Le PCR mobilisé pour le scrutin du 9 juin

Élections européennes : Réunion du collectif électoral de Cilaos

3 juin, par Correspondant Témoignages

Cette rencontre a soulevé des questions qui nécessitent de revenir sur les relations entre l’Union et La Réunion. Voici un bref résumé.

Samedi après-midi, Elie Hoarau et Ary Yée Chong Tchi Kan ont animé le collectif électoral de Cilaos, en présence d’une vingtaine de camarades. À une semaine du scrutin, les échanges ont porté sur l’importance de continuer l’œuvre de Paul Vergès, premier Réunionnais élu au Parlement européen, en 1979.

En effet, l’Union européenne est un projet visant à unir des pays voisins, des puissances économiques, pour en faire un grand marché sans frontière. Dès son élection, Paul Vergès s’est attaché à rechercher comment protéger nos petites économies, sous développées, éloignées et cumulant de nombreux défis. De-là est née la notion de RUP (Région Ultra-Périphérique), inscrite dans le Traité de l’Union européenne et qui nous permet d’avoir des fonds exceptionnels, directement.

Une partie du collectif autour de Elie et Ary.
Une partie du collectif autour de Elie et Ary.

Au bout de 4 décennies, les RUP sont menacées dans leur existence. L’an dernier, une réflexion menée au Parlement européen a reconnu nos retards et a conclu à la nécessité de créer un Institut Européen des territoires défavorisés.
La suppression de notre quota sucrier et du prix garanti aux agriculteurs, votée en 2015 et appliquée en 2017, a été le premier coup de poignard porté à notre spécificité. Les 300 000 tonnes de sucre étaient un filet de sécurité, alors que le prix supérieur au cours mondial était conforme au coût de revient. À cette allure, La Réunion finira comme importateur du sucre. L’attaque portée contre l’Octroi de Mer relève de la même volonté de livrer notre économie à la concurrence mondiale et à la politique ultralibérale de Bruxelles. Faire croire que cela conduira à la baisse des prix est une supercherie pour tromper la population.

On peut citer aussi d’autres failles du système de gouvernance. Des Accords de Partenariats Économiques sont passés avec nos voisins sans la présence d’un Réunionnais pour défendre nos intérêts. C’est Bruxelles qui accorde des licences de pêche aux milliers de bateaux étrangers très actifs dans notre voisinage. Nos professionnels atteignent péniblement les 5 % des prises totales dans la zone. Sur un autre plan, les financements fléchés depuis Bruxelles sont inadaptés aux besoins identifiés sur le terrain. Il faut augmenter les 300 millions d’aides annuelles et laisser aux instances réunionnaises le soin de répartir les fonds alloués.

Ary Yée Chong Tchi Kan a expliqué les engagements pris avec le PCF et Léon Deffontaines pour porter nos revendications. Nous sommes d’accord sur les grandes thématiques du social, du travail et de la paix. Placé à la 13e place sur la liste de 81 noms, il a expliqué l’importance d’identifier le bon bulletin depuis la maison pour éviter le stress du dernier moment. C’est d’ailleurs ce qu’il a dit dans différents médias cette semaine.

En bref, il faut non seulement renforcer les RUP, transférer de nouvelles compétences mais aussi responsabiliser les différents acteurs.

Correspondant

A la Une de l’actuEuropéennes 2024MondialisationFilière canne-sucre-alcools-énergieUnion européenneParti communiste réunionnais PCR

Signaler un contenu

Un message, un commentaire ?