Elections

Saint-André : Préparatifs dans la joie et le calme

Témoignages.re / 20 mars 2008

Quelle est la situation politique à Saint-André dans l’attente de la prochaine installation du Conseil municipal sorti des urnes le 16 mars ? La convocation est pour samedi prochain, à 14h et d’ici là, les préparatifs vont bon train, dans le calme.

C’est Daniel Mondissa, responsable de la campagne d’Eric Fruteau, qui a établi les contacts avec l’équipe municipale en place, et plus précisément avec l’actuel Directeur général des services, Pierre Catapoullé. « Tout se passe assez bien dans les contacts, mais c’est uniquement pour la mise en place du conseil de samedi », confirme pour sa part Daniel Mondissa.

L’ancienne équipe reste aux manettes jusqu’à fin de la semaine. C’est elle qui va préparer et envoyer les convocations pour le premier Conseil municipal qui verra l’élection du maire et de 12 adjoints.

Tandis que les élus se préparent à leurs nouvelles responsabilités, l’ambiance en ville est à la joie populaire. « Il se peut aussi qu’il y ait de l’inquiétude chez certains privilégiés, mais cela ne touche que les très proches de l’ancien maire. Ceux qui n’ont jamais travaillé et qui roulent en “voiture de fonction”, ceux-là sont peut-être inquiets mais que peuvent-ils faire ? Manifester pour dire qu’ils veulent garder leurs privilèges ? », décrit Joe Bédier, l’un des élus de la nouvelle équipe, qui trouve tout à fait normal que s’inquiètent « ceux qui n’ont jamais été productifs pour la Mairie ».

Les éléments politiques de l’ancienne équipe vont partir, à l’exemple de Rose Heekeng, Directrice de cabinet de Jean-Paul Virapoullé, envoyée faire campagne à Sainte-Rose et qui a déjà annoncé son départ. La nouvelle équipe s’attend à d’autres départs du même ordre, sans y prêter beaucoup d’importance. L’heure est à l’organisation du travail, après la victoire. « Vira, c’est le passé », dit déjà un élu.

Mais l’avenir n’est pas sans risque et les nouveaux élus le savent. A Saint-André comme à Saint-Paul ou à Saint-Louis, et peut-être ailleurs, l’audit sera un des premiers actes de gestion. « Il en faudra peut-être deux », avance prudemment Joe Bédier « Il faudra en discuter et nous ne l’avons pas encore fait. Faut-il aller vers un audit global ou un audit financier et un autre sur tel ou tel service ? Ce qui est sûr est qu’on ne pourra pas se lancer dans nos projets sans savoir sur quoi nous pouvons compter », complète-t-il.

Les questions financières vont beaucoup occuper les nouveaux arrivés, qui vont devoir préparer le budget avant le 15 avril.
Autre question sensible : le personnel communal. La sortie de la gestion clientéliste va demander du temps et du doigté, beaucoup de dialogue aussi. Ces rencontres auront lieu après la répartition des rôles et des délégations.

« Eric Fruteau passera dans les services seulement quand il sera maire, pas avant la semaine prochaine », ajoute Daniel Mondissa.

P. David