Le maire de Sainte-Suzanne rappelle qu’au lendemain de la guerre, le CRADS avait réussi le rassemblement et ainsi offrir un espoir à la population. Le scrutin de dimanche prochain peut être de redessiner une nouvelle carte politique de La Réunion. Elle comprendra des équipes œuvrant pour l’intérêt général et un partenariat institutionnel entre les municipalités, les Communautés d’agglomérations, le Conseil général et la Région.
A l’heure où La Réunion est confrontée à de nombreux défis et au moment où les plus démunis sont la cible de mesures qui renforcent leurs difficultés, il est important que ce partenariat institutionnel puisse sortir renforcé du scrutin afin de faire avancer l’intérêt général de La Réunion.

Manuel Marchal


Refuser l’union : un choix sanctionné par le suffrage universel à La Possession

Avant les élections, la liste de Roland Robert avait proposé l’union dès le premier tour à la section socialiste de La Possession. Le maire indique qu’il a eu 3 rencontres avec les responsables de la section. Il rappelle qu’il avait proposé à la section socialiste 5 postes de conseillers municipaux, 5 postes de conseillers communautaires au TCO, un poste d’adjoint, un poste de vice-président du TCO et une présidence de commission.
La section socialiste a décliné cette proposition et a choisi de monter sa propre liste. Dimanche dernier, le PS a obtenu 7,88% des suffrages, et un seul élu au Conseil municipal.


Les raisons des victoires dès le premier tour

La Possession : liste d’ouverture et implication des jeunes

La Possession est sans doute la commune qui a connu le plus important accroissement démographique depuis les dernières Municipales, avec entre autres plus de 4.000 inscrits supplémentaires sur les listes électorales. Le maire de la commune rappelle que lors de sa première élection en 1971, La Possession comptait 6.000 habitants, et environ 30.000 aujourd’hui. Cet accroissement démographique s’accompagne d’un intérêt croissant des jeunes pour la politique. Roland Robert souligne que de nombreux jeunes se sont impliqués dans le succès politique qu’a remporté sa liste, ce qui est un atout pour l’avenir.
La nouvelle victoire de la liste conduite par Roland Robert dès le premier tour est d’abord le résultat d’un bilan soutenu par la population. C’est également la confirmation du succès de la stratégie d’ouverture et de rassemblement appliquée de longue date à La Possession. Cette année, la liste comportait en effet des personnalités de tendances politiques diverses et de la société civile, mais animées par un seul but : la victoire de La Possession.
Roland Robert note également que la politique de proximité menée dans la commune porte ses fruits. Elle s’illustre par les élections de Conseils de quartier, qui ne sont pourtant obligatoires que dans les villes de plus de 80.000 habitants.
Le maire sortant constate également que sa liste porte un projet crédible et chiffré, dont les grands axes sont la construction d’un nouveau centre-ville et la réappropriation du littoral par la population.


Le Port : adhésion massive au Projet de Ville

Jean-Yves Langenier se félicite d’un succès sans précédent au Port. Avec près de 70% des suffrages, la liste conduite par le maire sortant aura 34 conseillers municipaux au lieu de 32 en 2001. C’est le résultat de l’union dès le premier tour avec l’ouverture vers la société civile, souligne le maire du Port. Jean-Yves Langenier revient sur une des réussites du scrutin : l’adhésion de la population au Projet de Ville, prévu pour se décliner sur plusieurs mandats. Lancé en 1971 par la municipalité dirigée à l’époque par Paul Vergès, ce projet proclamait notamment le droit à la Ville, le droit au logement, le droit à la formation, le droit à la culture, le droit à l’environnement. « Cela constitue le socle du Projet de Ville », ajoute Jean-Yves Langenier, qui précise qu’aujourd’hui, Le Port a 70% de logements sociaux. C’est le résultat d’une politique de maîtrise du foncier, de luttes pour obtenir des crédits et monter les projets.
Les chantiers se poursuivent au Port, note le maire, avec actuellement 5 opérations RHI simultanées.
Autre illustration de la déclinaison de ce Projet de Ville : l’eau. Bien qu’elle soit une des communes les moins arrosées de La Réunion, Le Port approvisionne toute l’année ses habitants en eau potable, ce qui n’est pas le cas d’autres communes où le climat est bien plus pluvieux.
Pour continuer à mener à bien ce projet, la nouvelle équipe allie expérience et jeunesse. Le bilan, le projet et la liste ont reçu une adhésion massive de la population.


Maurice Gironcel : « Après le 9 mars, le combat continue »

Malgré la présence de 6 listes opposées à celle du maire sortant, la liste soutenue par le PCR a réalisé un score sans précédent à Sainte-Suzanne : plus de 62% dès le premier tour et l’élection de 31 élus municipaux contre 26 en 2001.
Aucune des autres listes ne dépasse 10%, et l’opposition au Conseil municipal sera composée de 4 têtes de liste.
Pour tirer les enseignements du scrutin, Maurice Gironcel s’appuie sur une déclaration d’Alain Sinaretty : « La division de la droite n’explique pas son échec. Maurice Gironcel a pu rassembler au-delà de son électorat ».
Le maire note que dans sa commune, le nombre d’inscrits a augmenté de 4.000 depuis 2001. Maurice Gironcel a mené sa campagne à partir de son projet, qui comporte notamment des projets d’intérêt général pour La Réunion. C’est le cas par exemple du prolongement du tram-train jusqu’à Quartier-Français.
Il met en avant une campagne de responsabilisation car l’élection du 9 mars n’est pas une fin en soi. « Après le 9 mars, le combat continue », conclut Maurice Gironcel.