Elections

Les entrepreneurs de la rénovation saint-andréenne avec Eric Fruteau

Installation du Conseil municipal de Saint-André

Témoignages.re / 25 mars 2008

C’est devant une salle de Conseil pleine, et devant la population saint-andréenne, que le nouveau maire de Saint-André a endossé l’écharpe tricolore, symbole de son autorité de premier magistrat. Eric Fruteau a rendu un vibrant hommage à ses électeurs, et à toute la population saint-andréenne, à qui il assure du changement.

JPEG - 18 ko
Le nouveau maire assure qu’il aura l’oreille attentive, sans préjugés partisans.
(photo WT)

« Qu’est-ce que cela vous fait 37 ans après ? », demande un confrère, faisant allusion au 37 ans de règne de Jean-Paul Virapoullé. « Pour moi, c’est 13 ans, après être entré dans l’opposition. C’est après une longue vie militante aussi », fait remarquer Eric Fruteau, qui n’est sûrement pas un novice en politique, comme voulait le faire croire le maire sortant, Jean-Paul Virapoullé, dont l’absence fut d’ailleurs très remarquée lors de ce premier Conseil municipal de la nouvelle mandature. Après avoir tant lutté pour décrier la situation politique à Saint-André, Eric Fruteau conduit aujourd’hui une majorité municipale entièrement dévouée à cette ville, et à sa population. Eric Fruteau - ce n’était pas une surprise - est élu maire de Saint-André. Le quorum est atteint, malgré l’absence des 9 conseillers de l’opposition. La voix de l’urne est sans appel. Sur 34 voix exprimées, 34 confirment le rôle d’Eric Fruteau. C’est sous un tonnerre d’applaudissement que l’on confie alors son écharpe tricolore au premier magistrat, qui ne cache pas son émotion. Cela se passe sous les yeux d’un autre jeune de Saint-André. Une photo de Laurent Vergès dans les mains, il ne peut qu’exprimer sa joie de « voir la jeunesse saint-andréenne et Saint-André gagner », explique-t-il.

Moderniser la vie politique à Saint-André

Le discours d’investiture d’Eric Fruteau ne laissera personne indifférent, et encore moins Adrien Larivière, qui fut là aux côtés de Laurent Vergès et Claude Hoarau. Il a enfin cette victoire tant attendue. Eric Fruteau a redonné de l’espoir. Après avoir salué les électeurs qui lui ont fait confiance, le nouveau maire assure à toute la population saint-andréenne qu’il aura l’oreille attentive, sans préjugés partisans. C’est le maire de tous les Saint-andréens. Il entend en effet donner du sens à ce changement de cap, tant annoncé durant la campagne municipale. S’il veut « moderniser la vie politique » à Saint-André - ce qu’il considère comme « une nécessité » -, le nouveau maire de Saint-André compte « faire aboutir le plus urgent : vous dire la vérité, rétablir le droit et la justice dans le fonctionnement municipal, donner la priorité à l’éducation, améliorer le cadre de vie, inscrire notre ville sur la voie du développement durable, en respectant l’environnement ».
Consciente qu’une page de l’histoire de Saint-André et de La Réunion se tourne à la vue de tous, l’équipe municipale sait qu’elle a du pain sur la planche. Le nouveau maire peut s’appuyer sur ses colistiers, mais aussi sur le nouveau conseiller général Robert Nativel. Il espère cependant que les conseillers de l’opposition sauront participer à ce projet, pour faire gagner Saint-André, et soutenir la population. « C’est la réconciliation entre tous les Saint-andréens que j’ai vue naître au soir du deuxième tour. C’est la liberté d’expression, c’est la liberté d’actions, de créations, d’entreprise retrouvée, qui feront de chacun d’entre nous, de chacun d’entre vous, j’en suis intimement persuadé, les entrepreneurs de la rénovation, de la reconstruction, de notre ville, de notre maison saint-andréenne », déclarait Eric Fruteau avec beaucoup d’émotion.

Une population dans l’attente des réalisations

La population saint-andréenne était là au rendez-vous, pour saluer leur nouveau maire. Malgré le week-end pascal, parents et enfants assistent à ce moment historique. Sur la place du 2 décembre 1982, rebaptisée Place de la liberté par quelques militants, plus d’un millier de personnes suivent attentivement l’installation du nouveau Conseil municipal, et ne manquent pas une miette de l’élection de leur nouveau maire. La fête sera pour après, mais pour l’heure, on suit “religieusement” l’élection du maire. Les commentaires vont bon train quant à l’absence des deux Virapoullé, et des autres conseillers de l’opposition. « Lï lavé për rann dé kont an dirèk devan la popïlasion », explique un Saint-andréen. « Dawar, lï lavé ont son travay, tousa magouy la fé desï le do le pëp. E kan in moun lé trant-sèt an o pouvoir, koman lï pë aksèpté in défèt. Lé sienn té kom le gou in volé d-boi vèr. Mi di mèrsi Eric Fruteau », déclare un Saint-andréen au sortir d’une auto aux couleurs de la victoire, et ornée d’affiches électorales.
Les Saint-andréennes et Saint-andréens attendent beaucoup de cette nouvelle municipalité. « Tout ne se fera pas en un jour », reconnaît le nouveau maire de Saint-André, qui utilisera à bon escient les 6 années de mandature pour aboutir à son projet, écrit avec la population saint-andréenne. Pour autant, Eric Fruteau n’a pas manqué de rappeler qu’il travaillera pour conserver la confiance des Saint-andréens, lors de prochaines élections. « Bon travail ! », concluait Eric Fruteau. Il est vrai qu’il faut maintenant abattre un travail phénoménal pour reconstruire Saint-André, si longtemps laissée à l’abandon.

Willy Técher


Discours d’Éric Fruteau

« C’est la réconciliation entre tous les Saint-andréens que j’ai vue naître au soir du deuxième tour »

« Mesdames, messieurs, chers amis, je suis extrêmement honoré de la responsabilité qui m’est confiée par le Conseil municipal et par la population de Saint-André tout entière. Je vous remercie pour le mandat que vous me confiez. Je tiens à remercier très chaleureusement celles et ceux qui m’ont accordé leur confiance le 16 mars 2008. Je rends hommage aux anciens et à tous ceux qui, à un moment donné de leur vie, ont donné de leur temps pour Saint-André, pour défendre un idéal de justice et de progrès social.
Aussi, bien au-delà des engagements partisans ou de listes, je tiens à remercier l’ensemble des Saint-andréennes et Saint-andréens qui, dignement, sereinement, dans le respect mutuel, ont donné une nouvelle image des élections dans notre commune. Une page de l’histoire saint-andréenne et réunionnaise se tourne aujourd’hui. Je voudrais ici solennellement les féliciter et les applaudir pour ce qu’ils ont fait. J’insiste sur cela car, comme je l’ai dit à plusieurs reprises lors de mes réunions, lors de mes prises de parole au cours de la campagne électorale, comme je l’ai écrit dans mon projet, il est possible de moderniser la vie politique dans notre commune. J’irais même plus loin : c’est une nécessité. Cette vision moderne de la politique, que mes colistiers et moi-même entendons défendre, est attendue par notre population.
La politique, c’est souvent des affrontements, parfois celle du combat d’idées contraires, de projets certes opposés, mais cela doit toujours rester respectueux de la personne humaine et de ses libertés fondamentales. Soyons un exemple pour notre jeunesse, pour nos enfants, pour toutes celles et ceux qui ont placé tant d’espoir en nous. Incarnons ce changement, et rendons à la politique, à son action, à ses réalisations, ses lettres de noblesse.
Mesdames, messieurs, mes chers amis, la phase de mise en œuvre concrète de notre projet va maintenant débuter. Je prends l’engagement solennel que dans notre municipalité, l’ensemble de ses services, l’ensemble de ses employés, à quelque niveau que ce soit, en seront les chevilles ouvrières, les acteurs privilégiés. Je prends l’engagement que les associations de terrain, leurs animateurs, directeurs, éducateurs, ceux qui s’impliquent tous les jours dans les quartiers auprès des enfants, des jeunes, de publics en difficulté, de personnes âgées ou dépendantes, auront la possibilité d’être au cœur de cette transformation que je veux pour notre ville, votre ville.
Je prends l’engagement que chaque famille, chaque individu, sera écouté, entendu, et pourra nous faire part de ses idées. A ce titre, j’informe que nous commencerons à recevoir le public à partir de la mi-mai. Je prends l’engagement d’entreprendre ce pourquoi vous m’avez élu. Certes, tout ne peut pas être fait en un jour. Nous avons un mandat de 6 ans pour faire aboutir le plus urgent : vous dire la vérité, rétablir le droit et la justice dans le fonctionnement municipal, donner la priorité à l’éducation, améliorer le cadre de vie, inscrire notre ville sur la voie du développement durable, en respectant l’environnement. Je sais que je peux compter sur l’action de notre nouveau conseiller général, Robert Nativel, et sur celle de tous les conseillers municipaux, y compris ceux de l’opposition qui ont toute leur place dans ce Conseil municipal, pour faire aboutir nos projets. Et je mettrais tout en œuvre pour conserver votre confiance lors d’échéances futures. Je souhaiterais sincèrement que tous les élus, toutes tendances confondues, se battent pour faire gagner Saint-André, notre ville, votre ville. C’est la réconciliation entre tous les Saint-andréens que j’ai vue naître au soir du deuxième tour. C’est la liberté d’expression, c’est la liberté d’actions, de créations, d’entreprise retrouvée, qui feront de chacun d’entre nous, de chacun d’entre vous, j’en suis intimement persuadé, les entrepreneurs de la rénovation, de la reconstruction, de notre ville, de notre maison saint-andréenne. Bravo à vous tous. Et maintenant, au travail ! ».