Canne à sucre

Paul Vergès : ’Il faut défendre les planteurs’

Annonce demain des mesures réformant le régime sucrier européen

Témoignages.re / 21 juin 2005

Les dernières nouvelles en provenance de la Commission européenne concernant la réforme du règlement sucrier sont très graves. Paul Vergès demande que l’on dise la vérité aux Réunionnais et que l’on défende les planteurs pour compenser une baisse annoncée de 43% de leurs revenus.

(page 16)

Dans son édition d’hier matin, le journal “Le Mauricien” signale que "cette semaine s’annonce cruciale pour l’avenir du Protocole Sucre - qui lie les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) à l’Union européenne - et en particulier pour l’industrie sucrière mauricienne". Pour La Réunion également, pouvons-nous ajouter.
En effet, explique notre confrère, "la commissaire européenne à l’Agriculture, Mariann Fischer-Boel, et son collègue au Développement, Louis Michel, prévoient d’animer un point de presse à Bruxelles, mercredi, vers 15 heures, pour présenter dans le détail les propositions de réforme du régime Sucre de l’Union européenne".
Avant cette conférence de presse, précise “Le Mauricien”, se tiendra dans la capitale belge une réunion de travail entre la commissaire européenne et les membres de la commission Agriculture du Parlement européen. Mais notre confrère affirme que des documents circulent déjà dans certains milieux européens à Bruxelles au sujet du plan de réforme de la Commission européenne.
"Le principal élément d’information de ce nouveau document-sonde européen est que la réduction du prix garanti du sucre de l’ordre de 43% sera échelonné en trois étapes (au lieu de deux comme annoncé dans la première série de documents)", écrit “Le Mauricien”. Et celui-ci de préciser que selon les recoupements d’informations qu’il a effectués, "la baisse de 43% du prix garanti envisagée par la Commission européenne pourrait s’échelonner sur trois ans. Ainsi, pour la première réduction du prix garanti du sucre, soit à partir de 2007/2008, le quantum sera de 28% ?. Puis en 2008/2009, la baisse du prix garanti atteindra la barre des 32% pour ensuite passer à 43% en 2009/2010".
Comme disait hier soir Paul Vergès sur Antenne Réunion en donnant ces informations, "les menaces qui pèsent sur la filière canne de La Réunion sont extrêmement graves et il faut éviter de rassurer les agriculteurs. Même quand la vérité est difficile à entendre, il faut la dire".
Après avoir rappelé les conséquences dramatiques d’une telle réforme pour toute La Réunion sur le plan économique, sur le plan écologique et sur le plan énergétique, mais également pour les acteurs de la filière canne (sucrier et planteurs), le président de la Région a souligné la nécessité de compenser intégralement la perte de revenus des agriculteurs. "Jusqu’à combien le gouvernement est-il prêt à aller ?" a demandé Paul Vergès.

L. B.