Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Politique > Actualités politiques

David Gauvin, candidat du PCR aux législatives : « libérer les énergies et éradiquer la grande pauvreté »

Dans la 5e circonscription de La Réunion, populariser les idées du Parti communiste réunionnais et sortir une région de l’abandon

vendredi 29 avril 2022


Entrepreneur social à Saint-André, et éditorialiste à Témoignages, David Gauvin aura la responsabilité de conduire la bataille des législatives dans la 5e circonscription de La Réunion qui comprend une bonne partie de l’Est du pays : Saint-André, Salazie, Bras-Panon, Saint-Benoît, Plaine des Palmistes, Sainte-Rose et Saint-Philippe. Ce sera un moment important pour faire connaître aux Réunionnais les propositions que le PCR compte faire prospérer à l’Assemblée nationale, notamment l’éradication de la grande pauvreté, l’autonomie énergétique et alimentaire ainsi qu’une réforme de l’organisation politique de La Réunion.


David Gauvin, 41 ans, est entrepreneur social. Ceinture noire de judo et titulaire d’un master en sciences politiques, d’un second en droit public et d’un troisième en management des organisations.
Il habite à Saint-André, mais ses activités l’emmènent à intervenir sur tout le territoire Est de La Réunion.

– Qu’est-ce qui a motivé votre engagement dans le Parti communiste réunionnais ?

David Gauvin : Je suis issu d’une famille de militants communiste. En plus d’avoir depuis toujours côtoyé le parti, mon engagement personnel est né le 21 avril 2002. Depuis ce jour, j’ai décidé de mener le combat pour un monde meilleur où que je sois. Tout d’abord en tant que secrétaire régional de l’Union des Étudiants Communiste du Languedoc Roussillon, ensuite comme responsable régional du Mouvement de la Jeunesse Communiste et naturellement au sein du Conseil fédéral du PCF de l’Hérault. Et naturellement à mon retour en 2007, j’ai milité au PCR, sans jamais rien demander en retour.

« Je me suis toujours battu pour que tout le monde ait une situation stable »

– Vous êtes un chef d’entreprise du secteur de l’aide à la personne. Dans quelle mesure le développement de ce secteur économique peut-il être une réponse au chômage à La Réunion ?

David Gauvin : Le secteur est un des plus dynamiques sur l’île au vu des besoins. Il permet à beaucoup de femmes, dans la grande majorité, après une formation diplômante d’un an, de pouvoir travailler en CDI. Depuis 15 ans, que je dirige des structures public-privé ou associatives, je me suis toujours battu pour que tout le monde ait une situation stable, c’est-à dire en CDI à temps plein.

– Quels seraient les points les plus urgents à aborder dans la Conférence territoriale élargie et à faire figurer dans une future loi-programme pour La Réunion que vous défendriez à l’Assemblée nationale ?

David Gauvin : Tout d’abord, il faut parler de l’autonomie alimentaire, on a de vraies craintes sur l’approvisionnement de l’île, rien qu’à voir la crise actuelle de l’huile. Ensuite, il nous faut faire une vraie autonomie énergétique et surtout accompagner la transformation de notre mode de vie en lien avec le changement climatique. Et il nous faudra discuter des moyens pour réaliser les objectifs sans aucun tabou. L’organisation actuelle répond-elle à nos besoins ? Je ne le pense pas.

« Redonner de l’espoir à une terre abandonnée »

– L’Est de La Réunion apparaît souvent comme négligé en termes d’investissements de l’État par rapport à d’autres régions de La Réunion. Comment comptez-vous répondre à la volonté de changement manifestée par la population de la 6e circonscription lors de la présidentielle ?

David Gauvin : L’Est en un territoire délaissé. Dans un Péi considéré comme socialement hors norme, l’Est l’est encore plus. Pourtant ce territoire est riche, mais il a surtout servi de monnaie d’échange pour les ambitions des uns et des autres. Notre candidature est mise au débat pour redonner de l’espoir à une terre abandonnée et redonner la fierté à ses habitants. Pour répondre à ce besoin de changement, nous devons redonner de la noblesse à la fonction élective, mais aussi une certaine éthique. Il nous faudra rapidement réunir une conférence territoriale dans la circonscription pour inscrire le travail législatif dans le consensus ainsi défini. Mais surtout nous devons changer la vie des gens, libérer les énergies et éradiquer au cours du mandat la grande pauvreté.



Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus