Elections

Rassemblement et solidarité autour d’une nouvelle génération de dirigeants

Un enseignement historique des dernières élections

Manuel Marchal / 22 mars 2008

Paul Vergès note que le résultat des élections marque le succès d’un objectif : celui d’assurer la transition des responsabilités vers les nouvelles générations. Il se félicite des victoires obtenues par les militants, rassemblés et solidaire, pour remporter des succès historiques à Saint-Paul et Saint-André.

Concernant les résultats du PCR lors des dernières élections, Paul Vergès y voit un bilan instructif et positif. En passant de trois à six communes, le PCR fait plus que doubler le nombre de personnes qui sont administrées par un Conseil municipal dirigé par un maire communiste. Par ailleurs, le Parti est présent dans d’autres communes où les élus ne sont pas du PCR mais où l’influence du PCR a été décisive. « Sur ces plate-formes définies ensemble, nous avons contribué à la victoire d’élus réunionnais qui n’appartiennent pas au PCR », précise Paul Vergès qui se félicite de cette réussite.

L’autre point important est l’émergence d’une nouvelle génération de dirigeants, amalgame entre les anciens, les jeunes et les femmes.

« A Saint-Louis, Claude Hoarau est élu, c’est la génération qui suit la mienne », note Paul Vergès. « A Saint-Paul, c’est Huguette Bello. Elle est de la génération suivante, celle du FJAR (Front de la Jeunesse Autonomiste Réunionnaise) fondé par Elie Hoarau ». Le Président de la Région rappelle que la députée-maire de Saint-Paul a d’abord exercé des responsabilités politiques à Saint-Pierre, puis à La Possession. Pour succéder à Laurent Vergès au Parlement, « nous avons désigné Huguette Bello ». Elle est ensuite devenue la première députée de La Réunion et elle vient d’être élue maire de Saint-Paul, 49 ans après Evenor Lucas. Paul Vergès souligne que cette victoire est le résultat d’« une volonté politique constante ». Quant à Eric Fruteau, il représente la toute dernière génération.

Le transfert générationnel sera un événement qui fera entrer ces élections dans l’Histoire, note en substance Paul Vergès.

Il rappelle les conditions dans lesquelles s’était déroulée la précédente transition, au cours des années 50. Jusqu’alors, la lutte était notamment menée par le Docteur Raymond Vergès, Léon de Lépervanche, Evenor Lucas. C’est à cette période que la jeune génération de l’époque est arrivée aux responsabilités avec par exemple l’élection de Paul Vergès et de Raymond Mondon à l’Assemblée nationale. « Notre génération a pris le choc de la répression pendant vingt ans », rappelle Paul Vergès. Aujourd’hui, c’est une transition qui s’opère.

Paul Vergès se félicite que les victoires, notamment à Saint-Paul et à Saint-André, ait été enlevée sans son engagement personnel. Car « cette bataille a été gagnée par la génération actuelle des militants ». Cette lutte s’est déroulée en s’appuyant sur la traditionnelle solidarité des militants communistes, qui se perpétue au-delà des générations depuis plus de cinquante ans. Paul Vergès indique le soutien des camarades de Sainte-Suzanne à ceux de Saint-André, et ceux du Port et de La Possession à ceux de Saint-Paul où il fallait tenir plus d’une centaine de bureaux de vote.

M.M.