La dynamique du front républicain sous-estimée par Le Pen et ses alliés qui mettent maintenant l’accent sur les risques de violences post-électorales

Législatives : le RN n’aura pas la majorité et l’extrême droite sera battue

5 juillet, par Manuel Marchal

A deux jours du scrutin, l’extrême droite apparaît clairement dans l’incapacité d’avoir les 289 députés minimums pour obtenir la majorité absolue à l’Assemblée nationale. Dans les médias pro-extrême droite, la défaite certaine se confirme par un nouveau choix éditorial : les risques de violences post-électorale et les commerçants qui se barricadent. Cette tentative désespérée ne pourra pas changer la donne : l’extrême droite RN n’aura pas la majorité et sera battue. La dynamique du front républicain l’emportera dimanche.

Le 30 juin dernier, 76 candidats ont été élus députés au premier tour des élections législatives. 32 l’ont été sous l’étiquette Nouveau Front populaire, 16 pour la mouvance présidentielle et 39 pour l’extrême droite RN et ses alliés. Pour que l’extrême droite revienne légalement au pouvoir, elle doit obtenir la majorité absolue des sièges à l’Assemblée nationale au soir du second tour. Elle doit donc remporter au moins 250 élections de députés. Cet objectif apparaît clairement hors de portée pour Le Pen et consorts.
Même le dernier sondage diffusé ce 5 juillet par la chaîne pro-extrême droite annonce une défaite : entre 205 et 230 députés.
Les dirigeants du RN ont manifestement sous-estimé l’ampleur du front républicain pour empêcher que l’extrême droite retrouve le pouvoir dont elle fut chassée en 1945 par la victoire sur le nazisme.
Plus de 200 triangulaires favorables au RN ont été évitées par une vague de désistements républicains. De 80 députés aujourd’hui, une centaine de députés RN apparaît comme l’objectif le plus raisonnable pour l’extrême droite qui sera sans doute à plus de 100 sièges de la majorité absolue.
Les médias pro-extrême droite admettent que le RN ne pourra pas avoir la majorité absolue à l’Assemblée nationale. Ainsi, Cnews ne fait plus qu’évoquer les risques de violences post-électorales dès le soir du second tour des législatives dimanche 7 juin.
Cette tentative désespérée ne pourra pas changer la donne : l’extrême droite RN n’aura pas la majorité et sera battue. La dynamique du front républicain l’emportera dimanche.

M.M.

A la Une de l’actuLégislatives 2024

Signaler un contenu

Un message, un commentaire ?