Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Mobilite > Transports aériens

Air Austral et Corsair : 20 jours décisifs

Tikehau Ace Capital se retire du projet de holding

samedi 11 juin 2022, par Manuel Marchal


Pressenti pour être actionnaire de la holding devant regrouper Air Austral et Corsair, Tikehau Ace Capital a décidé de se retirer du projet. Le projet de rapprochement avec Corsair semble donc compromis faute d’investisseurs, tandis que l’effacement par l’État des dettes d’Air Austral demandées par les repreneurs réunionnais est loin d’être acquise.


Depuis août dernier, un rapprochement entre Corsair et Air Austral est évoqué. Les deux compagnies seraient intégrées à une holding commune. Cette solution est soutenue par le gouvernement qui ne veut plus que les aides publiques servent à financer une guerre des prix. Ceci réduirait donc à trois acteurs la desserte de La Réunion depuis l’Europe : Air France, dont l’État est actionnaire, French Bee, compagnie low-cost, et un pôle Corsair-Air Austral spécialisé dans la desserte des Antilles et de La Réunion.
Des voix se sont élevées pour s’opposer au rapprochement entre Corsair et Air Austral. Elles craignent une prise de contrôle d’Air Austral par des intérêts extérieurs à La Réunion, ce qui ferait perdre à notre île sa compagnie aérienne. Or, la crise COVID et la guerre en Ukraine ont rappelé l’importance d’une compagnie aérienne pour maîtriser le désenclavement d’un territoire.

Corsair a besoin d’argent

Pour financer cette holding, « Tikehau Ace Capital était alors la seule piste encore en lice, après l’abandon de PIMCO, pour participer à la création de la holding, voulue par le gouvernement et le CIRI. Celle-ci devait reprendre et chapeauter les deux transporteurs », indique un article de Tour Mag paru le 7 juin qui précise que :
« Entre un contexte politique peu propice aux compromis, des bilans comptables pas vraiment réjouissants, puis un gouvernement qui ne voulait pas faire de cadeau, le fonds d’investissement français a préféré abandonner. »
Ceci laisse Corsair dans l’incertitude, car selon « Tour Mag », « "Il nous a été dit que nous avions besoin dès août prochain de nouveaux actionnaires. Sans cet argent frais, les caisses seront vides," nous dit-on dans les équipes de la compagnie antillaise ».

Décision le 30 juin pour Air Austral

Quant à Air Austral, « si au 30 juin 2022, le gouvernement n’est pas en mesure d’apporter une solution financière privée, alors il devra présenter un plan conduisant à la sortie de la compagnie du marché », ajoute notre confrère.
Des investisseurs réunionnais se sont manifestés pour reprendre Air Austral : « Le groupe Delefie apportera 20 millions d’euros, quand la Région s’alignera sur le même montant, tout comme le pool d’investisseurs réunionnais. L’offre sera donc de 60 millions d’euros pour reprendre Air Austral seule », indique Tour Mag. Une offre conditionnée par l’effacement de la dette d’Air Austral, estimée à plus de 300 millions d’euros. Mais rien n’oblige l’État à une telle décision, d’autant plus que les autres compagnies aériennes pourraient dénoncer une concurrence déloyale et obtenir gain de cause auprès de l’Union européenne.
A 20 jours de l’échéance, le projet de rapprochement avec Corsair semble donc compromis faute d’investisseurs, tandis que l’effacement des dettes demandées par les repreneurs réunionnais est loin d’être acquise.

M.M. 



Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus