Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Politique > Canne à sucre

« La CGPER demande aux 7 députés de La Réunion de soutenir la lutte pour sauver les près de 20 000 emplois de la filière canne-sucre-rhum-énergie »

La CGPER interpelle les nouveaux députés

mardi 21 juin 2022


Les planteurs ont décidé d’une nouvelle action aujourd’hui pour revendiquer l’augmentation du prix de la canne payé par Tereos et de la recette bagasse. Dans un communiqué diffusé hier lundi, la CGPER interpelle les 7 députés de La Réunion élus la veille afin qu’ils apportent leur soutien à la lutte des planteurs.


La CGPER tient d’abord à féliciter les 7 députés qui ont été élus dimanche. Ils auront la responsabilité pendant 5 ans de défendre les intérêts des Réunionnais à l’Assemblée nationale.

Mardi dernier, l’Intersyndicale (CGPER, UPNA, FDSEA, JA) a organisé une marche noire de l’agriculture réunionnaise. Demain mardi, la CGPER participera à une importante action des planteurs. Ces manifestations montrent l’ampleur de la crise dans le monde agricole et l’urgence d’agir.

Tout d’abord, il est nécessaire que Plan de résilience de l’Etat soit étendu à l’ensemble des productions végétales à La Réunion pour faire face aux effets de la guerre en Ukraine, car tous les agriculteurs sont confrontés à l’explosion du coût des intrants, notamment les engrais et le carburant.

Autre sujet très important que la CGPER souhaite voir pris à bras le corps par les 7 députés de La Réunion est la Convention canne. A un mois de la campagne sucrière, le prix de la canne n’est toujours pas fixé car il est hors de question d’accepter la proposition de Tereos : gel du prix pendant 2 ans et baisse du prix ensuite si l’État ne donne pas un « filet de sécurité » à l’usinier. Pourtant, le prix du sucre augmente depuis 2019 et la situation internationale entretient cette hausse. De plus, la condamnation de Tereos par l’Autorité de la concurrence pour ses pratiques de vente de mélasse aux distilleries a rappelé les importants profits tirés de ce produit de la canne : ces bénéfices doivent être mieux répartis pour les planteurs. Alors que tout augmente, quelle activité peut survivre si ses recettes n’augmentent pas ?
La revendication de l’augmentation du prix de la canne payé par Tereos aux planteurs est donc plus que justifiée. La CGPER compte sur le soutien des députés de La Réunion nouvellement élus ou réélus pour la faire aboutir.

Concernant le volet énergie de la Convention canne, la prise de contrôle d’Albioma par un fonds d’investissement des États-Unis amène à La Réunion un nouvel acteur dont le centre d’intérêt principal ne se situe pas dans notre île. Si un fonds des États-Unis décide d’acheter Albioma, il prévoit d’importants bénéfices. Cela montre bien que la bagasse, considérée jusqu’à présent comme un déchet industriel, est une véritable richesse au même titre que la biomasse qui sera importée d’Amérique du Nord par Albioma. Cette biomasse produite à La Réunion permet d’éviter l’importation de plusieurs centaines de milliers de tonnes de bois venus d’un autre continent pour faire fonctionner les centrales thermiques. L’État fixe le prix de l’électricité produite avec la bagasse via la CRE. La CGPER compte sur le soutien des députés de La Réunion afin que la recette bagasse soit augmentée.

Le Président de la CGPER
Jean-Michel Moutama



Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus