Après des élections européennes révélatrices de la crise de confiance entre la population et le système politique

Projet réunionnais : la campagne d’explication du PCR continue

15 juin, par Manuel Marchal

Candidat du PCR aux élections européennes sur la liste « Gauche unie pour le monde du travail », Ary Yée-Chong-Tchi-Kan a indiqué que l’abstention record s’explique par la crise sociale et « une crise de confiance dans le système politique qui régit notre société ». Il annonce la poursuite de la campagne d’explication afin d’aller vers la nécessaire remise à plat du système néo-colonial. L’objectif est de « faire prendre conscience que la solution est entre nous, pour discuter de ce que nous voulons garder, remettre en cause et préparer l’avenir » et de concrétiser les propositions dans un projet réunionnais de développement solidaire et global.

Ary Yée-Chong-Tchi-Kan, candidat du PCR aux Européennes sur la liste Léon Deffontaines, a tenu hier une conférence de presse présentant un bilan de la campagne, des résultats et les perspectives. Des représentants des Sections de Saint-Denis, Saint-Leu et Le Tampon ont participé à cet événement.
Julie Pontalba ouvrit la conférence de presse en rappelant que les Européennes sont une élection nationale qui dépend beaucoup des médias. Le plus grand gagnant est l’abstention, surtout dans les DOM-COM avec entre 70 et 90 % d’abstention. Elle a salué le « gros travail des militants dans toute l’île. Nous avons été visibles, les premiers sur les panneaux d’affichage et dans les distributions de tracts ». Julie Pontalba a rappelé un déséquilibre dans la couverture des candidats par les médias. La présence de Ary Yée-Chong-Tchi-Kan au débat fut le résultat d’une mobilisation. Sigrid Gérardin, seconde de la liste « Gauche unie pour le monde du travail » n’a pas été invitée par la télé publique. « On regrette que la télé Publique agisse de la sorte », a-t-il déploré. Pendant ce temps, « le député sortant candidat a été avantagé par les médias alors qu’il était absent au débat ». Le début de la campagne des législatives montre le même déséquilibre.

« Situation sociale extrêmement préoccupante »

Ary Yée-Chong-Tchi-Kan a d’abord remercié les Réunionnais qui se sont mobilisés pour la candidature du PCR. « La situation générale est l’abstention. 73 pour cent des électeurs ne sont pas venus voter », c’est le premier enseignement. « Cette abstention caractérise tous les pays d’outremer. En Guyane, elle dépasse plus de 90 pour cent, alors que c’est le port spatial de l’Europe.
Fossé entre ceux qui viennent vanter mérites de l’Europe et ceux qui ne viennent pas voter ».
« C’est la même situation qu’en 2019, les gens ne sont pas intéressés. Malgré le poids des médias dans la campagne, la population ne va pas voter ».
Le candidat du PCR a rappelé « une situation sociale extrêmement préoccupante et les élections ne répondent pas au problème selon la population ».

Faillite du capitalisme réunionnais

En pleine campagne, Air Austral et la SAPMER demandent de l’argent public, le BTP manifeste pour que les collectivités ouvrent des marchés publics pour faire des profits. « Le social n’est pas seulement en crise, c’est la faillite du capitalisme réunionnais qui sollicite l’argent public pour transformer en profit privé ». 40000 demandes de logement en souffrance. A peine 1500 sortent de terre par an. Le DALO ne fonctionne pas. « Les entreprises pourraient se réunir et faire des propositions pour un plan logement sur 20 ans », a proposé le candidat du PCR aux Européennes.
« La population n’est pas préparée à la crise climatique », a-t-il poursuivi. « L’urbanisation rend vulnérable tout le littoral. Avec la conjonction de la crue et de vague de submersion, Saint Paul, Saint Leu sont menacés. Au Gol à Saint-Louis, les biens sont déjà menacés.
« Cette abstention record est une crise de confiance dans le système politique qui régit notre société. Cette crise s’aggrave », a déclaré Ary Yée-Chong-Tchi-Kan. Il invite à continuer la campagne d’explication « pour faire prendre conscience que la solution est entre nous, pour discuter de ce que nous voulons garder, remettre en cause et préparer l’avenir ».

Arriver à un projet réunionnais

Ary Yée-Chong-Tchi-Kan est prêt à continuer le travail mené dans la campagne pour rencontrer les victimes, afin de mettre tout sur la table et faire des propositions. L’objectif est d’arriver à un projet fait par les Réunionnais pour les Réunionnais pour régler les problèmes de fond à La Réunion. Autrement dit, « il ne suffit pas de faire des élections avec des candidats qui proposent des mesures à la marge ».
Le candidat du PCR aux Européennes a cité quelques exemples illustrant la nécessaire remise à plat. Tout d’abord les agriculteurs : ils sont devenus propriétaires en achetant des parcelles des anciennes grandes plantations. Mais leurs enfants ne peuvent pas construire leur maison sur le terrain. Il ne reste que deux possibilités. L’agriculteur peut rencontrer un maire pour déclasser un morceau de terrain, cela ouvre la voie à la corruption. Ou alors, l’agriculteur va acheter un terrain viabilisé plus cher que terrain agricole. Ces terrains sont d’anciennes terres non-agricoles appartenant à un gros planteur, ou des terres déclassées de ce gros planteur par des maires. « On demande à l’agriculteur d’être sentinelle du foncier et de l’écologie », mais il n’est pas récompensé de ses efforts.
« A Saint-Denis les camarades ont lancé une campagne pour la gratuité des transports », poursuit-il. « Mais les collectivités disent d’attendre. La rentrée arrive en août. Tout le transport public doit être gratuit. »

Transport public gratuit et démocratiser la production d’électricité pour faire baisser les factures

Ary Yée-Chong-Tchi-Kan propose que toutes les autorités organisatrices de transport s’organisent. « Si la mobilisation est au rendez-vous, le transport sera gratuit, la solution vient d’ici ».
Deuxième exemple : « Voici un an, le PCR a organisé un meeting au mail du Chaudron pour dénoncer l’augmentation des factures d’électricité. L’innovation technologique peut régler le problème. Car cette conférence se tenait à côté des panneaux solaires d’une grande surface qui baisse sa facture. Tout le monde doit en profiter. Nous demandons la démocratisation de la production d’électricité pour faire baisser la facture jusqu’à 90 pour cent ».
« Aucune collectivité n’a encore mis cela à l’ordre du jour alors que les citoyens s’unissent une hausse de plus de 40 pour cent », a constaté le candidat du PCR. « C’est la crise de confiance entre ceux qui décident et ceux qui ont des besoins et vivent ces besoins. C’est une autre bataille dont s’empare le PCR et la population : 40 000 centrales solaires en 7 ans ».
Alors qu’un débat a lieu sur la suppression de l’octroi de mer, le candidat du PCR aux Européennes propose de s’intéresser plutôt à la TVA : plus de 500 millions de recette à La Réunion qui partent intégralement à Paris. Pour baisser les prix de l’eau et de l’électricité, il propose de supprimer la TVA sur ces services, rappelant que l’octroi de mer n’y existe pas.

Meetings et rencontres avec la population

Il a enfin soulevé le scandale des 500 000 mètres cubes d’eau rejetés tous les jours à la mer par la centrale électrique de Sainte-Rose après avoir servi une seule fois.
« Ce gaspillage est une entorse au développement durable, sur un territoire européen. Qu’attendent les députés européens pour régler ce problème. A La Réunion, des autorités sont irresponsables et des députés du même acabit. Ils ne s’occupent pas du problème alors que l’eau est essentielle à la vie.
Pour faire connaître ces propositions, des meetings et rencontres seront organisées. Ary Yée-Chong-Tchi-Kan a invité « la population à nous rejoindre à ces activités militantes pour comprendre la situation ». Avec cette campagne d’explication, le résultat apparaîtra dans les urnes à l’avantage du PCR, conclut-il.

M.M.

Parti communiste réunionnais PCREuropéennes 2024Impasse du modèleLutter contre la vie chèreLuttes pour l’emploiResponsabilité

Signaler un contenu

Un message, un commentaire ?

Messages

  • Avec ces évènements nouveaux, inimaginables même il y a encore moins d’une semaine, que ce soit ici ou dans l’hexagone, on sent bien qu’une page se tourne. Plus que jamais, il faut se mobiliser, aller voter cette fois-ci deux fois, ce mois-ci et en juillet, juste avant les vacances. Pourquoi ne pas insister, rappeler qu’il serait enfin salutaire, pour en plus créer des emplois durables pour les jeunes, de lancer le fameux TER, qui doit relier les communes de Ste Rose à St Benoit ? Electrique, à double voie, capable de transporter le fret aussi, à 160 km/h, moderne. Là oui, on se rendra compte du temps et de la pollution gagnée, ouf ! Les décideurs savent que rendre le transport public gratuit est possible, plusieurs communes le font, la dernière, c’est très récemment, Montpellier, ville étudiante fréquentée par de nombreux étudiants, notamment issus de la Réunion, et des touristes. Ces derniers, de passage ici, seraient ravis et leur retour, donnerait une bien meilleure image dans leurs commentaires de leurs réseaux sociaux. Pour le moment, ils témoignent de la folie des encombrements routiers, les déchets qui trainent, les nids de poule, les arbres absents ou bien massacrés en ville, qui sont les meilleurs climatiseurs, bref, il faut participer, espérer et encourager le changement, Arthur.