Canne à sucre

"Nous voulons défendre notre outil de travail"

Protestation de la C.G.P.E.R. avec les producteurs d’ananas de Bérive

Témoignages.re / 30 juin 2005

Les producteurs d’ananas “péi” s’inquiètent car une société située à proximité de la Société Boyer veut exploiter les chambres froides utilisées par cette dernière, qui écoule les ananas sur le marché local et en exporte une petite quantité. Alors qu’aujourd’hui l’engouement est partagé d’un côté comme de l’autre pour développer la filière ananas, Jean-Yves Minatchy défend une société "crédible", par rapport "aux précédentes qui ont toutes été mises en liquidation judiciaire".

(page 3)

Hier matin, le président de la CGPER, Jean-Yves Minatchy, a rencontré une vingtaine de producteurs d’ananas à Bérive au Tampon. Sur la plantation d’ananas et de canne à sucre de M. Lebon à Bassin Martin, il a fait un point sur la filière ananas. "Aujourd’hui, soixante-dix producteurs d’ananas livrent leur production à la société Boyer située à Gillot", débute Jean-Yves Minatchy.
Cette société est implantée à La Réunion depuis cinq ans. Elle a bénéficié du soutien de l’administration de l’Outre-mer. Les producteurs d’ananas lui livrent les fruits. Ensuite, elle garantit leur écoulement sur le marché local et l’exportation. Tous les ans, 8.000 tonnes d’ananas alimentent les étals des grandes surfaces, des commerces de proximité...

Les producteurs régulièrement payés

Outre cette garantie, la “Société Boyer” assure le paiement aux producteurs "tous les quinze jours ou tous les mois". À ce jour, le partenariat établi entre les producteurs d’ananas et la Société Boyer se déroule parfaitement. Des deux côtés, les engagements sont tenus. Ce climat de confiance a même redonné courage aux agriculteurs. En plein champ de canne, des parcelles d’ananas ont été mises en valeur par de jeunes agriculteurs.
"La Société Boyer a fait ses preuves", explique Jean-Yves Minatchy. "Aux Antilles, elle exporte un million de tonnes de melons...", argumente-t-il. Les sociétés précédentes, la Sogecat, la Semex... se sont toutes retrouvées "en liquidation judiciaire".
"Aujourd’hui, la société située à proximité de la société Boyer demande à exploiter les chambres froides utilisées par la Société Boyer",
poursuit Jean-Yves Minatchy.

La filière ananas en plein boom

"Nous ne sommes pas contre le développement de l’entreprise". Selon Jean-Yves Minatchy, "il y a suffisamment de place pour une extension". "Nous ne voulons pas que l’on détruise notre outil de travail". "Les préfets Daubigny, Friedérici et Vian nous ont demandé de travailler avec cette Société, assure le président de la CGPER, et de nous regrouper et nous l’avons fait pour professionnaliser la filière fruitière".
Les petits et moyens producteurs se trouvent dans l’incertitude : la filière canne est menacée, au marché de gros de Saint-Pierre les règles du marché sont faussées... Depuis cinq années, la Société Boyer assure la vente des ananas. "C’est la première fois que l’on travaille dans d’aussi bonnes conditions", insiste Jean-Yves Minatchy. Cette société projette de venir sur l’exploitation en camion pour un meilleur cheminement de l’ananas “péï”. Cette nouvelle organisation représente un gain de temps pour les agriculteurs et les responsables de cette société. Jean-Yves Minatchy et les producteurs réunionnais sont déterminés et prêts à se mobiliser pour la défense de leur outil de travail.

Jean-Fabrice Nativel


Un peu moins de canne cette année dans le Nord et l’Ouest

Jean-Yves Minatchy s’est rendu auprès des planteurs de canne de la région Nord et de l’Ouest. Ils sont unanimes : pour cette campagne, ils livreront moins de canne. Les conditions climatiques comme la pluie en sont les causes. S’ajoute "la panne de l’usine de Bois-Rouge", précise le président de la CGPER. La confédération a également rappelé son soutien à la manifestation qui se déroulera à Bruxelles le 18 juillet prochain contre la réforme de l’OCM-sucre.