Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Politique > Actualités politiques

Hausse du recours à l’aide alimentaire : à qui profite la croissance économique à La Réunion ?

La division de la société s’amplifie : quel avenir pour la cohésion du peuple réunionnais ?

samedi 2 juillet 2022, par Manuel Marchal


Le système néocolonial accentue la division entre les classes sociales à La Réunion avec d’un côté une partie qui bénéficie de la croissance, et d’un autre côté des Réunionnais qui sont contraints de consommer des produits hors de prix compte tenu de leurs faibles revenus et qui doivent prendre sur eux pour aller solliciter un colis alimentaire pour survivre. Les grands gagnants sont les spéculateurs qui bénéficient d’un système qui finance leurs profits. Quel avenir pour la cohésion du peuple réunionnais avec un tel système ?


A 24 heures d’intervalle, deux études viennent souligner les contradictions de la société réunionnaise.
Hier, l’INSEE a annoncé une croissance économique en hausse de plus de 6 % en 2021, soit 2,3 % de plus qu’avant la crise COVID-19, une hausse de 8,3 % des salaires distribués, un pouvoir d’achat individuel en augmentation de 1,8 %, un PIB par habitant de 23400 euros et un revenu par habitant de 19300 euros.
La veille, la Croix-Rouge faisait part du résultat d’une étude indiquant qu’en 2021, 1 Réunionnais sur 10 avait eu recours à l’aide alimentaire. Près de 150.000 colis alimentaires ont été délivrés l’an dernier par la Croix-Rouge et la Banque alimentaire des Mascareignes. Cette proportion est en nette augmentation, en raison des conséquences de la crise sanitaire importée à La Réunion depuis 2020, et de la cherté de la vie. Les conséquences de la guerre en Ukraine vont accentuer cette situation sociale dramatique, compte tenu de la hausse des prix causée par les spéculateurs qui profitent de la situation pour réaliser d’importants profits sur les matières premières, les produits alimentaires et le transport notamment. En effet, les salaires des travailleurs qui fournissent ces produits et ces services sont très loin de connaître la même augmentation que celle des prix payés par les consommateurs.

Consommation et endettement portent la croissance

Si le PIB et le pouvoir d’achat augmentent à La Réunion alors que le nombre de personnes contraintes de recourir à l’aide alimentaire augmente également, se pose alors la question de savoir à qui profite la croissance. L’étude présentée hier par l’INSEE sur le PIB 2021 de La Réunion apporte des pistes :

« Fortement pénalisée en 2020 par le confinement et les diverses restrictions sanitaires, la consommation des ménages redémarre fortement en 2021 (+ 5,3 % en volume). En 2021, elle redevient le premier moteur de la croissance et dépasse ainsi de 3,5 % son niveau d’avant-crise. En particulier, les immatriculations de véhicules particuliers neufs repartent à la hausse en 2021 (+ 11,4 % sur un an), comme les crédits à la consommation (+ 4,8 %). » (...)
« En hausse de 7,2 % par rapport à 2020, la consommation des administrations publiques contribue fortement aussi à la croissance en 2021 ».
« Cette reprise de la demande intérieure creuse le déficit extérieur », autrement dit, la valeur des importations augmente.

Système néocolonial

Cette croissance est donc soutenue par ceux qui ont les moyens de consommer. Et si l’argent manque, les banques sont là pour faire des bénéfices sur les crédits à la consommation. Cela signifie que d’importants moyens sont mis en œuvre pour donner les liquidités nécessaires au financement des profits des spéculateurs et des intermédiaires entre les producteurs et les consommateurs.
La forte reprise de la consommation se traduit par une hausse des importations. Sachant que ces importations viennent majoritairement de France, et à plus de 70 % d’Europe, les données présentées hier par l’INSEE illustrent la domination à La Réunion d’un système néocolonial, où l’argent disponible dans notre pays est orienté vers la consommation de produits et services fournis en particulier par des filiales de sociétés extérieures à La Réunion. Ainsi est accentué un transfert vers l’Europe au détriment de l’investissement dans des activités réunionnaises créatrices d’emplois dans notre pays.
Pour sa part, l’étude de la Croix-Rouge montre l’ampleur de la pauvreté qui explose à La Réunion. Elle souligne qu’en plus d’être exclus d’un emploi payé suffisamment pour vivre dignement dans notre île, de nombreux Réunionnais sont contraints de dépendre d’une aide alimentaire pour se nourrir.
Ainsi, le système néocolonial accentue la division entre les classes sociales à La Réunion avec d’un côté une partie qui bénéficie de la croissance, et d’un autre côté des Réunionnais qui sont contraints de consommer des produits hors de prix compte tenu de leurs faibles revenus et qui doivent prendre sur eux pour aller solliciter un colis alimentaire pour survivre.
Quel avenir pour la cohésion du peuple réunionnais avec un tel système ?

M.M.


Distribution de colis alimentaires par l’UNEF à des étudiants de l’Université.



Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus