Canne à sucre

Le PCR à l’écoute des revendications des agriculteurs

Une délégation du Parti communiste réunionnais à l’assemblée générale de la CGPER

Manuel Marchal / 1er juillet 2019

Julie Pontalba et Johnny Lagrange Backary représentaient le PCR hier à l’assemblée générale de la CGPER.

JPEG - 87.8 ko
Julie Pontalba et Johnny Backary Lagrange.

Une délégation du PCR composée de Julie Pontalba et Johnny Lagrange a assisté à l’assemblée générale de la CGPER de ce dimanche. L’ancienne candidate aux élections européennes explique que « quand on s’implique dans la politique, il est important d’être là où les décisions se prennent ». « La canne est un sujet de préoccupation pour La Réunion », explique-t-elle.

Julie Pontalba est venue « écouter les revendications » car pour elle, « on ne peut pas faire de la politique sans entendre les revendications de ceux qui produisent pour leur pays ». Elle a trouvé « le point historique intéressant », indiquant que « les choses évoluent, le monde agricole aussi ».

Elle a aussi fait part de sa solidarité avec la revendication demandant à l’État de respecter sa signature dans la Convention canne et de verser comme prévu les 28 millions d’euros l’année prochaine : « comment le représentant de l’État peut venir dire qu’il travaille à un argumentaire pour justifier le versement de cette aide alors que l’État a signé ? »

Pour Johnny Lagrange Backary, le Directeur de l’agriculture et de la forêt est « en train d’argumenter pour préparer les gens à la distribution de miettes », mettant en avant « une vision sociale de l’agriculture réunionnaise qui est rémunérée plutôt que le travail ».

Quand le DAF dit que l’aide de 28 millions d’euros est prise dans une enveloppe globale d’aides aux agriculteurs, le membre du secrétariat du PCR note que ce responsable administratif « oppose les faibles aux faibles » et « dit au final que le consommateur accepte de payer plus cher ». Ces tergiversations du gouvernement au sujet de cette aide d’État font craindre « une baisse de l’aide en fonction du prix du sucre ».