Canne à sucre

Canne à sucre en Guadeloupe : 5,2 millions pour la trésorerie des planteurs et la relance de la filière

Moins de 485.000 tonnes de cannes livrées aux usines cette année

Témoignages.re / 6 novembre 2020

En Guadeloupe, Iguacanne propose d’utiliser un reliquat de 5,2 millions d’euros sur une enveloppe de 20 millions de l’État versée aux planteurs au titre de « l’aide à la garantie de prix ». Ce reliquat doit aider pour moitié les planteurs à reconstituer une trésorerie, l’autre moitié est destinée à des aides à l’achat d’engrais, et à des aides pour les planteurs qui veulent remettre en culture des terres en friche. Voici ce qu’écrit Guadeloupe 1ere à ce sujet. 

JPEG - 78.5 ko

« 5,2 millions d’euros, c’est la somme restant aujourd’hui disponible, sur l’enveloppe annuelle de 20,1 millions versée par l’Etat à la filière canne de Guadeloupe, au titre de l’ « aide à la garantie de prix », destinée aux planteurs livrant aux sucreries. Un reliquat important, qui s’explique par le faible tonnage de cannes produit pour la campagne 2020. Iguacanne, l’Interprofession représentant les producteurs et les usiniers, a fait des choix pour la répartition de ce solde. »

Perte moyenne estimée : 471 euros par hectare

« La production cannière est en baisse constante depuis trois ans en Guadeloupe : moins de 485 000 tonnes livrées aux sucreries cette année (- 3% par rapport à 2019). Les rendements à l’hectare diminuent, ce qui entraîne une perte de revenus pour les planteurs. Rapportée à la recette moyenne sur les cinq dernières années, tous bassins confondus, cette perte de revenus pour 2020 a été évaluée à 471 euros par hectare, soit 8,70 euros par tonne.
Iguacanne propose de l’indemniser à hauteur de 65%, soit 5,65 euros par tonne, afin d’aider les exploitants à reconstituer leur trésorerie. L’aide, qui sera versée aux producteurs par le biais de leur SICA, va mobiliser 2,7 millions d’euros sur le reliquat de l’enveloppe AGP. »

Entre 150 et 350 euros/ha d’aide pour l’engrais

« Les quelque 2,5 millions d’euros restants serviront à appuyer financièrement le plan de relance de la production cannière, décidé par l’Interprofession, et présenté en juin dernier à l’Etat et la Région. Premier levier pour faire remonter les rendements : respecter les apports d’engrais préconisés par l’itinéraire technique.
Une aide incitative de 300 euros par hectare est ainsi envisagée pour les planteurs qui apportent au moins 800 kilos de fumure à l’hectare. Le montant sera réduit à 150 euros pour tout apport inférieur à 800 kg. Il sera en revanche majoré à 350 euros/kg si le producteur opte pour des engrais bio. Montant total du dispositif : 2,2 millions d’euros. »

75 % d’aide pour remise en culture de terre en friche

« Autre mesure : une aide aux travaux de « déprise » : c’est la remise en culture de parcelles laissées en friche depuis plus de trois ans. Le coût des travaux, qui s’élève à 3 500 eurospar hectare, sera financé à 75%, soit 2 625 euros/ha.
Ces propositions de l’Iguacanne doivent encore être validées par arrêté préfectoral. Certains agriculteurs les contestent, estimant que l’enveloppe AGP n’est pas destinée à financer le plan de relance. Or, selon la convention canne-sucre engageant l’Etat jusqu’en 2022, cette aide de soutien aux revenus des planteurs suppose bien en contrepartie un effort de la filière pour augmenter les rendements. »