Canne à sucre

Berguitta rappelle l’importance des andains

Fortes pluies à La Réunion et érosion

Témoignages.re / 22 janvier 2018

Les fortes pluies de Berguitta sont à l’origine de coulées de boues. C’est la conséquence des précipitations et du relief de La Réunion dominé par de fortes pentes. La canne à sucre joue un rôle essentiel en retenant les terres qui ont été épierrées. Les andains ont aussi leur importance. Ce sont les pierres extraites des champs de canne qui sont stockées au bord des exploitations. Face aux besoins en matériaux de la route en mer, une partie de ces andains ont été chargés sur des camions pour être jetés dans l’océan, quel est l’impact ?

JPEG - 54.3 ko
La canne à sucre joue un rôle important dans la lutte contre l’érosion.

La Réunion était une île déserte il y a moins de 400 ans. Elle était alors couverte de forêts. En moins de 4 siècles, l’exploitation de l’île a transformé le paysage. La canne à sucre s’est installée dans des zones pentues. Ses racines retiennent la terre. Cela permet de limiter les effets des fortes pluies. Cela permet de mesurer toute l’importance de la canne à sucre à La Réunion alors que la filière est dans la crise à cause d’un seul de ses produits : le sucre.

Les dégâts des pluies de Berguitta auraient été bien plus importants si la canne à sucre n’était plus plantée. Des coulées de boues se seraient formées emportant tout sur leur passage. Cet aspect doit être pris en compte lorsqu’il est question de la filière. Sa valorisation ne doit pas simplement se mesurer au travers de quelques produits comme le sucre ou la bagasse simplement brûlée dans des centrales. La canne joue pour l’immédiat un rôle important dans la lutte contre l’érosion. Aussi ceux qui spéculent sur son abandon pour construire des immeubles à la place devraient bien mesurer les conséquences de leur projet. Cela ne fera qu’amplifier les dégâts de l’eau de ruissellement pendant les cyclones et tempêtes tropicales.

Des pierres devenues précieuses

Pour augmenter les rendements, les champs de canne ont été épierrés. Les pierres extraites ont été stockées en bordure de parcelle. Ce sont les andains. Ces derniers posent des problèmes aux agriculteurs. Ils peuvent en effet constituer un refuge pour les rats, une espèce qui transmet la leptospirose. Mais d’un autre côté, ces andains jouent un rôle dans la lutte contre l’érosion. Rares sont en effet les champs de canne plats. La plupart sont en pente. Et des champs finement épierrés ne retiennent plus la terre aussi efficacement. Les andains pallient à ce problème.

Mais depuis le lancement du chantier de la route en mer, les andains sont devenus une marchandise. En effet, faute de matériaux suffisants dans les carrières existantes, les promoteurs de la route en mer ont recours à ces pierres devenues précieuses. Elles sont ainsi transportées du bord des champs de canne à la mer. Se pose alors la question de l’impact de ce chantier.

Quel impact pour l’enlèvement des andains ?

En effet, Beguitta est le premier événement climatique apportant des pluies cycloniques depuis que le transport des andains a été mis en œuvre à grande échelle. Il est donc intéressant d’évaluer si le déplacement de ces pierres a joué un rôle dans les dégâts qui ont été observés. En effet, au fur et à mesure de la progression du chantier de la route en mer, les besoins en andains seront toujours plus importants. Il ne faut donc pas que la poursuite d’un chantier qui bénéficie essentiellement aux intérêts de majors du BTP expose la population à des risques dont elle était jusqu’à présent préservée.

M.M.