Elections

Liste de rassemblement pour l’emploi et le droit au logement

Élections municipales au Port

Manuel Marchal / 19 janvier 2008

Le logement et l’emploi seront les priorités du projet présenté hier par la tête de liste, Jean-Yves Langenier. Cela signifie poursuivre les efforts engagés pour éradiquer l’habitat insalubre, garantir l’application du droit au logement, et soutenir le développement de deux industries prometteuses : les énergies renouvelables avec ’Le Port, Ville solaire’, et la pêche.

« Une liste de rassemblement ouverte, intégrant des jeunes, pour relever les nouveaux défis de la Ville. Notre équipe municipale mobilisera tous les moyens pour apporter sa contribution active non seulement aux secteurs prioritaires de l’emploi et du logement, mais aussi à la formation ». La liste conduite par Jean-Yves Langenier, maire du Port, va porter des projets répondant aux attentes de la population.
C’est le social qui est le socle de toutes ses actions. Le logement sera encore un axe fort du prochain mandat.
« Le droit au logement est un droit reconnu, il faut que ce droit soit effectif », indique Jean-Yves Langenier, pour qui il est important que « l’État mette les moyens pour que ce droit soit réel ».
« Le Port est en chantier, quatre opérations RHI sont en cours. Quand elles seront terminées, l’insalubrité sera éradiquée du territoire de la commune »,
indique Jean-Yves Langenier. Cela permet de mesurer tout le chemin parcouru depuis la délibération votée le 2 décembre 1971 par le Conseil municipal. Sous la direction de Paul Vergès, la municipalité avait affirmé plusieurs droits pour la population : droit à la Ville, à un logement décent, à la formation, aux loisirs. Et en 1971, la population s’entassait en majorité dans des bidonvilles. Au cours du prochain mandat, ce formidable défi du droit au logement pourra alors être relevé.

Grands chantiers d’aménagement

Le Port mène de longue date une politique volontariste dans ce domaine. Jean-Yves Langenier indique qu’en 2006, une étude nationale avait constaté que la commune du Port abritait 70% de logements sociaux. Cette étude avait indiqué que « pas une commune ne fait mieux au niveau national », précise la tête de la liste du rassemblement.
Mis à part les RHI, l’effort en faveur du logement va se poursuivre dans la rénovation urbaine. C’est dans ce cadre que s’inscrit la signature de la convention avec Fadéla Amara, secrétaire d’Etat à la Ville. D’un montant total de plus de 70 millions d’euros, les travaux vont totalement réhabiliter la ZAC 1, c’est-à-dire les cités Léon de Lépervanche et Raymond Vergès. La phase opérationnelle débutera cette année.
Sur le plan de l’aménagement, le prochain mandat verra la réalisation du Mail, ainsi que la poursuite de la densification du centre-ville, et des opérations de dynamisation du secteur commercial. Quant au tram-train, sa construction marquera la prochaine mandature (voir encadré).
Sur le plan de l’emploi, les six prochaines années seront marquées par la valorisation d’industries nouvelles.

Favoriser l’emploi et la formation

En premier lieu, c’est le projet "Le Port, Ville solaire". La liste compte mettre en œuvre une centrale solaire d’une puissance de 30 mégawatts. Il s’inscrit dans le mot d’ordre d’autonomie énergétique lancé par la Région en 1999 et mis en application à travers une politique reconnue au plus haut niveau. "Le Port, Ville solaire", c’est également un moyen de dynamiser la filière de l’énergie solaire. Jean-Yves Langenier souligne que tous les acteurs de cette industrie sont implantés au Port, et il met l’accent sur les retombées en termes d’emploi. En effet, les professionnels des énergies renouvelables annoncent la création de 15.000 emplois.
La pêche est également un autre secteur prometteur pour l’emploi. Dès cette année, c’est l’inauguration de la nouvelle darse de pêche. Dans un contexte de restriction de la ressource dans l’hémisphère Nord, le potentiel du Sud de l’Océan Indien suscite un grand intérêt. Dans ce contexte, les perspectives sont favorables.
Pour que ces créations d’emplois se traduisent par une réduction du chômage, Jean-Yves Langenier indique qu’« un effort particulier sera fait pour mettre à la disposition des Portois et des Réunionnais une offre de formation importante ». Ainsi, le projet prévoit la construction d’une Faculté des autodidactes et des cadres (FAC), « qui va rassembler d’importantes structures de formation », notamment l’antenne du CNAM, première université professionnelle française avec 70.000 stagiaires.
C’est donc un programme répondant aux attentes de la population que la liste d’ouverture et de rassemblement conduite par Jean-Yves Langenier propose aux électeurs de la cité maritime.

Manuel Marchal


Emploi : la contribution de l’Etat diminue

Résister à la casse sociale

Dans le cadre de la lutte pour l’emploi, Jean-Yves Langenier constate une diminution de l’enveloppe allouée par l’Etat à la commune. En 2001, l’Etat finançait à hauteur de 700.000 euros les contrats aidés. En 2007, cette participation est descendue à 500.000 euros.
« La contribution de la ville augmente, et dans le même temps le nombre des contrats diminue. C’est la population qui subit ces restrictions », dit Jean-Yves Langenier. Il indique que les bénéficiaires des 15 milliards accordés par le "paquet fiscal" sont traités d’une toute autre façon.
« La liste que je conduis est aussi une liste de résistance à la "casse sociale" et aux attaques du gouvernement UMP contre les acquis sociaux et contre les plus démunis », affirme Jean-Yves Langenier.


Ville et port : L’ouverture sur le monde

Réconcilier la population avec le port de commerce, tout en apportant une contribution au co-développement : c’est un objectif majeur du projet Ville et port soutenu par la municipalité actuelle et que la liste conduite par Jean-Yves Langenier compte mener à bien.
« Au second semestre 2008, c’est le début de la construction de la darse de grande-plaisance », indique la tête de la liste de rassemblement.
Il s’agit de mettre fin à l’isolement du port de commerce pour qu’avec la ville, se créent de nouvelles synergies au profit du développement.
Ce projet va également permettre de faciliter les rencontres avec les autres peuples de la région. « Nous avons des contacts avec les villes portuaires de Port-Louis, Tamatave, Durban, Maputo et bientôt Walvis Bay en Namibie », précise Jean-Yves Langenier. Cela préfigure un tissu relationnel visant à favoriser l’intégration de La Réunion dans son environnement régional, ajoute-t-il.


Tram-train : Le Port, centre du réseau

La prochaine mandature verra la réalisation de la première phase du tram-train entre Sainte-Marie et Saint-Paul.
La cité maritime abritera le centre de maintenance du réseau. Sur son territoire se situera également un pôle d’échange entre le tram-train et d’autres modes de déplacement pour que les usagers puissent poursuivre leur voyage dans un transport collectif, ou à vélo.