Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Cliquez et soutenez la candidature des Chagossiens au Prix Nobel de la Paix

Accueil > Mobilite > Transports aériens

PCR : « Gérard Ethève : un militant du développement de La Réunion »

Décès du directeur fondateur d’Air Austral

mercredi 24 janvier 2024, par Parti Communiste Réunionnais


Le Parti communiste réunionnais rend hommage à Gérard Ethève, ancien directeur d’Air Austral, qui nous a quittés ce 23 janvier à l’âge de 93 ans. Sous les présidences de Pierre Lagourgue puis de Paul Vergès, Gérard Ethève permit aux Réunionnais d’avoir leur compagnie aérienne : Air Austral.
Avec Air Austral, La Réunion s’est ouverte sur Madagascar, l’Afrique du Sud, les Comores, Maurice, l’Inde, la Thaïlande et l’Australie. Depuis 2003, Air Austral relie également quotidiennement La Réunion à la France.
Avec Paul Vergès, Gérard Ethève proposa une révolution dans le transport aérien : le billet d’avion 30% moins cher toute l’année sans subvention grâce à l’Airbus A380 de 800 passagers. Cette initiative dérangeait de puissants intérêts bien établis et fut sans nul doute à l’origine de son remplacement à la direction d’Air Austral par un cadre d’Air France choisi par Didier Robert.
Le projet de low-cost long-courrier allait ensuite être récupéré par Air Caraïbes en le mettant au goût du jour par le remplacement de l’A380 par l’Airbus A350 : French Bee était née.
Ce départ d’Air Austral ne signifiait pas l’inactivité. Gérard Ethève était toujours disponible pour partager son expérience et il observait avec regret la spirale dans laquelle ses successeurs plongèrent Air Austral.
Jusqu’à son dernier souffle, Gérard Ethève fut un des militants du développement de La Réunion


Le Parti communiste réunionnais a eu le regret d’apprendre hier le décès de Gérard Ethève, directeur fondateur d’Air Austral, survenu à l’âge de 93 ans.

L’aviation était au cœur de sa vie. Ancien président et chef pilote de l’aéroclub Marcel-Goulette, il fut également le fondateur de Réunion Air Service (RAS). RAS ravitaillait les stations météos des îles du Canal du Mozambique et Tromelin. Elle devint Air Réunion en 1986 puis en 1988, elle obtint les droits de trafic en propre sur sa première ligne : La Réunion-Tamatave

Madagascar et Maurice devenues indépendantes avaient chacune une compagnie aérienne nationale. C’était inconcevable à La Réunion où Air France avait le monopole. Mais c’est paradoxalement Paris qui permit la création d’une compagnie aérienne réunionnaise de transport de passagers. Car en refusant de reconnaître le résultat du référendum de 1974 organisé par Paris aux Comores, le gouvernement faisait de Mayotte une île isolée dans l’océan Indien. RAS fut alors désignée comme compagnie devant assurer le service public de la desserte aérienne de Mayotte en 1977.

De RAS devenue Air Réunion naquit Air Austral en 1990 avec le soutien des collectivités et d’Air France. Gérard Ethève avait 60 ans, l’âge de la retraite. Il devint directeur de la compagnie. C’est là que commença l’aventure d’Air Austral. Son cœur d’activité restait toujours Mayotte ainsi que la liaison vers Maurice. Sous la présidence de Pierre Lagourgue et la direction de Gérard Ethève, progressivement, Air Austral ouvrit La Réunion sur d’autres destinations : Madagascar, Seychelles, Comores, Afrique du Sud.

Sous la présidence de Paul Vergès, Gérard Ethève fit franchir une étape décisive à Air Austral : la liaison avec Paris à partir de 2003. Air Austral venait se substituer à Air Lib qui était alors le dernier d’une série de concurrents d’Air France sur la ligne Paris-La Réunion à fermer boutique. Air Austral releva le défi et cette période fut l’âge d’or de la compagnie marqué par les ouvertures de ligne vers l’Australie, la Thaïlande et l’Inde. Air Austral passa également devant Air France pour le trafic vers la France. Air France choisit alors de rompre sa collaboration en quittant le capital de la compagnie et décida de traiter Air Austral comme un concurrent.

En novembre 2009, l’Airbus A380 se posait à La Réunion. Air Austral avait commandé deux géants des airs et pris une option sur 2 autres. L’ambition était de révolutionner le transport aérien grâce à la mise en ligne d’avions de plus de 800 passagers afin de faire baisser le prix du billet d’avion de 30 % toute l’année pour tout le monde sans subvention. Mais ce projet était très mal vu du concurrent Air France qui ne pouvait s’aligner sur ces tarifs.

Ce fut sans nul doute cette initiative qui conduit au départ de Gérard Ethève d’Air Austral le 30 avril 2012. Didier Robert venait de s’octroyer la présidence d’Air Austral et misait sur les subventions sur les billets d’avion pour se constituer une clientèle électorale pour se faire réélire à la présidence de la Région. C’était incompatible avec le projet A380 qui baissait les prix sans intervention du pouvoir politique. Un cadre d’Air France fut nommé pour remplacer Gérard Ethève. Le projet de low-cost long-courrier allait ensuite être récupéré par Air Caraïbes en le mettant au goût du jour par le remplacement de l’A380 par l’Airbus A350 : French Bee était née.

Ce départ d’Air Austral ne signifiait pas l’inactivité. Gérard Ethève était toujours disponible pour partager son expérience et il observait avec regret la spirale dans laquelle ses successeurs plongèrent Air Austral.

Jusqu’à son dernier souffle, Gérard Ethève fut un des militants du développement de La Réunion.

A sa famille et à ses proches, le PCR fait part de ses sincères condoléances.

Bureau de presse
Fait au Port, ce mardi 24 janvier 2024


Un message, un commentaire ?

signaler contenu


Facebook Twitter Linkedin Google plus