Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Cliquez et soutenez la candidature des Chagossiens au Prix Nobel de la Paix

Accueil > Mobilite > Mobilités

Route en mer : l’inflation prise en compte dans l’aide de l’État selon Audrey Bélim

La sénatrice de la plate-forme PCR-Majorité municipale de Cilaos-PS-EELV-Ansanm-Banian interpelle l’AFIT

mardi 5 mars 2024


Audrey Bélim, sénatrice de la plate-forme PCR-Majorité municipale de Cilaos-PS-EELV-Ansanm-Banian a interrogé le président de l’Agence de Financement des Infrastructures de Transport au sujet de l’aide de l’État à la reprise du chantier de la route en mer.
Cette aide de 400 millions d’euros sera abondée par la prise en compte de l’inflation, lui a répondu le président de l’AFIT.


« Le chantier de la Nouvelle Route du Littoral n’est toujours pas abouti et ne le sera pas avant 2028 au moins », indique la sénatrice de La Réunion, « cela pose la question de l’inflation pour 2024 et les années suivantes : est-ce que l’Etat va la prendre en compte dans son soutien financier au projet ? »

« Le nouveau président de l’Agence de Financement des Infrastructures de Transport (AFIT France) Franck Leroy m’a répondu que l’AFIT prendrait bien en compte le coût de l’inflation pour l’année 2024 et les années suivantes », explique Audrey Belim qui a également « demandé une politique ambitieuse de l’AFIT France en soutien aux transports publics et mobilités douces à La Réunion, et notamment au Transport Collectif en Site Propre (TCSP). La réalisation de la NRL mobilise toutes les énergies, ce qui nous fait oublier collectivement les alternatives à la voiture ».
« La Réunion a pourtant besoin de transports publics et de mobilités douces. Pour l’environnement comme pour ses habitants », précise-t-elle.


Un message, un commentaire ?

signaler contenu


Facebook Twitter Linkedin Google plus