Canne à sucre

Les RUP parmi les préoccupations du gouvernement français

Réunion des ministres de l’Agriculture

Témoignages.re / 22 juillet 2004

Le 19 juillet dernier, le Conseil des ministres de l’Agriculture des vingt-cinq états membres de l’Union européenne s’est réuni à Bruxelles, pour une première réunion d’information après l’exposé des propositions de réforme de l’OCM-Sucre fait par le commissaire Fischler le 14 juillet. Il est à noter que s’ouvre dorénavant une phase où tout se joue au niveau des ministres des différents gouvernements, et non plus au niveau de la Commission. Cette dernière a en effet déjà produit son rapport.

Selon une information transmise par l’entourage du député européen Paul Vergès, actuellement à Strasbourg, la réunion du 19 juillet a confirmé les orientations du commissaire Fischler, convaincu de la nécessité de rendre le secteur sucrier européen plus compétitif.
Il en est également ressorti que seule une minorité de pays approuve ces orientations, qui plongent la plupart des États membres dans l’inquiétude. Ce qui a été rapporté de l’intervention du ministre français de l’Agriculture, Hervé Gaymard, lors de cette rencontre, va dans le sens d’une remise en question du calendrier de la réforme - entre autres points de contestation. Le ministre français aurait en effet jugé opportun de ne rien précipiter, réitérant devant le Conseil les principales préoccupations du gouvernement français dans cette réforme, au nombre desquelles il a expressément mentionné les régions ultrapériphériques (RUP), en raison de leurs conditions de production très spécifiques.
Récemment en transit dans notre île, le ministre Gaymard avait accepté de rencontrer, à l’initiative du président du Conseil régional de La Réunion, les deux présidents des collectivités territoriales, qui lui avaient exposé la position de la filière canne-sucre de La Réunion sur la réforme du régime sucrier européen.
Cet événement ne saurait être dissocié du fait que, dès la première réunion du Conseil des ministres de l’agriculture de l’Union, le ministre français a mis les RUP au nombre des préoccupations majeures du gouvernement.

P. D.