Le véritable programme des Le Pen, Bardella, Maréchal et autres...

L’extrême droite a supprimé le RSA en Italie

23 mai, par Manuel Marchal

Au prétexte que l’allocation équivalente au RSA versée en Italie empêcherait de travailler, le gouvernement dirigé par l’extrême droite a décidé de supprimer le RSA italien. Des millions de personnes dans la grande pauvreté vont basculer dans la misère et devront accepter n’importe quoi pour survivre. Ceci rappelle le véritable programme de l’extrême droite : la casse de tous les droits sociaux pour augmenter les profits des capitalistes.

En Italie, l’équivalent du RSA, revenu de citoyenneté, n’existait que depuis quatre ans. Il concernait 2 millions de personnes. Mais l’extrême droite est arrivée au pouvoir dans ce pays. Elle vient de supprimer le RSA. France Info a interrogé une élue membre du parti d’extrême droite de la Première ministre. D’après la néo-fasciste, ce RSA est « un instrument qui a créé du chômage. Beaucoup de travailleurs préféraient ne plus travailler ». C’est le discours classique des capitalistes responsables du chômage qui veulent culpabiliser les victimes de leur appétit de profit. Le chômage est en effet un moyen très important pour augmenter les gains des capitalistes. Il pousse les travailleurs à accepter de bas salaire et à ne pas revendiquer sous peine de retourner au chômage.

70 ans après Mussolini, l’extrême droite de retour au pouvoir

D’après France Info, en remplacement de ce RSA, une aide pour les familles ayant un enfant à charge, pour les personnes porteuses de handicap et les personnes âgées est prévue. Mais beaucoup n’ont rien reçu, et ceux qui l’ont perçu ont perdu 600 euros par rapport à l’ancien RSA.
L’Italie est gouvernée par l’extrême droite au travers d’un parti directement issu du fascisme. Quand le dictateur Mussolini fut chassé du pouvoir en Italie, il créa avec l’aide des nazis dans le Nord du pays la République sociale italienne (RSI). Après la défaite de l’extrême droite lors de la Seconde guerre mondiale, les fascistes créèrent le Mouvement social italien (MSI). Ce parti a changé de nom (Alliance nationale) pour apparaître plus respectable. Au fil de ses pérégrination, il est devenu Fratelli d’Italia et a placé une femme comme tête d’affiche, un procédé qui n’est pas sans rappeler l’extrême droite française. Il est aujourd’hui au pouvoir.

Le rêve des capitalistes avides de profit

Mais au fond en Italie, l’extrême droite n’a pas changé. Son objectif reste toujours de casser tous les droits sociaux pour augmenter les profits des capitalistes.
Les personnes privées de RSA vont basculer de la grande pauvreté à la misère. Pour survivre, elles seront contraintes d’accepter n’importe quel travail, déclaré ou non, à n’importe quel salaire. C’est le rêve de tout capitaliste épris de profit. C’est ce qu’indique un témoignage d’une ancienne allocataire de ce RSA, qui fait un stage payé 500 euros par mois dans une entreprise. Elle a donc un contrat ultra-précaire sous payé.
Voilà donc le programme de ceux pour qui votent de nombreuses personnes en France, et aussi malheureusement à La Réunion, terre peuplée d’immigrés et de descendants d’immigrés.

M.M.

A la Une de l’actuEuropéennes 2024RSA - RSTA

Signaler un contenu

Un message, un commentaire ?