Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Cliquez et soutenez la candidature des Chagossiens au Prix Nobel de la Paix

Accueil > Politique > Actualités politiques

« Ambition Réunion » rappelle sa feuille de route : co-construction d’un projet régional

PCR, PS, EELV, Banian, majorité municipale de Cilaos et Ansanm

jeudi 15 février 2024, par Manuel Marchal


Des représentants de « Ambition Réunion » ont tenu hier une conférence de presse. « Ambition Réunion » fait suite à « Défendre La Réunion au Sénat » qui s’était constituée lors de la campagne des dernières sénatoriales. Elle regroupait le PCR, le PS, Europe Ecologie Les Verts, Banian, la majorité municipale de Cilaos et Ansanm. Ceci avait permis l’élection d’Audrey Belim (PS) au Sénat. Des membres de ces organisations politiques ont rappelé leur feuille de route commune : co-construction d’un projet régional. Cela passe notamment par le développement des énergies renouvelables réunionnaises pour atteindre l’autonomie énergétique.


Lors de la dernière campagne des sénatoriales, PCR, PS, EELV, Banian, la majorité municipale de Cilaos et Ansanm avait créé « Défendre La Réunion au Sénat », c’était le nom de la liste. L’objectif était l’élection d’au moins un candidat membre de ces partis au Sénat. Ce fut atteint avec Audrey Belim, membre du PS.
Cette initiative de rassemblement s’inscrit dans la durée et dépasse une simple élection. « Défendre La Réunion au Sénat » a évolué en « Ambition Réunion ».
C’est ce qu’a rappelé hier l’organisation d’une conférence de presse par des représentants de cette coalition : Maurice Gironcel (PCR), Ericka Bareigts (PS), Geneviève Payet (EELV), Patrice Selly (Banian) et Olivier Hoarau (Ansanm) et la sénatrice Audrey Belim.
La conférence de presse débuta par la présentation d’un premier bilan de l’action d’Audrey Belim au Sénat. L’élue de la plate-forme est intervenue à maintes reprises pour que La Réunion soit associée aux décisions qui la concerne. C’est notamment le cas pour la réforme annoncée de l’octroi de mer. Audrey Belim a également sensibilisé le gouvernement sur la nécessité d’indemniser rapidement les victimes du cyclone Belal à La Réunion.

Impact du cyclone Belal

Représentant le PCR, Maurice Gironcel a rappelé l’objectif de cette coalition : « co-construction de notre projet régional ». Le responsable communiste a évoqué la question de la transition énergétique. Il a insisté sur la nécessité de développer les énergies renouvelables à La Réunion afin d’atteindre l’autonomie énergétique de notre pays à partir de ses atouts : le soleil, l’éolien, la mer, l’hydraulique et la biomasse.
Sur ce sujet, Audrey Belim a fait part de l’opposition de la plate-forme au projet de centrale nucléaire à La Réunion, soutenu par EDF.
Maurice Gironcel est également intervenu pour évoquer l’impact du cyclone Belal sur les finances des collectivités territoriales à La Réunion. Par exemple, la CINOR avait prévu 700.000 euros pour le ramassage des déchets verts dans son budget initial. Mais avec Belal, ce sont 2,5 millions d’euros que devra débourser la communauté d’agglomération regroupant Saint-Denis, Sainte-Marie et Sainte-Suzanne. L’élu PCR avait obtenu du ministre de l’Intérieur en visite au lendemain du passage du cyclone une promesse d’accompagnement financier des collectivités. Mais cette promesse de Gérald Darmanin ne semblait engager que lui puisque l’État, par la voix de son représentant à La Réunion, a indiqué qu’une telle aide financière n’était pas possible.
La conférence de presse de hier a donc été pour Maurice Gironcel l’occasion de remettre ce problème sur la table.

Importance des fonds européens

Cette conférence de presse a été l’occasion de rappeler l’importance des fonds européens dans l’économie de La Réunion notamment. Pour les membres de « Ambition Réunion », l’Europe doit protéger les régions insulaires intégrées à l’UE de menaces croissantes, notamment l’impact grandissant du changement climatique.
Plus largement, il s’agit de veiller à ce que les intérêts de La Réunion soient défendus également dans le Parlement européen qui sera élu en juin prochain.
Au-delà de ce scrutin, « Ambition Réunion » travaille à défendre l’idée du développement de La Réunion dans un esprit de rassemblement.

M.M.


Un message, un commentaire ?

signaler contenu


Facebook Twitter Linkedin Google plus