Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Cliquez et soutenez la candidature des Chagossiens au Prix Nobel de la Paix

Accueil > Politique > Actualités politiques

Passer des constats à la responsabilité

Premiers échanges publics avec le Collectif « Pangar »

lundi 19 février 2024, par Kalouma


Une rencontre très dynamique et chargée d’avenir a eu lieu samedi matin, salle Candin, à l’initiative du Collectif Pangar : il s’agissait de mettre en commun des constats que les Réunionnais les plus conscients font déjà depuis plusieurs décennies, pour leur chercher des débouchés mobilisateurs et efficients.


Le collectif Pangar rassemble des Réunionnais aux engagements très divers (associatif, syndical, politique, spirituel…) ayant tous pour point commun d’aimer leur pays. « Nous voulons rassembler les Réunionnais vers plus de responsabilité individuelle et collective dans le but de faire valoir nos droits et souveraineté sur notre territoire » dit le Manifeste « Par le peuple, pour le peuple » adopté en décembre dernier.

Comment réduire la grande pauvreté et reprendre la main dans toute une série de domaines dans lesquels la colonisation des esprits — qui, elle, n’a jamais pris fin — a fini par mettre les Réunionnais « hors jeu » ?

Chômage des jeunes, émigration dite “inéluctable” pour les Réunionnais alors que des emplois sont aussitôt occupés par d’autres ; perte de contrôle du foncier, gentrification… Le champ d’action le plus concret — selon le Collectif — est celui de l’agriculture bio, par des échanges qui ont déjà eu lieu avec la Région et qui vont se poursuivre au sein d’un”Comité de pilotage” auquel Pangar sera associé.

Produire et consommer

Ary Yee-Chong-Tchi-Kan à côté de Eric Ismael, président de Pangar. Les camarades David Mongin, Réla Gibralta, Pascale David et Julie Pontalba étaient présents dans la salle.
Ary Yee-Chong-Tchi-Kan à côté de Eric Ismael, président de Pangar. Les camarades David Mongin, Réla Gibralta, Pascale David et Julie Pontalba étaient présents dans la salle.

Tous ces sujets ont convergé vers ce que l’un des participants a qualifié de « réveil du peuple ». Une quinzaine d’intervenants — dont notre camarade Ary Yee Chong Tchi Kan — se sont succédé pour évoquer les questions du développement durable de notre île, dans une gouvernance moins conventionnelle et conformiste. Dans un bref historique, Ary Yee Chong Tchi Kan a présenté la proposition des communistes pour faire baisser la facture d’électricité : “Soley i lèv pou toute domoun”… et tout le monde doit pouvoir en profiter. Si l’on doit s’indigner de 44 % d’augmentation en 2 ans, il faut construire des solutions alternatives qui protègent. Il a avancé un cadre contraignant : 2030, dernière année pour l’éradication de l’extrême pauvreté. A l’exemple des chauffe-eaux solaires, il s’agit d’installer 280.000 mini-centrales photovoltaïques (40.000 par an pendant 7 ans). C’est possible, en faisant baisser les coûts du matériel et en étudiant la question du stockage. Les familles pauvres actuellement asphyxiées par les hausses gouvernementales deviendront ainsi des producteurs pour leur propre consommation.

Ceci est un exemple parmi les propositions qui ont été faites pour ouvrir les créations d’emplois aux Réunionnais.

Kalouma


Un message, un commentaire ?

signaler contenu


Facebook Twitter Linkedin Google plus