Canne à sucre

Les planteurs manifestent devant la préfecture

Défense de la filière canne

Témoignages.re / 3 mai 2005

Plusieurs centaines de membres de la Confédération générale des planteurs et éleveurs de La Réunion (CGPER) ont effectué hier une marche symbolique de l’ancienne gare routière de Saint-Denis à la préfecture où étaient reçus les parlementaires de la commission agriculture de l’Union européenne. Les manifestants ont remis une motion plaidant pour la survie de la filière.

(page 3)

Après les propositions de la commission agricole de Bruxelles le 14 juillet 2004 de diminuer de 33% le prix de la tonne de sucre de canne (dans le cadre de la réforme de l’OCM-Sucre), les agriculteurs sont inquiets, mais déterminés à sauver la filière canne réunionnaise. La CGPER réclame que l’Union européenne prenne les dispositions nécessaires afin d’obtenir une compensation intégrale des pertes de revenus pour les petits et moyens planteurs de canne de La Réunion.
C’est ainsi que les manifestants (planteurs et éleveurs) dont Jean-Yves Minatchy, président de la CGPER, ont souhaité rencontrer Joseph Daul, président de la Commission agricole de Bruxelles. Ce dernier séjourne actuellement dans l’île en compagnie d’autres parlementaires européens. La délégation se trouvait ce lundi matin à la préfecture où la DAF (direction de l’agriculture et de la forêt) leur présentait la filière canne-sucre.
Joseph Daul est venu à la rencontre des manifestants regroupés devant la préfecture. Il a tenu un discours qui se voulait rassurant. Selon lui la proposition de réforme de l’OCM-Sucre ne devrait pas être catastrophique pour La Réunion. Il affirme avoir rencontré la commissaire à l’agriculture la semaine dernière. "Le 22 juin, elle soumettra une proposition qui tiendra compte des RUP. Les planteurs recevront une compensation", a-t-il déclaré.
Les planteurs qui lui ont remis une motion plaidant pour la défense de la filière, ont été quelque peu rassurés par ces propos. Mais cette "quiétude" n’aura pas duré longtemps. Joseph Daul a en effet demandé aux agriculteurs de voter en faveur de la Constitution européenne. "Si on vote contre, c’est le budget agricole qui explosera en 2008", a-t-il déclaré. Ces propos ont été mal accueillis par Jean-Yves Minatchy qui a souligné que parmi les agriculteurs "il y a des partisans de la droite comme de la gauche" et que la CGPER n’avait pas l’intention de donner de consigne de vote. Pour le président de la CGPER, il ne fait nul doute que Joseph Daul est avant tout à La Réunion pour faire campagne pour le “oui”.

Les planteurs manifestent devant la préfecture

Plusieurs centaines de membres de la Confédération générale des planteurs et éleveurs de La Réunion (CGPER) ont effectué hier une marche symbolique de l’ancienne gare routière de Saint-Denis à la préfecture où étaient reçus les parlementaires de la commission agriculture de l’Union européenne. Les manifestants ont remis une motion plaidant pour la survie de la filière.

Après les propositions de la commission agricole de Bruxelles le 14 juillet 2004 de diminuer de 33% le prix de la tonne de sucre de canne (dans le cadre de la réforme de l’OCM-Sucre), les agriculteurs sont inquiets, mais déterminés à sauver la filière canne réunionnaise. La CGPER réclame que l’Union européenne prenne les dispositions nécessaires afin d’obtenir une compensation intégrale des pertes de revenus pour les petits et moyens planteurs de canne de La Réunion.
C’est ainsi que les manifestants (planteurs et éleveurs) dont Jean-Yves Minatchy, président de la CGPER, ont souhaité rencontrer Joseph Daul, président de la Commission agricole de Bruxelles. Ce dernier séjourne actuellement dans l’île en compagnie d’autres parlementaires européens. La délégation se trouvait ce lundi matin à la préfecture où la DAF (direction de l’agriculture et de la forêt) leur présentait la filière canne-sucre.
Joseph Daul est venu à la rencontre des manifestants regroupés devant la préfecture. Il a tenu un discours qui se voulait rassurant. Selon lui la proposition de réforme de l’OCM-Sucre ne devrait pas être catastrophique pour La Réunion. Il affirme avoir rencontré la commissaire à l’agriculture la semaine dernière. "Le 22 juin, elle soumettra une proposition qui tiendra compte des RUP. Les planteurs recevront une compensation", a-t-il déclaré.
Les planteurs qui lui ont remis une motion plaidant pour la défense de la filière, ont été quelque peu rassurés par ces propos. Mais cette "quiétude" n’aura pas duré longtemps. Joseph Daul a en effet demandé aux agriculteurs de voter en faveur de la Constitution européenne. "Si on vote contre, c’est le budget agricole qui explosera en 2008", a-t-il déclaré. Ces propos ont été mal accueillis par Jean-Yves Minatchy qui a souligné que parmi les agriculteurs "il y a des partisans de la droite comme de la gauche" et que la CGPER n’avait pas l’intention de donner de consigne de vote. Pour le président de la CGPER, il ne fait nul doute que Joseph Daul est avant tout à La Réunion pour faire campagne pour le “oui”.