Un nouveau mode de transport s’inscrit dans le paysage de la capitale de Madagascar

Bientôt le téléphérique urbain à Antananarivo

27 décembre 2023, par Manuel Marchal

La construction du téléphérique suit son cours à Antananarivo, capitale de Madagascar. Ce nouveau mode de transport donnera une alternative à ceux qui préfèrent marcher pour échapper aux embouteillages. Il contribuera à réduire la pollution et sera également un moyen pour développer le commerce électronique. Ce 14 décembre, le Secrétariat d’État aux Nouvelles villes et à l’Habitat organisait une visite de 6 gares de la première ligne de téléphérique dans la capitale de Madagascar. Un moyen de transport qui n’a pas les mêmes objectifs que le téléphérique urbain de Saint-Denis.

Le 14 décembre dernier à Antananarivo, le Secrétariat d’État aux Nouvelles villes et à l’Habitat organisait une visite de 6 gares du téléphérique dans la capitale de Madagascar. Cette ligne reliera le lac d’Anosy à Ambatobe. La section la plus avancée est comprise entre Anosy et la gare de Soarano. Les autres sites visités étaient les gares suivantes sur la ligne : celles d’Ankorondrano, d’Ivandry, d’Analamahitsy et d’Ambatobe.

Gérard Andriamanohisoa, secrétaire d’État aux Nouvelles villes et à l’Habitat.

Gérard Andriamanohisoa, secrétaire d’État aux Nouvelles villes et à l’Habitat, a expliqué que les premiers essais techniques débuteront entre Anosy et Soarano. Ils dureront trois mois.
La construction de gares et de poteaux a commencé à inscrire dans le paysage le nouveau mode de transport. Ce sont les mêmes poteaux que le téléphérique urbain de la CINOR à Saint-Denis, entre le Chaudron et Bois de Nèfles. Ce dernier relie des quartiers populaires de la capitale de La Réunion. Il vise notamment à transférer les usagers des bus vers le téléphérique pour d’une part limiter la pollution, et d’autre part faire bénéficier à la population d’un moyen de transport rapide, ponctuel, et de grande capacité.

2 millions de personnes se déplacent chaque jour

A Antananarivo, les données sont différentes. Chaque jour, ce sont près de 2 millions de personnes qui se déplacent notamment de la périphérie vers le centre. Compte tenu de l’accroissement rapide de la population, la capitale malgache est confrontée à un problème commun à bien des capitales : l’augmentation des embouteillages. Ainsi, pour relier Anosy à Itaosy le soir à l’heure de pointe, deux heures en bus sont parfois nécessaires. Le taxi ne roule pas plus vite. Seul le taxi-moto permet de limiter le temps perdu, mais la course coûte plusieurs milliers d’ariary avec des conditions de confort qui ne sont pas idéales.
Par conséquent, de très nombreux habitants de la capitale se déplacent à pied sur plusieurs kilomètres pour être sûrs d’arriver à l’heure. Cela suppose de réduire d’autant le temps consacré au repos et aux activités familiales. Le transport par câble d’Antananarivo est une réponse apportée à ce problème. Son tarif est plus élevé que le bus, 600 ariary. Il est prévu que le prix du ticket soit autour de 4000 ariary, soit moins de la moitié du prix de la course en taxi-moto sur un parcours équivalent.

Utilisation différente d’un bus

Gérard Andriamanohisoa a déjà rappelé que ce mode de transport n’est pas concurrent aux bus et taxis. Il donne une possibilité à une personne d’arriver à l’heure pour un rendez-vous important dans une administration par exemple. Cela signifie que pour de nombreux passagers potentiels, l’usage du téléphérique se limitera à quelques passages par mois. Par ailleurs, des plages de gratuité sont prévues afin de faire découvrir ce moyen de transport.
Une autre ligne reliera plus tard Anosy au campus universitaire d’Ankatso. Enseignants et étudiants seront sans doute nombreux à vouloir utiliser le téléphérique qui permettra de survoler les embouteillages de Mahamasina et Ambohijatovo.
Le téléphérique sera aussi un moyen pour soutenir le développement du commerce électronique. Il donnera aux livreurs un moyen de transport fiable et régulier pour assurer le transport des marchandises commandées sur Facebook.

En réseau avec le train urbain et les bus

A la gare de Soarano, il sera en correspondance avec le train urbain qui relie les quartiers jusqu’à By Pass. Ce nouveau moyen de transport sera au prix du bus, avec un gain de temps et de confort très appréciable. Une gare terminus de la première ligne se situe à Anosy, un lieu très fréquenté par les bus urbains et suburbains venant de différents secteurs de la capitale.
Ces dizaines de milliers de places s’inscrivent dans le début d’une transition dans le domaine de l’aménagement à Madagascar. Il s’agit de continuer à faire face à la croissance démographique qui touche majoritairement les villes, et notamment la capitale Antananarivo. Le Secrétariat d’État aux Nouvelles villes et à l’Habitat travaille à la réalisation de pôles urbains créateurs d’activité qui permettront de réduire les besoins de déplacements vers le centre de la capitale.

M.M.

A la Une de l’actuMadagascar

Signaler un contenu

Un message, un commentaire ?