Elections

Rassemblement autour d’une plate-forme pour La Réunion

Après les Municipales et les Cantonales, et à la veille de l’élection du Président du Conseil Général

Manuel Marchal / 22 mars 2008

« Allons-nous avancer dans la résolution des problèmes en se dressant un camp contre l’autre ? La pire des choses est de dresser la moitié de La Réunion contre l’autre au nom d’intérêts personnels alors qu’il faut se rassembler ». Paul Vergès lance un appel au rassemblement autour d’une plate-forme reprenant les engagements des nouveaux élus. Les inquiétudes et les espoirs de la population, ainsi que les rendez-vous à venir dans les six prochaines années plaident pour la fin des affrontements partisans.

Lors d’une rencontre hier avec les journalistes, Paul Vergès a évoqué la situation politique à La Réunion au lendemain des Municipales et des Cantonales.
La répercussion à La Réunion de mesures du gouvernement dans le domaine du social (licenciement des TOS, baisse des revenus des pharmacies, contrôle du revenu des allocataires de minima sociaux, franchises médicales, rapport Attali), la hausse des prix a débouché sur un questionnement et des peurs à La Réunion, note le Président de la Région.
Certains ont mis leur chapeau dans leur poche, et il ne s’est pas trouvé de défenseur de la politique menée par Nicolas Sarkozy. Face à cette situation, on pouvait s’attendre à une large défaite de ceux qui habituellement se réclament du gouvernement. Mais le scrutin aboutit à un bilan contrasté sur ce point ?
Des défenseurs de l’UMP ont en effet eu des résultats qui contredisent les prévisions d’avant le scrutin. C’est par exemple le cas au Tampon où la liste conduite par le maire sortant, également député UMP, a été largement réélue au premier tour.
Comment expliquer alors ces résultats ?

Tous militent pour le développement durable

Le résultat de ces élections traduit l’appréhension de la population face à plusieurs questions clés : le manque d’emploi, la crise du logement, le coût de la vie et la précarité. Ce qui veut dire que les candidats élus ont une énorme responsabilité. Ils se sont en effet engagés à résoudre des problèmes et doivent répondre positivement aux attentes des électeurs. Paul Vergès souligne « l’unification du courant d’inquiétude et d’espoir dans les candidats élus ».
Ce constat appelle au rassemblement le plus large pour la défense de l’intérêt général. En effet, les équipes élues dimanche dernier auront un mandat pendant lequel des rendez-vous essentiels attendent La Réunion : accords de partenariat économique, remise en cause du régime actuel d’Octroi de mer, de l’OCM Sucre avec en toile de fond des facteurs qui amplifient les craintes (croissance faible en France et prix du pétrole). De la manière dont La Réunion négociera ces différents rendez-vous dépendra le développement du pays. C’est le contexte de ce mandat.
Face à ce contexte, Paul Vergès constate que les professions de foi des différents candidats affichent une convergence sur plusieurs points. Tous sont pour le développement durable, qui se décline entre autres par la proximité et le partage des responsabilités avec la société civile. L’initiative de l’Alliance lors des régionales de 2004 inspire beaucoup.

Renforcer le partenariat institutionnel

Mais certains ne partagent pas cette analyse et veulent couper La Réunion en deux sans tenir compte de l’expression populaire sortie des urnes. Ils prônent l’affrontement bloc contre bloc. C’est ce qui explique l’ajournement de la séance plénière du Conseil général à demain. « La pire des choses est de dresser une moitié de La Réunion contre une autre au nom d’intérêts personnels alors qu’il faut se rassembler », souligne Paul Vergès, « dimanche, si ce projet est maintenu, c’est l’ouverture d’une période d’affrontement. Va-t-on vers une situation de remise en cause ? »
Le partage par tous les candidats de revendications communes, comme par exemple le développement durable, et les redoutables rendez-vous qui attendent La Réunion au cours des six prochaines années, appellent à sortir de cette logique de division. Paul Vergès lance un appel aux candidats aux responsabilités : « Bâtissons une plate-forme reprenant vos engagements et unissons-nous pour la défendre ».
Le Président de la Région souligne l’importance de renforcer le partenariat institutionnel. Pour défendre l’intérêt général et faire avancer le projet réunionnais, il est essentiel que les communes, le Conseil Général et la Région soient ensemble les porte-parole des inquiétudes et des espoirs de tous les Réunionnais.

Manuel Marchal


Un mandat décisif

Plusieurs rendez-vous essentiels sont au programme des élus. C’est tout d’abord l’application des directives de l’OMC, c’est-à-dire le libre-échange, dans les relations entre La Réunion et les pays voisins avec la prochaine signature des Accords de Partenariat Économique. « Le principe est acquis, les conditions sont mises en place » avec notamment l’accord intérimaire signé à la fin de l’an dernier entre l’Union européenne et les pays de l’Océan Indien.
C’est ensuite la fin du régime actuel d’Octroi de mer à la fin 2013. Vu comme un obstacle aux règles commerciales internationales en raison de sa spécificité, son abolition est réclamée au cours des négociations entre l’Union européenne et les pays ACP. Or, l’Octroi de mer est une source essentielle de recette pour les communes.
La fin de l’actuel OCM Sucre en 2013 concerne toutes les communes car les 26.000 hectares de cannes à sucre se répartissent sur tout le territoire du pays.
Par ailleurs, la croissance française révisée à la baisse par rapport à l’hypothèse retenue par le gouvernement dans le budget menace d’entraîner une diminution des recettes fiscales. Quant au pétrole, un prix du baril au-dessus de 100 dollars aggrave la vie chère.


Désenclavement maritime et aérien : la coopération en avant

La mondialisation de l’économie amène un bouleversement dans le fret maritime. Seuls quelques ports dans le monde sont capables d’accueillir la nouvelle génération de porte-containers géants, aussi grands qu’un porte-avion et capables d’emporter 20.000 containers. Se pose alors la question de savoir comment La Réunion pourra livrer et aller chercher ses marchandises jusqu’à ces ports.
Ce dossier sera à l’ordre du jour les 27 et 28 mars prochains lors du Conseil des ministres de la Commission de l’Océan Indien. Est notamment à l’ordre du jour la proposition de création d’une compagnie maritime régionale, afin d’améliorer les liaisons entre les îles et de garantir aux pays de la COI une communication avec les grandes routes maritimes du 21ème siècle. Ce Conseil des ministres abordera également les transports aériens.
Sur ce dossier, Paul Vergès rappelle l’étape importante qu’Air Austral vient de franchir avec la signature d’un contrat avec Airbus pour la livraison de l’A380. Le plus gros avion du monde, exploité selon le modèle “low-cost”, pourra faire baisser le prix du billet d’avion de 30%. Les Antilles sont également demandeuses et pourraient s’associer à l’initiative de la compagnie réunionnaise.