Canne à sucre

Jean-Claude Fruteau met la canne sur la table

Nos relations avec l’Europe

Témoignages.re / 27 novembre 2004

(Page 8)

Hier, Jean-Claude Fruteau, député réunionnais au Parlement européen, s’exprimait sur le dossier OCM-Sucre. Rapporteur à la commission agricole du Parlement européen, l’élu socialiste souhaite déposer une résolution au mois de janvier 2005 pour défendre les intérêts du sucre, particulièrement le nôtre.
Jean-Claude Fruteau mesure toutes les conséquences de la disparition de la canne pour notre île, au plan environnemental et touristique, et sait qu’il faudra répondre à tous les engagements pris par l’Europe pour se conformer aux exigences de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Plusieurs défis doivent pour cela être relevés du côté de l’Union européenne : baisser le prix et le quota de la canne à sucre, ce qui constitue en parallèle une catastrophe économique et sociale pour nombre de pays, dont le nôtre.
Le député réunionnais veut lutter limiter la baisse du prix garanti à 20%. Il rappelle que d’après les propositions de la Commission européenne, le prix de la canne pourrait être baissé de 36% en 2 étapes à partir de 2006, et ce jusqu’en 2009, tandis que les quotas A (destiné au marché intérieur) et B (destiné au marché extérieur et subventionné) devraient subir la même baisse. L’OMC a engagé un groupe d’experts, qui vient de prendre un verdict défavorable pour l’Europe pour ses quotas B et C (destiné au marché extérieur, mais non subventionné).
Jean-Claude Fruteau déclare que l’Union européenne vient de faire appel de la décision de l’OMC, mais est pessimiste sur l’issue de la requête. Le 30 novembre, le Parlement européen réunit 3 commissions (Agriculture, Commerce international et Développement) pour une audition consacrée à la réforme de l’OCM-Sucre. Aucune décision ne sera prise, il faudra attendre juin 2005 pour connaître la véritable proposition législative.
Enfin, le député européen annonce fièrement que la commission du Parlement européen chargée de l’agriculture se déplacera dans l’île dans la première semaine de mai 2005, "sous proposition des présidents des deux collectivités". Les agriculteurs réunionnais, particulièrement les moyens et petits exploitants, s’en souviendront.

Bbj