Médias

SNJ Réunion : « Exigence de transparence sur la traçabilité des informations d’Antenne Réunion »

Combien sont payés les journalistes malgaches d’Antenne Réunion ?

Témoignages.re / 25 février 2020

Dans un communiqué diffusé hier, la section Océan Indien du Syndicat national des journalistes réagit à une information du Tangue selon laquelle « une partie des informations locales et internationales publiées par Antenne Réunion et Linfo.re seraient en fait réalisées à Madagascar par des journalistes payés aux tarifs malgaches, soit quelques euros par article ». Le SNJ demande donc à la direction d’Antenne Réunion de clarifier le rôle que joue sa filiale Madinter installée à Antananarivo.

JPEG - 95.9 ko

« Réagissant à l’article paru sur le Tangue, le SNJ océan Indien interpelle la direction d’Antenne Réunion sur ce qui apparaît comme une forme d’exploitation. Le site satirique affirme qu’une partie des informations locales et internationales publiées par Antenne Réunion et Linfo.re seraient en fait réalisées à Madagascar par des journalistes payés aux tarifs malgaches, soit quelques euros par article.

Un média se donnant une vocation régionale est tout à fait fondé à installer des rédactions décentralisées pour que des journalistes locaux puissent traiter de sujets concernant le territoire sur lequel ils exercent. À condition bien sûr de les payer selon les lois et conventions applicables. En revanche, profiter du très bas niveau de salaire en vigueur à Madagascar et de son cadre législatif peu protecteur pour les salariés afin de produire une information hors-sol relève du cynisme tant vis-à-vis des collaborateurs malgaches que de la population réunionnaise.

Le SNJ défendra toujours l’embauche locale. Par respect pour la noble mission d’information qu’ils se sont donnée pour objet, les patrons de presse se doivent de garantir à leur rédaction les moyens de produire une information de qualité par des journalistes en phase avec le territoire qu’ils couvrent. Les desks décentralisés aseptisés et sous-payés sont à la fois la négation et le discrédit de notre métier.

Le SNJ demande donc à la direction d’Antenne Réunion de clarifier le rôle que joue sa filiale Madinter installée à Antananarivo et de jouer enfin la carte de la transparence avec les téléspectateurs et internautes réunionnais pour qu’ils connaissent la traçabilité des informations qui leur sont proposées. »