Canne à sucre

Le PCR à la rencontre des planteurs

Maurice Gironcel, secrétaire général, et Ary Yée Chong Tchi Kan, secrétaire au relations internationales

Témoignages.re / 8 juillet 2017

Maurice Gironcel, secrétaire général du PCR, et Ary Yée Chong Tchi Kan, secrétaire du PCR aux relations internationales, ont rencontré les planteurs rassemblés au Barachois.



Au cours de cet échange, les deux dirigeants ont distribué des exemplaires de Témoignages relatant la dernière initiative de Gélita Hoarau à Paris : la sénatrice a rencontré la ministre des Outre-mer et lui a demandé de venir à La Réunion. Ils ont également informé les planteurs que Gélita Hoarau viendra les rencontrer ce matin à son retour de Paris.

Maurice Gironcel et Ary Yée Chong Tchi Kan ont rappelé la position du PCR et ses propositions : demande de transparence totale sur les revenus de la filière canne-sucre-énergie, satisfaction des revendications des planteurs et création d’un comité destiné à étudier toutes les transformations possibles de la canne à sucre à La Réunion. 500 produits peuvent en effet être extraits de cette plante, et une centaine sont déjà commercialisés. Les planteurs ont ainsi été informés du projet de création d’une industrie de la canne aux bénéfices justement répartis.

Les échanges avec les planteurs ont duré une heure, et rendez-vous a été pris pour ce matin.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Oui il faudrait un peu plus de transparence sur ce conflit qui oppose les planteurs de cannes à sucre à leur usinier, l’entreprise Téréos . Les planteurs réclament une augmentation de 6 euros par tonnes de cannes et l ’usinier refuse .

    Quels sont les tenants et les aboutissants du problème ? il faudrait nous expliquer qui est Téréos , combien de salariés emploie t-elle non seulement à la Réunion mais dans le monde et puisque c’est une entreprise internationale quels sont les résultats de ses comptes d’exploitation au cours de ces dernières années ? combien de bénéfice produit elle globalement chaque année et séparément dans chacune de ses filiales ? En quoi consiste son activité ? quels sont les principaux produits et sous produits qui sortent de ses usines et la part prise par chacun dans la réalisation de ses bénéfices ? quels sont les secteurs les plus rentables de son activité . Que représente globalement son activité à l’île de la Réunion par rapport à son activité dans le monde, Quel est la part de ses investissement annuels et dans quels domaine. Y a t-il une volonté de
    reconversion vers d’autres secteurs que le sucre ou non ? quelle est la part des subventions quelle reçoit des pouvoirs publics et comment est elle utilisée.

    Pourquoi n’arriverait -elle pas supporter une augmentation du prix de la tonne de cannes pour la réunion ? est ce que cette
    revendication la conduirait à la faillite ? ou la mettrait en grosse difficulté ?

    De l’autre côte il faudrait que les gens qui regardent et subissent les conséquences du conflit aient des éléments d’informations sur les planteurs de cannes . Combien sont ils à la Réunion ? combien de petits planteurs , de moyens et de gros planteurs
    c’est à dire quelle est la superficie moyenne des exploitations par catégories : combien de planteurs ne disposant pas d’une superficie de plus de 5Ha , combien de planteurs disposant de 5à 10 ha etect ... et bien entendu quel est le rendement moyen des exploitations selon que l’agriculteur se trouvent en zone irriguée ou pas à l’Est ou à l’ouest en tonne de canne et quels sont les frais généraux produits par chaque catégorie d’exploitation selon les techniques et les moyens de cultures utilisés . Les agriculteurs ont ’ils des avantages spéciaux au niveau des carburants , des frais bancaires et assurances etect ..... ?

    Pour comprendre pourquoi les agriculteurs réclament 6 euros par tonne de canne il faut pouvoir mesurer quelle est l’incidence de ces 6 euros pour les planteurs , c’est à dire quel sera l’impact de cette somme sur leurs revenus . En connaissant la
    production moyenne des agriculteurs et le coût de production on peut déterminer quel est leur revenus nets annuels et mensuels et les comparer aux revenus des autres secteurs d’activités , et dire que cette augmentation de 6 euros va apporter aux planteurs une augmentation mensuelle de X%. Ce qui permettra à tous ceux qui souffrent indirectement des actions entreprises par les planteurs pour obtenir gain de cause de les comprendre et de mieux les soutenir.

    Il semblerait qu’il y a un mouvement de solidarité qui existe dans toute la population réunionnaise pour ce conflit . Certains corps de métiers comme les transporteurs et les dockers envisagent même de se mettre en grève pour appuyer le mouvement des agriculteurs planteurs de canne non seulement pour faire pression sur l’entreprise Téréos mais peut être aussi pour faire valoir leurs propres revendications . Devons nous aller jusqu’au blocage total de l’économie de l’île avant de trouver une
    solution ? L’histoire de la France nous montre qu’il y a eu des cas ou des petites revendications ne concernant qu’un petit nombre de personnes a vite débouché sur un conflit généralisé mettant dans la rue des millions de personne et créant un climat révolutionnaire . Cela a été le cas en Mai 1968 où une revendication étudiante sur le nombre de places dans les universités a entrainé une grève générale de pratiquement toute la France ; et plus récemment nous avons assisté à la même chose en Guyane ou de revendication sanitaires non satisfaites a entrainé la paralysie totale de toute la région .

    Face à ces situations les pouvoirs publics sont obligés de céder pour arrêter la crise . Les guyanais ont obtenu un plan marshal de trois milliards d’euros alors qu’ils ne sont que 250000 habitants, et en mai 1968 pour apaiser la situation le gouvernement a du accorder une augmentation de 35% du smig et bien d’autres avantages .aux français .

    Va t’il adopter le même comportement pour les réunionnais , ?ce n’est pas certain .La réunion est déjà gravement malade avec plus de 30% de chômage dont 50% pour les jeunes et une fragilisation sociale à tous les niveaux et une grève générale de toute l’ile pourrait lui faire plus de tort que de bien . Ceux qui veulent aujourd’hui généraliser le conflit doivent se rendre compte que cette situation est aussi une situation explosive qui pourrait conduire à des débordement que l’on aura du mal à maîtriser . De son coté le gouvernement ne devrait pas minimiser ce risque d’explosion et laisser faire sans réagir . Téréos est un interlocuteur comme les autres et malgré sa puissance internationale il ne devrait pas être autorisé à mettre en danger la
    stabilité de toute une région comptant plus de 850000 habitants .

    Article
    Un message, un commentaire ?