Elections

Saint-Paul : Les “sans étiquette” contre-attaquent

Elections municipales

Témoignages.re / 13 mars 2008

Suite aux déclarations d’Alain Bénard faites sur Radio Festival, les colistiers « sans étiquette » de la liste menée par Huguette Bello souhaitaient réagir face à ce candidat démagogique et opportuniste qui n’hésite pas à parler d’amateurisme à leur égard.

Ils reviennent tout d’abord sur les propos tenus par le maire sortant concernant le déclassement des terrains agricoles. Gérald Incana explique qu’il y a des réglementations en matière d’urbanisme à respecter et que l’aménagement urbain établi par le Plan Local d’Urbanisme (PLU) est régi par le Schéma d’Aménagement Régional (SAR). Comment Alain Bénard peut-il prétendre pouvoir déclasser à tout va, selon ses propres désirs, sans tenir compte des obligations réglementaires ? « Au départ, Alain Bénard avait signé et approuvé un PLU qui s’était avéré inacceptable, alors il l’a enlevé de l’approbation juste avant les élections. Aujourd’hui, il utilise le PLU comme arme électorale. C’est de la démagogie ». Pour l’heure, 2.500 demandes de permis de construire sont en instance. Le maire fait croire qu’il va leur remettre le permis, mais pas dans l’immédiat bien sûr, seulement après les élections.

L’immobilisme du maire sortant

« Il utilise le PLU à des fins partisanes, politiciennes. Alors que Saint-Paul a un POS qui date de 1990 et que, depuis, rien n’a bougé. A la veille des élections, il en fait son cheval de bataille. Il se fout des Réunionnais », s’indigne Christian Félicité. Il poursuit : « Nous, on est sans étiquette et notre engagement est clair. Pour Saint-Paul, on doit faire quelque chose dans le domaine économique. L’immobilisme d’Alain Bénard nous pousse à nous mobiliser contre ça ! ».
Afin d’illustrer cet immobilisme, Marie-Rose Won Fah Hin revient sur le projet de la clinique OMEGA pour lutter contre l’obésité. « Nous avions fait une demande de bail concernant un terrain qui pouvait accueillir le bâtiment et la SEDRE nous avait répondu que ce terrain devait servir au développement touristique. Or, à l’heure actuelle, le terrain est toujours inoccupé. C’est le maire du Port qui est venu vers nous et qui nous a permis la construction de la clinique sur sa commune ». A l’image de l’hôpital de Saint-Paul que le maire sortant, qui ne s’est jamais impliqué au niveau social et sanitaire sur son territoire, laisse se dégrader d’année en année.

Un manque d’ouverture

Elle cite également le manque de volonté d’Alain Bénard de faire de Saint-Paul une ville culturelle. Le bâtiment classé qui accueille l’association franco-chinoise depuis 50 ans à Saint-Paul a tout bonnement été vendu à un cabinet de notaires, alors qu’il s’agit de notre patrimoine culturel. Ce bâtiment était une des demeures de Mme Desbassyns, figure historique incontournable de notre île.
Face à ces incompétences, la population saint-pauloise veut du changement. En 35 ans de dynastie Bénard, rien n’a changé. Dès qu’il y a un problème, Alain Bénard fuit. « On a tout à gagner à changer de maire. Il faut favoriser le développement économique en s’entourant de personnes qui veulent vraiment bouger », exprime la colistière.

Manipulation, opportunisme et incompétence d’Alain Bénard

« Un autre comportement inacceptable de la part d’un élu du peuple, c’est ce mépris vis-à-vis de la population. Il filtre ces rendez-vous, ouvre son bureau à des horaires bien précis. On refuse même l’accès à certaines personnes à la mairie. Je ne peux pas accepter pareille chose. Quand on voit les conditions dans lesquelles certains vivent... Ils se vantent d’avoir 7 conseillers généraux et il ne fait rien en matière de logements », déplore Christian Félicité.

Manipulation, opportunisme, incompétence, immobilisme... sont autant de mots qui qualifient la mandature d’Alain Bénard. « Sachant qu’il est en mauvaise posture, il est prêt à faire alliance avec le diable. La preuve : son désistement de dernière minute concernant les camions-bars sur le front de mer », poursuit le colistier.

Vers une démocratie participative

La mise en place d’un véritable service public décentralisé est l’une des thématiques que les colistiers souhaitaient particulièrement aborder. Rapprocher les lieux de décision et faciliter l’accès des services publics aux usagers sont primordiaux pour la vie des citoyens dans leurs quartiers. A travers une « vraie démocratie participative », ils souhaitent relayer de manière efficace les informations issues du terrain.

Lors de la constitution de sa liste, Huguette Bello a contacté ces professionnels sans étiquette afin d’intégrer son équipe, sans forcément qu’ils aient de l’expérience en politique. Cette liste d’ouverture a donc permis de réunir, autour d’un projet commun de progrès et de développement de la ville, des citoyens compétents chacun dans leur domaine et désireux de faire bouger les choses à Saint-Paul. « Elle propose de vrais projets, elle est très efficace. Elle sait prendre les problèmes à bras le corps. Nous, on a confiance en Huguette Bello », déclare enfin Marie-Rose Won Fah Hin au nom des 6 colistiers « sans étiquette » présents.

Rebecca Pleignet