Local

Paroles de femmes

Journée de la femme

Témoignages.re / 7 mars 2009

Patricia et Claudette dans le cortège
Patricia a été de la manifestation organisée par le COSPAR jeudi à Saint-Pierre. Le pouvoir d’achat nous concerne tous. C’est très important pour elle de manifester. Plus de travail pour les femmes, l’égalité devant le travail et l’égalité en tant qu’être humain. Il ne faut pas attendre la mort pour que la justice réagisse. Il faut que les plaintes aboutissent quand les femmes subissent les violences conjugales. Il faut trouver une solution contre ce fléau. Patricia et Fabiola ont des tristes exemples qui lui reviennent en mémoire.
Claudette, 32 ans se considère comme une femme moderne, libérée,
Indépendante, de la nouvelle génération mais qui n’oublie pas le côté familiale qui reste l’une de ses priorités. Pour elle, c’est l’éducation qui a permis cette avancée. Avec un grand sourire Claudette rappelle que L’Homme n’est rien sans la femme.

Cinthia, mère de famille, Le Port
La journée de la Femme est une bonne chose car cela permet une fois par an — ce n’est pas assez malheureusement — de rappeler aux hommes que le monde ne peut pas fonctionner sans les femmes.
Nous portons leurs enfants pendant 9 mois, nous les mettons au monde en y laissant parfois notre vie, et rien pour ça, nous méritons le respect.
Je pense notamment aux femmes battues qui restent avec leur compagnon car elles pensent avant tout à leurs enfants. Elles sacrifient leur dignité, leur amour-propre et, encore une fois, sacrifie parfois leur vie.
J’ai la chance d’être mariée à un homme charmant, aimant, un bon père, qui me soutient quand ça ne va pas. Il est difficile de juger ces femmes qui restent malgré les humiliations que leur font subir ceux qui sont censés les aimer, les chérir et non les considérer comme des objets, car malgré leur souffrance, chacune a son histoire, chacune a ses raisons. Par contre, on peut les écouter, les conseillers et les aider.
Malgré tout ce nous apportons, il y a encore beaucoup trop d’hommes qui n’ont pris conscience que nous sommes indispensables.