Canne à sucre

Le PS et l’UMP ensemble pour la Constitution européenne

Assemblée plénière du Conseil général

Témoignages.re / 31 mars 2005

Hier lors de son assemblée plénière, le Conseil général a voté majoritairement en faveur du “oui” pour le référendum sur la Constitution européenne. Une motion présentée par le groupe UMP, qui a réclamé un vote d’urgence et qui a obtenu le soutien des socialistes. Les élus de l’Alliance se sont opposés à ce vote, qui n’était pas inscrit à l’ordre du jour.

(page 9)

Neuf contre, deux abstentions. La motion sur "l’Europe mérite un oui" a donc été votée par la majorité. Le vote d’urgence de cette motion, réclamée par l’UMP, a modifié l’ordre du jour de l’assemblée plénière. Le groupe “L’Alliance” a choisi de ne pas participer au débat. "La question mérite que l’on s’y attarde longuement. Ce vote n’était pas prévu pour ce mercredi", a noté Maurice Gironcel, maire et conseiller général communiste de Sainte-Suzanne.
Pour le groupe UMP, dire “oui” à la Constitution européenne soi-disant réaffirme les idéaux qui ont présidé à "la création d’une Europe unie, consolide le socle démocratique auquel l’ensemble des pays adhère, poursuit la construction d’un environnement économique des pays membres et renforce le caractère démocratique de ses institutions".
S’alignant sur la position de l’UMP, Jean-Claude Fruteau, conseiller général de Saint-Benoît et député européen PS, a pour sa part prétendu que ce traité "est le plus progressiste qui nous a été proposé, le plus démocratique, avec un accroissement des pouvoirs du parlement européen et le plus social". Faisant référence aux financements européens dont bénéficie La Réunion, il a terminé son intervention en disant : "I donn pa in koudpié dann son zasièt mangé". Le même "argument" mensonger que les ancêtres de l’UMP utilisaient dans les années 60-70 contre les progressistes.
Jean-Luc Poudroux, conseiller général et maire UMP de Saint-Leu, est d’avis qu’à La Réunion, plus qu’ailleurs, on devrait voter pour cette Constitution, car "l’Europe est présente dans notre quotidien".
La présidente UMP du Conseil général, Nassimah Dindar, a précisé que les termes de ce traité seront expliqués aux Réunionnais.