Elections

Saint-Paul : Les plus pauvres expriment leur joie d’« être libérés »

Témoignages.re / 20 mars 2008

L’installation du prochain Conseil municipal est prévue pour demain vendredi à 10 heures. Lundi soir, la population a démontré sa joie du changement en défilant dans le centre-ville.

À Saint-Paul aussi, la nouvelle équipe se prépare et Huguette Bello tient réunions sur réunions depuis lundi, avec ses partenaires, pour la répartition des missions de chacun. Le Conseil municipal de vendredi, convoqué par Alain Bénard sans concertation avec les nouveaux élus, sera réservé à l’élection du maire et de 15 adjoint(e)s. Huguette Bello y fera une déclaration liminaire donnant les priorités de ce nouveau mandat. « Alain Bénard a mis exprès le conseil un vendredi, parce que c’est un jour où la circulation est très engorgée à Saint-Paul, à cause du marché forain », dit-on dans l’entourage d’Huguette Bello.

« Le gros morceau sera les orientations budgétaires » commente Jean-Marc Gamarus, élu de la nouvelle équipe : « Comment mettre notre touche à un budget préparé par d’autres ? Il faut que la population voie arriver le changement. Les familles les plus démunies de Ravine Daniel ou Piton Léon attendent de nous que nous répondions aux urgences et que nous organisions l’avenir », complète-t-il.

Le Conseil municipal suivant, convoqué par la nouvelle équipe, déclinera plus en détail des actions d’urgence. En attendant, l’heure est aux tractations et aux prises de contact à différents niveaux. L’actuel Directeur général des services, M. Kwan-Chee, ayant fait savoir qu’il ne resterait pas, Huguette Bello a aussi pris des contacts pour son remplacement. L’actuel DGS a été détaché du Conseil général jusqu’au 1er mai 2008. La présence à Saint-Paul, mardi matin, d’Alain Payet, actuellement en poste à la Mairie du Port, a alimenté des rumeurs encore officieuses.

« Nous aurons deux conseils municipaux d’ici le 14 avril, date à laquelle il faudra arrêter le budget et les taux d’imposition. Lors d’un prochain conseil, il y aura sans doute, avec la mise en place des commissions et des délégations, une demande d’audit financier », indique pour sa part Jean-Claude Melin, élu à Grand Fond avec la nouvelle équipe.

En ce début de semaine, l’atmosphère était encore à la fête, avec un grand défilé en ville, lundi soir, depuis le Quai Gilbert : des centaines de participants ont tenu à manifester leur joie, après les remerciements publics des nouveaux élus et des réunions avec la population, dans chaque quartier. « Tout s’est très bien passé. Cela a été correct à tous les niveaux, avec des comportements très responsables », estime Jean-Claude Melin, impressionné par les sentiments exprimés par les participants.

« On est libéré », criaient les gens dans les rues. Libérées comment ? Jean-Claude Melin explique : « Les familles les plus défavorisées se sentaient toujours sous pression : celles qui vivent sur un terrain communal, ou qui attendent des bons de la mairie. Aujourd’hui, ces gens savent que les pressions vont cesser, et ils sont contents ». Jean-Marc Gamarus aussi a vu aussi s’exprimer la liesse populaire, dans le calme. « Il fallait que cette joie s’exprime. C’était un défilé conséquent et responsable » a-t-il dit.

P. David