Canne à sucre

« La Réunion a une excellente réputation »

Workshop ISSCT : Robert Gilbert, président du Comité technique de l’ISSCT

Manuel Marchal / 25 septembre 2018

Professeur au département d’agronomie de l’Université de Floride, Robert Gilbert explique l’apport de La Réunion à la recherche.

JPEG - 82.8 ko
Robert Gilbert, président du Comité technique de l’ISSCT.

Comment La Réunion est-elle perçue dans le domaine de la recherche en canne à sucre ?
La Réunion a une excellente réputation ailleurs dans le monde. Les scientifiques réunionnais sont reconnus, et La Réunion est vue comme une zone d’innovation. C’est une petite île qui comporte une importante diversité de terrains. Elle regroupe des facteurs intéressants pour la création variétale et les pratiques de gestion.

Quels produits peut-on faire avec la canne à sucre ?
Beaucoup de produits, notamment du sucre, de l’éthanol, de l’énergie, du matériel de construction, des assiettes… La canne à sucre est une culture unique. A partir du carbone, de l’hydrogène et de l’oxygène, elle crée une matière dont tous les éléments peuvent être recyclés.

Comment sont rémunérés les planteurs aux États-Unis ?
Leur rémunération se fait en fonction d’une formule intégrant la teneur en sucre et le tonnage. Mais il vaut mieux avoir une forte teneur en sucre qu’un gros tonnage et une faible teneur.