Canne à sucre

Les pays ACP défendent le Protocole sucre

Consultations franco-mauriciennes à Paris 

Témoignages.re / 12 juillet 2004

Une délégation gouvernementale mauricienne conduite par le vice-Premier ministre chargé des Finances et du Développement économique, Pravind Kumar, a eu à Paris des discussions sur le sucre avec le ministre français de l’Agriculture, Hervé Gaymard, a indiqué, vendredi à l’agence Pana, le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Hervé Ladsous. "La réunion a principalement porté sur la réforme de l’organisation commune des marchés du sucre et ses conséquences éventuelles sur le Protocole sucre qui lie l’Union européenne aux pays producteurs d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP)", a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.
M. Ladsous a également précisé que le ministre français de l’Agriculture s’est engagé à plaider la cause des pays ACP, producteurs du sucre auprès de la Commission de l’Union européenne. "M. Gaymard a assuré à ses interlocuteurs que la France veillait à ce que les réformes des systèmes existants prennent en compte la situation des pays ACP. Les questions de négociations menées dans le cadre de Doha, auxquelles les discussions sur le niveau des prix garantis pour le sucre, sont étroitement liées ont également été abordées", a ajouté le porte-parole du Quai d’Orsay.
On rappelle que Maurice, qui accueille le 13 juillet prochain, la réunion des ministres du Commerce du G-90 (voir encadré), regroupant les ACP, l’Union africaine et les pays les moins avancés (PMA), est un des principaux producteurs de sucre en Afrique.


Le G-90 réuni à Maurice

Pour une position commune devant l’O.M.C.

"Les ministres du Commerce des pays du G-90 adopteront une position commune", a déclaré le groupe des pays ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique), à l’occasion des négociations de l’Organisation mondiale du commerce prévue le 13 juillet à l’Île Maurice.
Cette rencontre - précédée par la huitième session des ministres du Commerce du groupe ACP réunis dimanche - officialisera le G-90, une alliance des États du groupe ACP (qui en constitue le noyau) de l’Union africaine (UA) et des Pays les moins avancés (PMA). Cette union est issue des conférences ministérielles de l’OMC à Doha (Qatar, 2001) et Cancun (Mexique, 2003).
Cette rencontre souligne "l’impasse actuelle à l’OMC", selon un communiqué du groupe ACP basé à Bruxelles.


Éric Soundrom (CGPER Jeunes de l’Est)

I fo in délégasion i sava Bruxelles

Éric Soundrom i travay èk bann zènn plantèr kann la rézion Est. Par rapor la désizion Lérop, somèn proshèn pou lo rézime sik, li propoz in délégasion prodiktèr Larénion i sava Bruxelles, in pé komm bann Morisien la fé èk zot dirizan politik.
Éric Soundrom i di Lérop i pé pa prann in désizion i sar mèt atèr tout sak lété fé pou tienbo lékonomi sikrièr dopi lo rapor lo komisèr Ligios, néna 20-an prèsk : tout larzan la mèt pou tienbo lo quota, modèrniz tou lé pé lizine lété konsantré, rogmant la kantité kann, fé mont son rishès... "Quels arguments ont-ils pour tout remettre en cause ?", la domandé lo dirizan CGPER dovan son bann kamarad. Li sobat pou Lérop i donn plis larzan pou èd bann shèrshèr i rod tash manièr dan la sucrochimie, le bio-éthanol sinonsa koman produi bann sashé biodégradables.
Tout domoun i plant kann isi Larénion sinonsa i travay dan la kann, dopi ti kolon ziska lizinié i di : lékonomi Larénion lé amaré avèk la filièr kann ; si i bat atèr lékonomi sikrièr, bon pé laktivité agrikol i sar shaviré ansanm : maréshaz, lèlvaz i tienbo pa san la kann.
Si tout domoun lé dakor la d’si, pa bezoin shakèn i sava son koté. Larénion lé pti dovan Lérop - na in pé i di mèm sa lé in rézon pou pass dann tramay - séparé, divizé nou fé pa rien. Éric Soundrom la di i fo tout i sava ansanm é li la di osi : "La canne est la filière la mieux structurée à La Réunion ; on ne peut pas croire que les décideurs vont tout laisser tomber comme ça".

P. D.


Bernard Moutan-Virin

"Lèd Lérop, si i anlèv, nou lé mal parti..."

Un des jeunes planteurs installés sur les terres de l’Antenne 4 s’interroge avec ses camarades : "Pourquoi tous ces millions dans le soutien à la filière si c’est pour laisser tomber ensuite ?"

"Pou moin lé tré inkiétan. In réform néna dé konsékans dèrièr. Sé in gro poin négatif pou nout filièr, pa sèlman pou moin. Déja nou produi pa bon pé zafèr isi, lékonomi La Réunion i lé bokou dan la kanasik... A moin, avèk tout lé dépans moin néna, san bann lèd Lérop moin lé an défisit total avèk sèlman sak lizine i donn amoin. Lo bay, min-dèv, langré dézèrban èk bann lanuité (delo, lo pré pou la plantasion...)
Nou lé dosi in tèr lé difisil, lo min-dèv lé indispansab. Avèk lèd Lérop i donn anou, lé zist pou nou viv. Si i anlèv ali, la lé mal parti pou nou. Kèl divèrsifikasion nou fé isi ? Banna i ashté la tomat 5 éro la kès 25 kilo, nou gingn poin rien dodan... An plis, si lantèn 4, maréshaz lé difisil akoz nou lé pa sir plas".