Elections

Nous allons jouer notre rôle d’opposition constructive

Politique - analyse des élections politiques à Bras-Panon

Témoignages.re / 27 mars 2008

Jean-Hugues Ratenon invitait la presse à un débriefing électoral, au sortir des dernières échéances. Candidat des forces du progrès sur Bras-Panon, il s’affirme comme l’arbitre dans la gestion communale de la ville de l’Est. Seul mot d’ordre : défendre les intérêts de la population panonnaise.

Après une campagne passionnante sur Bras-Panon, Jean-Hugues Ratenon dressait l’analyse de cette aventure politique. Même si le scrutin donne vainqueur le candidat de l’ex-UMP, Daniel Arsène Gonthier, la liste du leader associatif n’aura certainement pas démérité. Elle connaît d’ailleurs une progression inéluctable.

On peut même aisément dire qu’elle était à deux doigts de faire palanquer Daniel Gonthier, sans créer la polémique. Relevant dès le premier tour l’union des forces du Progrès, avec le PS, le PCR et la société civile, la liste menée par Jean-Hugues Ratenon avait toute opportunité pour prendre la mairie de Bras-Panon et un siège de conseiller général au Palais de la Source. On ne peut que regretter, comme Jean-Hugues Ratenon d’ailleurs, l’attitude de Jeannick Atchapa qui a servi à la déstabilisation de l’électorat panonnais.

Les abstentionnistes du premier tour ont été dupés par la farce d’Atchapa, tandis que bon nombre d’électeurs du premier tour ont préféré s’abstenir au vu de tel coup bas en politique. Le grand gagnant de ce revirement de situation est bien évidemment Daniel Gonthier, qui peut bien critiquer l’alliance « contre-nature » de Nassimah Dindar et des forces du progrès au Conseil Général, alors qu’il n’a sûrement pas craché sur l’opportunité de la rétractation de Jeannick Atchapa, à son profit.

Réinstallé dans ses fonctions de maire et de conseiller général de Bras-Panon, Daniel Gonthier peut bien commenter, aigri, les échéances électorales, et la conscience politique d’une majorité d’élus du département, qui ont préféré s’unir pour le bien général de la population réunionnaise, alors que lui travaille à l’isolement de la commune dont il doit assumer la gestion, équitable et sereine. Le changement de cap ne se fera pas avant six ans. Tardera, mais viendra.

Cinq conseillers de l’opposition

La population panonnaise s’est exprimée, et il est nulle question de faire le gros cœur après une défaite. Toujours est-il que la liste de Jean-Hugues Ratenon entre dans l’opposition, et saura faire entendre la voix de la raison. Espérons que cela se déroulera dans le respect mutuel, et la vérité. Daniel Gonthier s’est livré à quelques remaniements sur sa liste, évinçant par exemple des postes forts les femmes de sa liste au profit d’un premier adjoint qui ne retient aucune sympathie de la population panonnaise.

Madame Tamon, normalement la première adjointe, est finalement la sixième adjointe, tandis Emilienne Matacoine est tout simplement limogée de sa liste. Est-ce un avant-goût des promesses de Daniel Gonthier, ou est-ce promèt kamishat ? Jean-Hugues Ratenon ne cache pas que le premier conseil municipal a été tendu, « comme le sera la gestion municipale durant cette mandature », prévient Jean-Hugues Ratenon. Dès son élection, Daniel Gonthier avait prôné l’ouverture, aujourd’hui il se comporte avec sectarisme.

La population panonnaise, et Bras-Panon, n’ont pas besoin de cela. Jean-Hugues Ratenon et les autres conseillers de l’opposition, dont une toute nouvelle en politique Fabienne Calicharane, s’affirment comme ouverts au dialogue, et comptent appuyer la majorité municipale dès qu’il s’agit de projets favorables pour Bras-Panon, des projets d’utilité générale, mais ne cacheront pas leur opposition dès que la majorité de Daniel Gonthier s’attaquera aux intérêts des panonnaises et des panonnais.

Bref ! la vigilance est de mise, mais l’opposition veut participer au développement de Bras-Panon. « Nous allons jouer notre rôle d’opposition constructive », insiste Jean-Hugues Ratenon. Est-ce que Daniel Gonthier entend cette volonté de travailler ensemble, ou s’oppose à l’union des forces ? Sa vision de la politique réunionnaise, est-elle fermée à son seul clan politique ?

« Daniel Gonthier doit se ressaisir »

Autre question fondamentale, qui interroge l’avenir de la micro-région Est, c’est celle de la CIREST, qui a connu un profond bouleversement depuis les dernières échéances ? Comment Daniel Gonthier compte-t-il faire entendre la voix panonnaise, celle qui appelle au développement, et non plus à la guerre entre clans politiques ? « Daniel Gonthier doit se ressaisir », déclare Jean-Hugues Ratenon.

La CIREST bascule, et Bras-Panon ne doit pas être victime des coups de sang d’un élu qui ne veut pas travailler avec tel ou tel parti. Bras-Panon a de nombreux atouts, une jeunesse, la nature, l’agriculture, des activités, des ressources qu’il faudra faire valoir dans l’exécutif de la CIREST, et mettre en cohésion avec les efforts des communes limitrophes, et amies. Le développement n’est pas une question de parti. « Bras-Panon ne doit pas perdre la voie du développement », explique Jean-Hugues Ratenon. Espérons que le ténor de l’ex-UMP locale saura entendre le vote des électeurs réunionnais, la voix de bon nombre de Panonnais !

Willy Técher